© Quick Step/Sigfrid Eggers

Elia Viviani : « Je ne sais pas combien d’opportunités auront les sprinteurs, donc il faudra être prêt dès samedi »

Demain, Elia Viviani prendra le départ de son deuxième Tour de France avec un statut radicalement différent de celui qui était le sien lors de sa première participation en 2014. Faisant désormais partie des meilleurs sprinteurs du monde, il sera le principal atout de sa formation Deceuninck-Quickstep dans les sprints. Après un Giro décevant, il aborde cette course avec une confiance retrouvée suite à ses deux victoires sur le Tour de Suisse.

« Il est important pour nous de bien commencer ce Tour, mais nous sommes aussi conscients que nous ne serons pas les seuls à avoir des ambitions sur cette étape, annonce le Véronais. Je ne sais pas combien d’opportunités auront les sprinteurs sur ce Tour, donc le plus important sera de bien démarrer la course dès samedi. »

Il n’est toutefois pas effrayé par la concurrence, faisant preuve d’une immense confiance envers son train de sprint – Asgreen, Morkov, Richeze – qui lui a permis de remporter de nombreux succès. « Je suis très heureux d’avoir ces coureurs autour de moi, car nous savons de quoi nous sommes capables. Ils étaient déjà très forts sur le Tour de Suisse, donc je sais qu’ils seront encore là quand il le faudra. Désormais, nous sommes concentrés sur ce que nous devons faire. »

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Paris-Nice : Le chrono en direct commenté

Après trois jours de course sans répit sur le plat, la 78e édition de Paris-Nice …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.