(c) Route d'Occitanie

Route d’Occitanie : Anthony Roux l’emporte sur le fil

La Route d’Occitanie version 2018 nous a offert un final époustouflant ce dimanche en direction de Cazouls-lès-Béziers. C’est Anthony Roux (Groupama-FDJ) qui s’est emparé de la victoire, sa première depuis 2015, en réglant à l’arrachée un sprint en petit comité, juste devant Alejandro Valverde (Movistar), échappé en compagnie de Luis Leon Sanchez (Astana) pendant près de 80 kilomètres, et repris dans les tous derniers mètres de l’étape. Evaldas Siskevicius (Delko Marseille Provence KTM) a pris la troisième place du jour grâce à une grosse remontée dans les cent derniers mètres tandis que Valverde, bien que privé d’un second succès d’étape en deux jours, remporte le classement général après avoir défendu avec panache son maillot de leader. Dani Navarro (Cofidis) et Kenny Elissonde (Team Sky) complètent le podium final, un temps espéré par Luis Leon Sanchez.

En totale opposition au scénario de la veille, l’échappée du jour se forme dès les toutes premières minutes, ce dimanche, dans la quatrième étape de la Route d’Occitanie. Jérémy Maison (Fortuneo-Samsic), Evaldas Siskevicius (Delko-Marseille Provence-KTM), Quentin Jaurégui (AG2R-La Mondiale), Alexandre Pichot (Direct Energie) et Mikel Iturria (Euskadi-Murias) font la différence immédiatement et le peloton, sous la conduite de la Movistar du leader Alejandro Valverde, fait rideau. L’écart grimpe à quatre minutes après une vingtaine de kilomètres tandis que l’équipe Vital Concept vient réguler l’allure du paquet. Les hommes de Jérôme Pineau abaissent même l’avance des fuyards sous les trois minutes. Malgré tout, l’échappée poursuit sa route, emprunte la première bosse de la journée, non-répertoriée, puis se lance dans la descente vers Mazamet, où un sprint intermédiaire mais aussi le pied du Pic de Nore (16,3 km à 5,6%), principale difficulté du jour, les attends. Après 75 kilomètres, les choses sérieuses peuvent commencer. Les hommes de tête entament le col avec trois minutes d’avance, mais le peloton opère un rapproché soudain, dès le pied, lorsque la Sky met en route pour Kenny Elissonde.

Le paquet vole en éclat sous l’impulsion de David Lopez, notamment, et une dizaine de coureurs, à peine, sont capables de garder le rythme. On retrouve là les mieux placés au classement général. Du fait de cette grosse accélération, l’avance des fuyards tombe à une minute alors que Luis Angel Maté (Cofidis) et Mikel Bizkarra (Euskadi-Murias) se lancent dans une contre-attaque à l’approche du sommet. Justement, au moment de basculer, les fuyards du jour ne comptent plus qu’une quarantaine de secondes sur un peloton où ont repris place certains coureurs à la faveur d’une dernière partie d’ascension moins exigeante. Finalement, c’est dans la descente du Pic de Nore que la course s’anime davantage. Le peloton se coupe en deux et la première partie avale les échappés. David Lopez et Alexandre Pichot sont pour leur part victime de chute dans la descente, et l’Espagnol, victime d’une commotion cérébrale, est même transporté à l’hôpital.

Finalement, au bas de la descente, alors que le vent souffle extrêmement fort, face aux coureurs, une vingtaine d’hommes compose le groupe de tête. Pas pour longtemps, puisque le leader en personne, Alejandro Valverde (Movistar), décide d’utiliser l’attaque pour défendre son bien. Luis Leon Sanchez (Astana) est le seul à l’accompagner et le duo ibérique fait très vite la différence sur le reste de la concurrence. L’organisation met du temps à se mettre en place en contre et l’écart grimpe au-delà de la minute à 70 bornes du but. Il continue même de s’accroitre pour atteindre les deux minutes avant même l’entrée dans les cinquante derniers kilomètres. Le peloton reprend certes un peu de consistance, mais le travail d’AG2R-La Mondiale et de la Cofidis est vain. Valverde et Sanchez s’en vont chercher la côte de la Minerve, et stabilisent leur avantage. La Cofidis tente bien, par la suite, d’apporter son aide, mais au sommet de la dernière bosse répertoriée, à Villespassans, à environ 30 bornes du but, l’écart n’a diminué que de dix secondes.

Avec un vent plus favorable dans le final, les deux Espagnols poursuivent leur route sans trop d’embûche, même si leur avance se réduit en raison du travail plus soutenu de la Sky dans le groupe de contre. Dans les petites montées non-répertoriées du final, Valverde prend garde à ne pas lâcher son compère et les deux hommes entament les dix derniers kilomètres avec un avantage proche de la minute. Cela semble suffire, en apparence, mais le peloton met clairement en marche dans le final. Grâce au vent de dos et le travail commun de plusieurs équipes, l’écart se réduit à 30 secondes dans l’ultime bosse du jour, puis passe sous les vingt secondes à cinq bornes de la ligne ! Tout est donc relancé dans ces derniers kilomètres, mais Valverde et Sanchez continuent d’unir leurs efforts pour résister. On ne compte plus que dix secondes à trois bornes du but, et Groupama-FDJ prend ses responsabilités. Les hommes de tête sont en ligne de mire du peloton mais passent à la flamme rouge avec quelques secondes d’avance.

Ils se présentent même dans l’ultime ligne droite avec cent mètres d’avance. Valverde temporise, souhaitant jusqu’au bout la victoire de Sanchez, mais voyant la meute se rapprocher à toute vitesse, décide finalement de lancer son sprint et de laisser son compère sur place. El Imbatido démarre donc son effort avec quelques dizaines de mètres d’avance mais le sprint se lance aussi derrière sous l’impulsion d’AG2R-La Mondiale pour Clément Venturini. La meute se rapproche mètre par mètre, Venturini et Anthony Roux (Groupama-FDJ) en tête, du vétéran espagnol et ce n’est que dans les tous derniers mètres que Valverde est rattrapé. Anthony Roux vient le sauter juste avant la ligne pour s’offrir un succès haletant, son premier depuis 2015. Il devance donc l’Espagnol, qui aura légèrement trop attendu pour fournir son effort, tandis qu’Evaldas Siskevicius (Delko Marseille Provence KTM) s’octroie la troisième place après une belle remontée dans les cent derniers mètres. Dani Navarro (Cofidis) et Kenny Elissonde (Team Sky) conservent pour leur part leur place sur le podium final derrière Valverde.

Classement de la quatrième étape

1 Anthony Roux (Groupama – FDJ)
2 Alejandro Valverde (Movistar Team) t.m.t
3 Evaldas Siskevicius (Delko Marseille Provence KTM)
4 Yevgeniy Gidich (Astana Pro Team)
5 Kevin Ledanois (Fortuneo – Samsic)
6 Sergio Andres Higuita (Manzana Postobon)
7 Sylvain Chavanel (Direct Energie)
8 Nick Schultz (Caja Rural – Seguros RGA)
9 Kévin Le Cunff (St Michel – Auber93)
10 Yoann Offredo (Wanty – Groupe Gobert)

Classement général final

1 Alejandro Valverde (Movistar)
2 Daniel Navarro (Cofidis) à 0’02
3 Kenny Elissonde (Team Sky) à 0’07
4 Sebastien Reichenbach (Groupama – FDJ) à 1’05
5 Antonio Molina (Caja Rural – Seguros RGA) à 1’07
6 Luis Leon Sanchez (Astana) à 1’09
7 Hubert Dupont (AG2R La Mondiale) m.t
8 Valentin Madouas (Groupama – FDJ) à 1’32
9 Georg Preidler (Groupama – FDJ) à 1’51
10 Ricardo Vilela (Manzana Postobon) m.t

 

pub

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Critérium du Dauphiné 2019 : Une arrivée à Riom ?

D’après le journal La Montagne, le Critérium du Dauphiné pourrait faire étape à Riom en …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.