© Sirotti

Tour des Flandres : Les déclarations des favoris au départ

Le deuxième Monument de la saison est lancé. Alors que le Tour des Flandres est parti à 10h30, plusieurs candidats au sacre ont répondu à nos questions, ce matin, dans l’aire de départ. Les entretiens réalisés à Anvers sont disponibles en vidéo, en cliquant sur le nom des coureurs ci-dessous.

Arnaud Démare (Groupama-FDJ) : « On est sur une des plus belles courses du monde, donc on va essayer de prendre le maximum de plaisir. Moi, ça va bien, après, c’est une course très exigeante. On a manqué de chance sur les premières classiques… J’ai crevé deux fois sur les trois dernières courses. Au niveau des sensations, j’espère avoir les mêmes que mercredi. Les courses partent de plus en plus tôt, il faudra être bien présent et pourquoi pas anticiper. Quick-Step est toujours très fort, après il y a beaucoup d’individualités. Il n’y a pas une seule personne à suivre, il faudra suivre le groupe qui va aller de l’avant dans le final. »

Tim Wellens (Lotto Soudal) : « Le Tour des Flandres est une très belle course. En tant que Belge, on est toujours un peu curieux de cette course. Je viens pour apprendre et voir si je peux y faire quelque chose dans le futur. Pour cette fois, les jambes seront très importantes, mais il faut aussi connaître le parcours. Je suis un peu handicapé pour ça, je vais devoir attendre et voir comment ça se passe. Tiesj (Benoot) a l’expérience, et est en bonne forme, c’est lui le leader aujourd’hui. On ne va pas attendre les 10 derniers kilomètres, Jens (Keukeleire) et moi devons bouger de loin. »

Sep Vanmarcke (EF Education First) : « C’est toujours top d’être au départ de cette course, même si c’est dur à avaler de ne pas être à 100%. C’est comme ça. J’aurai aimé ne ressentir aucune douleur, mais j’ai toujours mal au genou. Si c’est trop douloureux, je devrais me contraindre à abandonner. Mais j’étais obligé de prendre le départ, ne serait-ce que pour voir comment je me sens avant Roubaix. »

Christophe Laporte (Cofidis) : « Mercredi, ça allait mieux, ça a redonné de la confiance. Aujourd’hui, c’est peut-être un peu trop dur pour moi, donc on va essayer de se faire plaisir. On va essayer de faire la course, être moins attentiste que d’habitude. Les deux dernières années j’étais malade à cette période, là ça va. De toute façon, ce ne sera pas compliqué de faire mieux que les deux saisons passées (NDLR: il avait abandonné). On veut mettre un mec à l’avant, l’échappée peut aller loin. Quand les gros vont accélérer, on sait que ce sera compliqué de les suivre, il faudra anticiper, tenter de loin… »

Michael Matthews (Sunweb) : « Je suis assez fatigué après Milan-Sanremo, une journée entière de transport pour rejoindre la Catalogne et sept jours de course à fond… Mais j’ai eu une belle semaine de récupération à la maison et je suis prêt à courir. La foule est incroyable ici, je n’avais jamais vu ça! Même au Tour de France… Aujourd’hui, le but est de finir la course en ayant tout donné. Nous verrons ce que ça donne en termes de résultat. C’est souvent les mêmes bosses qui se répètent en Flandre, donc je connais un peu, même si je n’ai jamais couru cette épreuve. Tous les ans, le déroulement est différent, nous verrons comment ça se passe. Tout est possible, tous les coureurs au départ peuvent gagner. Moi, je vais faire tout ce que je peux, et voir où cela me mène. »

Mathieu van der Poel (Corendon-Circus) : « Une victoire est possible! Je dois y croire, même si ce sera très difficile. Mercredi c’était une autre course, aujourd’hui c’est beaucoup plus long, Je vais essayer de faire la course, mais il faudra avoir les jambes… Deceuninck-Quick Step est l’équipe la plus forte, mais il y a beaucoup d’individualités qui peuvent gagner. Le moment décisif sera le deuxième passage du Vieux Quaremont. C’est le passage le plus important pour les leaders, mais un groupe peut sortir avant. La forme est toujours bonne en tout cas. »

Alexander Kristoff (UAE) : « Je suis forcément excité! C’est l’une des plus grandes fêtes du cyclisme, peut-être même la plus grande. Je ne suis pas le favori, mais je suis un coureur qui peut gagner si les circonstances de course me conviennent. Il y a un paquet de coureurs qui ont une chance de gagner. En Norvège, cela devient de plus en plus important, je sais que beaucoup de gens me suivent. La victoire à Wevelgem donne de la confiance, mais je serai aussi plus surveillé par les autres… »

Wout van Aert (Jumbo-Visma) : « C’est une des courses les plus importantes de l’année, je vais essayer de prendre du plaisir. Ma forme est bonne. L’an dernier j’étais moins fort, j’avais du mal à suivre les meilleurs. Cette année, j’espère pouvoir être plus agressif et essayer d’être acteur dans le final. C’est une course vraiment très dure, donc il faut attendre le plus longtemps possible, conserver son énergie au mieux. »

Autres infos qui pourraient vous intéresser

VeloPro.fr change provisoirement de formule

Cela fait maintenant 5 saisons que VeloPro.fr vous propose tous les jours un suivi continu …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.