(c) Sirotti

Milan-Turin : Michael Woods triomphe au sommet de Superga

La 100e édition de Milan-Turin a couronné Michael Woods, ce mercredi. Cinq hommes ont animé la course sur le plat, avant que l’épreuve ne se lance véritablement à l’approche du circuit final. Deux montées de Superga attendaient alors les coureurs. Un terrain de jeu idéal pour les favoris, qui ont repris l’échappée durant la première ascension avant de s’expliquer dans la seconde. Les attaques ont ainsi fusé dans les cinq derniers kilomètres, et c’est l’un des hommes les plus entreprenants qui a levé les bras. Après avoir multiplié les tentatives dans les forts pourcentages, Michael Woods a dominé Alejandro Valverde et Adam Yates au sommet. 

Après un départ rapide, où les attaques se succèdent en vain, il faut attendre quelques kilomètres pour voir un groupe de cinq se former en plusieurs temps. Joan Bou (Nippo-Vini Fantini-Faizanè) est le premier à créer l’écart. Il est d’abord rejoint par Rémi Cavagna (Deceuninck-Quick Step) et Daniel Savini (Bardiani-CSF). Puis par Joey Rosskopf (CCC) et Nicolas Dalla Valle (UAE-Team Emirates). Il y alors cinq hommes en tête après dix kilomètres. Le peloton laisse filer jusqu’à 5’50” au km30, mais n’accordera pas plus.

EF Education First et Movistar contrôlent la progression des hommes de tête. Au terme d’une première heure rapide, où l’échappée couvre 48,2 kilomètres, l’écart diminue légèrement à 5’35”. Le peloton se rapproche ensuite à un rythme régulier, faisant tomber la barre des cinq minutes à l’approche des cent dernières unités de course. Après une accalmie, la poursuite reprend et les fuyards sont ramenés à quatre minutes à 60 kilomètres de la ligne. Les cinq hommes de tête maintiennent une moyenne supérieure à 46km/h pendant trois heures, mais ne peuvent rien face au retour annoncé du peloton.

Ensuite, l’équipe EF Education First assure le gros du travail de poursuite et ramène l’écart à 2’45” à 40 kilomètres de la ligne. Lachlan Morton et Jonathan Caicedo mènent le train pour l’équipe américaine à l’approche de la première montée de Superga (4,9km à 9,1%). Au pied, il n’y a plus qu’une minute de différence. Sentant le retour du peloton, Cavagna s’en va seul en tête dès les premiers pourcentages. Le Français est le dernier rescapé de l’échappée, mais est avalé à un kilomètre du sommet. C’est alors un peloton réduit, mais groupé, qui bascule en tête dans la descente rapide, malgré une tentative de Gianluca Brambilla (Trek-Segafredo).

Le peloton d’une trentaine d’unités reste groupé jusqu’au pied de la seconde montée de Superga. Movistar et Ineos dictent l’allure, mais c’est Jakob Fuglsang (Astana) qui place la première banderille. Le Danois est repris est un quintet sort à l’initiative de Michael Woods (EF Education First) et David Gaudu (Groupama-FDJ). Ces deux-là sont rejoints par Adam Yates (Mitchelton-Scott), Alejandro Valverde (Movistar) et Egan Bernal (Ineos) puis, dans un second temps, par Tiesj Benoot (Lotto Soudal) et Bauke Mollema (Trek-Segafredo). Les attaques s’enchaînent, notamment par Gaudu qui semble beaucoup donner sans réussir à s’isoler. C’est alors l’autre instigateur du groupe, Woods, qui se montre le plus fort au sommet, devançant Valverde et Yates. Gaudu a conclu cinquième, derrière Benoot.

Le top 10 de Milan-Turin : 

Image

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Daniele Bennati ne sait pas s’il poursuivra sa carrière en 2020

Daniele Bennati dans l’incertitude. Le coureur italien de 39 ans, qui n’est lié à aucune …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.