Heylen Vastgoed Heistse Pijl : Hodeg s’impose de justesse

La semi-classique belge du Heistse Pijl se tenait aujourd’hui entre Turnhout et Heist-op-den-Berg sur près de 194 kilomètres. Le parcours était plat, seulement marqué par la présence du secteur pavé de Kerkplein sur le circuit final. Au final, c’est un sprinteur qui s’impose en la personne d’Alvaro Hodeg (Deceuninck-Quickstep). 

Le départ est donné à 13h30, et comme de juste les attaques fusent dès le début. Les premiers kilomètres sont avalés très rapidement, mais personne ne parvient à prendre le large. La bonne échappée ne sort qu’après une soixantaine de kilomètres de course, et comprend six coureurs, notamment les belges Jimy Janssen (Corendon-Circus), Guillaume Seye (BEAT Cycling Club) et Timothy Stevens (Cibel_Cebon) . Le peloton relâche alors complètement son effort, et les hommes de tête prennent jusqu’à sept minutes d’avance.

Les formations Deceuninck-Quickstep et Cofidis viennent ensuite se positionner en tête, et l’écart commence à diminuer alors que la course arrive sur le circuit final de 15 kilomètres dans Heist-op-den-Berg, à parcourir plusieurs fois. Ainsi, l’écart n’est plus que de 2’30 à cinquante kilomètres du but. Les kilomètres défilent, et le groupe de tête maintient une avance intéressante. A 30 kilomètres de l’arrivée, une accélération de Zdenek Stybar provoque une scission du peloton, ce qui permet à un gros groupe de prendre de l’avance. A l’entame du dernier tour (15 kilomètres), les hommes de tête comptent encore 30 secondes d’avance sur le groupe de poursuite, et une minute sur le peloton emmené par les Cofidis.

Le final se rapproche, et les échappées résistent encore. Il n’y a plus que Janssen, Townsend et Seye à l’avant, et ils comptent encore 15 secondes à l’entame du dernier secteur, alors que dernière le groupe Stybar-Hodeg-Philipsen se rapproche. Le trio est finalement repris dans les ultimes mètres après une accélération de Philipsen dans le secteur, mais au sprint le plus rapide se révèle être Alvaro Hodeg (Deceuninck-Quickstep). Il récompense ainsi le gros travail de son équipe, qui a pris ses responsabilités pendant la dernière heure de course.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.