© Sirotti

Giro 2020 : Les spécificités du parcours

La présentation du Giro 2020 se tenait ce jeudi après-midi, dans les studios milanais de la Rai. L’occasion de faire le point sur les spécificités de la 103e édition de l’épreuve, dont nous vous détaillons le parcours ici. Outre le fait que la dernière étape aura lieu en même temps que la première du Dauphiné, et que le délai avec le Tour de France sera réduit d’une semaine par rapport à 2019, plusieurs statistiques attirent l’œil. En voici quelques unes :

14 – Pour sa 103e édition, le Giro débutera de Budapest avec un chrono et deux étapes en ligne en Hongrie. C’est la 14e fois que le premier Grand Tour de la saison s’exporte. Auparavant, il y avait eu San-Marin (1965), Monaco (1966), Verviers (1973), le Vatican (1974), Athènes (1996), Nice (1998), Groningue (2002), Seraing (2006), Amsterdam (2010), Herning (2012), Belfast (2014), Apeldoorn (2016) et Jérusalem (2018).

935 – C’est à vol d’oiseau la distance entre Nagykanizsa, terme de la troisième étape et volet final du Grand Départ de Hongrie, et Monreale, départ de la quatrième étape en Sicile… Le tout en un soir puisqu’à la différence des Grands Départs de Belfast, Apeldoorn et Jérusalem, il n’y aura pas de jour de repos supplémentaire pour permettre le rapatriement. Par la route toutefois, il y a plus de 1900 kilomètres et un petit passage par ferry pour rejoindre la Sicile. Autant dire que le seul moyen d’être à l’arrivée de la troisième étape et au départ de la quatrième étape sera de prendre l’avion.

136 – Sans compter les chronos, qui représenteront tout de même 58,8km divisés en trois exercices, la quatrième étape sera la plus courte du parcours. Entre Monreale et Agrigento, il n’y aura “que” 136 kilomètres à couvrir. Il faut dire que cette journée interviendra après le transfert des coureurs de Hongrie jusqu’en Sicile. La sixième étape se courra sur une distance similaire avec 138 kilomètres entre Catania et Villafranca Tirrena.

251 – Le jour le plus long. En plein cœur de la terrible troisième semaine, les sprinteurs auront leur seule occasion, entre Morbegno et Asti. Il faudra pour cela rouler pendant 251 kilomètres, en espérant avoir conservé assez de forces pour rattraper l’échappée et disputer le dernier sprint massif de ce 103e Giro, à l’arrivée de la 19e étape. Cette étape interminable est intercalée entre deux longues journées en montagne : il y aura ainsi 209 kilomètres entre Pinzolo et Laghi di Cancano au programme de la 18e étape et 200 entre Alba et Sestriere pour la 20e.

195,7 – C’est, sans compter les trois chronos, le kilométrage moyen des étapes en ligne du Giro 2020! Soit 23 bornes de plus que sur le Tour de France qui affiche une moyenne de 172,55km par étape. Excellent grimpeur et rouleur, le futur vainqueur du premier Grand Tour de la saison devra alors aussi disposer d’une sacrée capacité de récupération. A elle seule, la troisième semaine de l’épreuve affiche la terrible moyenne de 218km.

10 – Dix étapes de 200 kilomètres figurent sur le parcours ! Et ce ne sont pas que des étapes de plaine… Il y aura ainsi 204km entre Székesfehérvár et Nagykanizsa, (3e étape) puis 223 entre Mileto et Camigliatello Silano (7e), 216 entre Castrovillari et Brindisi (8e), 212 entre San Salvo et Tortoreto Lido (10e), 205 autour de Cesenatico (12e), 228 entre Udine et San Daniele del Friuli (16e), 202 entre Bassano del Grappa et Madonna di Campiglio (17e), 209 entre Pinzolo et Laghi di Cancano (18e), 251 entre Morbegno et Asti (19e) et 200 entre Alba et Sestriere (20e).

18 – La dernière semaine sera particulièrement montagneuse. 18 cols sont répertoriés dans les six derniers jours de course sachant qu’il y a un chrono sans difficulté et une étape entièrement plate. Cela fait donc 18 ascensions réparties sur quatre étapes, avec deux passages à plus de 2700 mètres : de quoi chambouler la hiérarchie jusqu’au bout de l’épreuve. A titre de comparaison, la deuxième semaine affiche 16 grands prix de la montagne, mais moins exigeants, et la première 12 répartis sur neuf jours de course. Au total, 46 grimpeurs émaillent les 3579,8 kilomètres du 103e Giro.

45000 – Les coureurs devront avaler 45000 mètres de dénivelé positif pour rallier Budapest à Milan. Soit près de dix ascensions du Mont-Blanc en trois semaines, avec deux cols dépassant les 2700 mètres : le Stelvio, lors de la 18e étape, le Colle dell’Agnelo, pour la 20e. Encore une fois, la troisième semaine en forme de montagnes russes fait grimper ce chiffre et promet un spectacle intense pour finir.

4 – C’est le nombre de semaines entre la fin du Giro et le début du Tour de France (26 jours exactement) contre 5 semaines habituellement. Ce raccourcissement de délai entre les deux épreuves est dû à la contraction du calendrier qui interviendra lors de la première semaine de juin afin que le Tour de France se termine pour le début des Jeux Olympiques d’été de Tokyo. Cela signifie aussi que le Critérium du Dauphiné s’élancera le 31 mai, soit le jour de la dernière étape du Giro.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

VeloPro.fr change provisoirement de formule

Cela fait maintenant 5 saisons que VeloPro.fr vous propose tous les jours un suivi continu …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.