(c) Sirotti

Quatrième de la Flèche Wallonne, Bjorg Lambrecht vit « un rêve »

Ce n’était évidemment qu’une question de temps, mais Bjorg Lambrecht est véritablement en train d’exploser au niveau professionnel. Dominant et incontournable chez les Espoirs il y a deux ans, vainqueur de Liège-Bastogne-Liège et deuxième du Tour de l’Avenir, mais aussi vice-champion du monde de la catégorie l’an passé derrière Marc Hirschi, le jeune Belge de 22 ans parvient aujourd’hui à exprimer ses qualités dans la cour des grands. Et ses qualités n’échappent à personne. Petit et explosif, le coureur de la Lotto-Soudal a le profil parfait pour briller sur les Classiques vallonnées. Il n’a d’ailleurs fait que le confirmer lors de la dernière semaine, prenant d’abord la cinquième place de la Flèche Brabançonne avant de décrocher la sixième place de l’Amstel Gold et, enfin, ce mercredi, la quatrième de la Flèche Wallonne.

Dans le Mur de Huy, seuls Julian Alaphilippe, Jakob Fuglsang et Diego Ulissi lui ont été supérieurs. “La dernière montée a été très dure dès le pied, a-t-il confié après avoir franchi la ligne. Je pense que tout le monde était à bloc. À la mi-ascension, j’ai même du me rasseoir car j’étais vraiment juste. J’ai attendu jusqu’aux 150 derniers mètres et à partir de là j’ai mis tout ce que j’avais encore dans les jambes”. C’est donc lui le meilleur représentant de la Lotto-Soudal depuis le début de la campagne des ‘Ardennaises’. “J’ai beaucoup de confiance en ce moment, vis à vis de ma forme, mais aussi par rapport à ce que je suis capable de faire. Je vis un rêve. Tout ce que j’ai fait depuis trois jours réussit. C’est juste un rêve”, nous a-t-il dit, encore tout émoustillé par sa performance du jour.

Sixième de l’Amstel, quatrième de la Flèche Wallonne. La suite logique est donc un podium sur Liège-Bastogne-Liège dimanche. “Si c’était possible, cela viendrait conclure deux semaines incroyables, coupe-t-il. Mais je vais simplement faire de mon mieux. Tim [Wellens] et Jelle [Vanendert] sont aussi en belle forme, et je pense que la météo va aussi jouer un rôle dimanche. Je ne suis pas aussi bon quand il pleut que lorsqu’il fait beau. Je vais juste donner mon maximum et si je ne suis pas assez fort j’aiderai l’équipe”.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Benoît Cosnefroy : « J’avais des jambes de feu »

Troisième en ouverture en attaquant à plusieurs reprises, troisième le lendemain au sprint, Benoît Cosnefroy …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.