(c) Sirotti

E3 Binck Bank Classic : Alberto Bettiol, l’invité « surprise »

Son excellent Tirreno-Adriatico et son attaque sur le Poggio à Milan-Sanremo avaient certes fourni des signes avant-coureurs. Pour autant, Alberto Bettiol n’était pas forcément attendu aux côtés des grands favoris sur l’E3 BinckBank Classic. Mais c’est bien là que le jeune Italien de 25 ans s’est retrouvé, vendredi, étant d’ailleurs le seul à pouvoir suivre l’assaut décisif de Greg Van Avermaet (CCC), Wout van Aert (Jumbo-Visma) et Zdenek Stybar (Deceuninck-Quick Step Floors). Loin d’être intimidé, l’Italien a largement fait sa part du travail avec les deux Belges pour aller cueillir Bob Jungels dans les ultimes kilomètres. Il a même répondu en personne à une violente attaque de Stybar à deux bornes de la ligne. Il ne lui a toutefois plus resté beaucoup d’énergie pour le sprint final qui a décidé de la victoire. Et c’est au pied du podium qu’il a échoué. Echoué étant d’ailleurs un bien grand mot pour le puncheur d’EF Education First, auteur de son meilleur résultat en carrière sur une Flandrienne.

“Nous débutions cette course avec trois leaders : moi, Sebas (Langeveld), et Sep (Vanmarcke), exposait Bettiol, surprenant deuxième du chrono final de Tirreno-Adriatico tout récemment. Au début, je ne roulais pas dans le gros groupe de favoris car j’espérais que Sebas revienne, mais une fois que ça a cassé, j’ai rejoint Van Avermaet et Van Aert. Cela fait trois ou quatre ans que je cours les Classiques. Si vous êtes à l’aise sur les pavés, les montées et au sprint, vous êtes faits pour les Classiques. Aujourd’hui, j’ai eu la confirmation que ma forme est plutôt bonne en ce moment. Je suis heureux de ma prestation. Je vais continuer et rester concentré. Je peux aider l’équipe et, si l’équipe me désigne leader, je suis prêt à courir pour la victoire.”

Ayant pour le coup parfaitement suppléé Sep Vanmarcke, Alberto Bettiol s’annonce désormais comme un homme à suivre pour les prochaines Flandriennes.Les choses ont presque parfaitement fonctionné, regrettait simplement Andreas Klier, directeur sportif d’EF. Nous avons peut-être commis une petite erreur à un kilomètre de l’arrivée. Alberto connaît son erreur et il saura s’en rappeler lors des prochaines courses.”

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.