Thibaut Pinot à la lutte avec le train Astana sur le dernier Dauphiné. (c) Sirotti

Thibaut Pinot se dit « frustré de cette fin de Dauphiné »

Il n’y avait rien à faire pour Thibaut Pinot sur cette dernière étape du Critérium du Dauphiné. Littéralement. La faute à un parcours probablement pas assez sélectif, mais également à cause d’une équipe Astana surpuissante. Le franc-comtois a du attendre les derniers kilomètres pour porter un démarrage, étant d’ailleurs le seul favori à tenter quelque chose, en vain. Il confesse d’ailleurs avoir « accéléré sans trop y croire ». Il termine finalement ce Dauphiné en cinquième position du général, gagnant deux places suite à l’abandon d’Adam Yates et à la perte de temps de Dylan Teuns.

S’il réalise la meilleure performance de sa carrière sur la course française, il ne semblait pas vraiment satisfait à l’arrivée. « Il n’y avait vraiment rien à faire aujourd’hui, se désole-t-il. C’est vraiment dommage d’avoir une dernière étape comme celle-là, avec beaucoup de montées roulantes. Cette fin de Dauphiné est vraiment frustrante. » Malgré cela, il cherche tout de même à retenir du positif de cette semaine de course. « Le bilan est globalement bon. J’étais là pour me rassurer et c’est chose faite, mais je suis aussi un compétiteur qui veut faire des résultats, donc j’aurais préféré faire mieux que cinquième du général. Je pense que c’est le chrono qui me pénalise par rapport aux autres. J’ai également été malade en début de semaine, et les sensations étaient globalement moyennes, donc c’est quand même bien. »

Alors qu’il assure ne pas encore être à 100% de ses capacités, il se projette déjà sur les prochaines semaines. « Je vais maintenant bien souffler pendant une petite semaine, puis je vais amorcer la préparation finale pour le Tour, en passant notamment par les championnats de France. Les grandes échéances vont arriver vite. » A moins de trois semaines de la Grande Boucle, il cible d’ailleurs ses principaux rivaux pour juillet : « Ineos sera évidemment très forte avec Thomas et Bernal, pareil pour Fuglsang chez Astana. Il faudra donc être la hauteur de ces coureurs. »

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Strade Bianche 2020 : Le direct commenté

    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.