(c) Sirotti

Alexis Vuillermoz : « Important de retrouver le chemin de la victoire »

Alexis Vuillermoz en avait besoin. Après une année 2018 compliquée, le coureur d’AG2R-La Mondiale a retrouvé le sourire ce dimanche sur la Drôme Classic. Auteur d’une superbe attaque dans la montée finale de Haut Livron, Vuillermoz a fait la bascule en tête avant de boucler le dernier kilomètre plat en solitaire. Lancés à sa poursuite, Valentin Madouas (Groupama-FDJ) et Warren Barguil (Arkéa-Samsic) ont échoué à trois secondes.

Lire aussi > Drôme Classic : Alexis Vuillermoz débloque le compteur d’AG2R-La Mondiale

« C’est important de retrouver le chemin de la victoire, parce qu’on se met vite à douter, s’est réjoui Vuillermoz au micro de La Chaîne L’Equipe. J’ai passé une année 2017 incroyable, avec un Tour de France magnifique au côté de Romain (Bardet). L’an dernier c’était beaucoup plus compliqué. J’ai connu pas mal de chutes, de blessures, c’était dur de faire une année sans gagner.  »

Le voici de retour sur les podiums, au même titre que son équipe qui n’avait pas encore connu la victoire cette saison. Après les nombreuses tentatives du leader annoncé Romain Bardet, c’est donc Alexis Vuillermoz qui a surgi dans la dernière difficulté. « Anthony Pérez a fait un gros début de montée. Quand il s’est écarté, j’avais encore de la force pour prolonger l’effort, a-t-il décrit, toujours sur La Chaîne L’Equipe. J’avais peur de buter sur le replat, je me suis surpris moi-même. Dans la tête, ce n’était pas vraiment ça… Si je m’étais écouté, j’aurai mis la flèche à la mi-course aujourd’hui. En fait, je manque encore de force, je le sens bien quand la course est dure comme ici. C’est pour travailler ça que je suis venu, alors aller chercher la victoire sur ce mur, c’est la cerise sur le gâteau. » Désormais, Vuillermoz tentera d’exporter ses bonnes jambes sur Tirreno-Adriatico, dès le 13 mars prochain. Il prendra ensuite la route du Tour des Alpes avant son objectif principal de la saison : le Giro.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Benoît Cosnefroy : « J’avais des jambes de feu »

Troisième en ouverture en attaquant à plusieurs reprises, troisième le lendemain au sprint, Benoît Cosnefroy …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.