(c) Tour of Belgium

Wellens a « franchi un cap » dans le chrono, Campenaerts « parti trop lentement »

Prise au piège et terrassée par un Remco Evenepoel surpuissant jeudi, la Lotto-Soudal a sans doute vu ses espoirs de victoire finale sur le Tour de Belgique s’envoler lors de la seconde étape. C’est alors par de potentielles victoires d’étapes que passent le salut des hommes de Marc Sergeant. Dans cette perspective, le contre-la-montre individuel de 9 kilomètres à Grimbergen hier représentait une opportunité idéale, surtout avec le champion d’Europe de la spécialité au départ. Victor Campenaerts apparaissait comme le vrai favori malgré sa chute de la veille, mais sur un chrono explosif, c’est finalement son acolyte Tim Wellens qui a empoché le meilleur temps, une seconde devant Nathan Van Hooydonck (Belgique) et deux devant le recordman de l’heure.

« Après ma victoire dans le chrono de la Ruta del Sol, il s’agit de mon deuxième succès dans un contre-la-montre, a rappelé Wellens. Cette performance montre que j’ai franchi un cap dans cette discipline. Je pensais que ce chrono aurait un rôle plus crucial, mais la perte de temps d’hier (jeudi) a rebattu les cartes. Ca reste néanmoins une très belle victoire ! ». Victor Campenaerts affichait lui un regard lucide sur sa propre performance hier soir : « Je suis peut-être parti un peu trop lentement aujourd’hui. J’ai accéléré en deuxième partie de course mais les erreurs se paient cash dans un contre-la-montre de neuf kilomètres. Je n’ai pas eu l’impression de souffrir de ma chute d’hier mais j’ai souvent l’habitude de prendre le départ d’un chrono après une étape plus calme ou après une longue préparation. Hier en revanche, j’ai dû puiser dans mes réserves et cela m’a poussé à la faute. Sur le plan mental, Remco Evenepoel m’a donné du fil à retordre. Je crois pouvoir dire que ce n’était pas ma meilleure prestation dans un chrono aujourd’hui. Ce n’est évidemment pas un sentiment agréable, mais faire face à ce genre de situations fait partie de mon développement en tant que coureur. Je vais essayer d’en tirer les leçons pour l’avenir. »

Si l’ultime acte du Tour de Belgique dimanche risque de s’achever au sprint, celle du jour peut être plus mouvementée. Désormais deuxième du général à 57 secondes de Remco Evenepoel, brillant quatrième du chrono, Wellens se doit maintenant de tenter le tout pour le tout : « Le déroulement de l’étape de samedi sera un peu différent de ce qu’on a pu voir hier (jeudi). Ne pas accompagner Evenepoel et Victor était une erreur tactique de ma part. Je ne vais cependant pas dire que j’étais meilleur que Remco, car il était très impressionnant. Je débuterai l’étape de demain (aujourd’hui) avec une minute de retard environ. Bien sûr, le terrain jouera en ma faveur mais la tâche sera tout de même difficile. Ce n’est pas évident de reprendre une minute à quelqu’un qui est en si bonne forme. Par ailleurs, notre équipe compte d’autres atouts, comme Campenaerts par exemple. Nous allons faire de notre mieux mais ce ne sera certainement pas facile. »

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.