EN DIRECT
(c) Sirotti

Adriatica Ionica Race : Elia Viviani remet ça

Et de douze pour Elia Viviani ! Le sprinteur de la Quick Step Floors a poursuivi sa moisson en cette saison 2018 en remportant ce samedi la quatrième étape de l’Adriatica Ionica Race, longue de 228 kilomètres, entre San Vito di Cadore, dans les Dolomites, et Grado, sur la côte adriatique. Dans le sprint final, qui n’a pas été empêché par les deux chemins de terre programmés dans le final, Viviani a cette fois devancé Giacomo Nizzolo (Trek-Segafredo) et son coéquipier poisson-pilote Alvaro Hodeg. Ivan Sosa (Androni-Sidermec) conserve pour sa part le maillot de leader avant la dernière étape, et consolide même son avance sur son dauphin puisqu’Edward Ravasi (UAE Team Emirates), deuxième avant le départ, a perdu une minute. Giulio Ciccone (Bardiani-CSF) est désormais la plus grande menace au jeune Colombien, à 45 secondes.

Le départ de la quatrième et plus longue étape de l’Adriatica Ionica Race, disputée sur 228 kilomètres, est donné de bonne heure ce samedi. Pour autant, sous les coups de 10h30, certains sont déjà bien réveillés et partent à l’offensive dès les premiers kilomètres. C’est un groupe de six qui se dégage, au sein duquel on retrouve Meiyin Wang (Bahrain-Merida), Andrea Toniatti (Italie), Marco Tizza (Nippo Vini Fantini), Nick van der Lijk (Roompot-Nederlandse Loterij), Stanimir Cholakov (Trevigiani Phonix-Hemus 1896) et Enrico Logica (Biesse Carrera Gavardo). Ensemble, les fuyards du jour prennent ainsi a direction du Passo Crosetta (21,8 km à 3%), seule et unique difficulté du jour, situé après 70 kilomètres. Dans un premier temps, le peloton les laisse prendre le large et l’écart atteint les cinq minutes après une cinquantaine de kilomètres. Le Passo Crosetta est donc abordé un peu plus loin, avec une première partie difficile et une seconde bien moins exigeante, avec descentes et replats. Cela n’influence toutefois en rien le schéma de course. L’écart est stabilisé et le peloton modère toujours sa chasse. Une longue descente permet ensuite à tout ce petit monde de sortir des massifs et de trouver la deuxième moitié du parcours, toute plate.

À nouveau, le peloton temporise quelque peu avant de se lancer dans une véritable poursuite derrière les attaquants du jour. Ce n’est donc qu’à l’entrée dans les 70 derniers kilomètres que l’échappée commence à perdre quelques secondes. Les équipes intéressées par un sprint s’unissent et imprime un tempo légèrement plus soutenu. On ne compte donc plus que 3’20 de différence à 50 bornes du but, et 2’10 à 30 kilomètres de la ligne. Se profilent alors deux passages sur des « Strade Bianche ». Le premier, franchi à plus de 20 bornes de la ligne, est fatal à Cholakov et Logica en tête de course. Ce n’est donc plus qu’un quatuor qui mène, 1’30 seulement devant un peloton bien décidé à revenir. Néanmoins, à l’entame du second chemin de terre, ce sont toujours les fuyards qui sont aux commandes. Ils n’en ressortent toutefois qu’avec 45 secondes d’avance sur le peloton, duquel Niki Terpstra (Quick Step Floors) décide de s’extirper. Le Néerlandais s’isole en chasse un moment et prend une dizaine de secondes d’avance sur le reste de la meute. Il est néanmoins repris assez vite, au moment d’entamer les dix derniers kilomètres. Devant, le quatuor tente de résister, mais cela semble être mission impossible.

Leur écart se réduit à vingt secondes à 8 bornes du but et à 5 kilomètres, le peloton n’est plus qu’à quelques mètres d’opérer la jonction. Le regroupement général, inévitable, est finalement opéré quelques instants plus tard, et la préparation du sprint entre dans sa phase finale. Le gros collectif de la Quick Step Floors prend les commandes et les garde jusque dans la dernière ligne droite, où Alvaro Hodeg se charge de déposer Elia Viviani. Le duo italiano-colombien fait des ravages et le quadruple vainqueur d’étape sur le Giro s’envole facilement vers la victoire. Giacomo Nizzolo (Trek-Segafredo) revient lui pour la deuxième place mais ne peut absolument rien faire face à Viviani, vainqueur avec plusieurs longueurs d’avance. Preuve de la force des hommes de Patrick Lefévère, Hodeg se classe troisième d’étape, devant Riccardo Minali (Italie). Ivan Sosa (Androni-Sidermec) passe sans problème sur la ligne et conserve les commandes du général. Edward Ravasi (UAE Team Emirates) concède pour sa part une minute et abandonne sa deuxième place au général à Giulio Ciccone (Bardiani-CSF).

Classement de la quatrième étape

1 Elia Vivani (Quick Step Floors)
2 Giacomo Nizzolo (Trek-Segafredo) t.m.t
3 Alvaro Hodeg (Quick Step Floors)
4 Riccardo Minali (Italie)
5 Mark Renshaw (Dimension Data)
6 Reinardt Van Rensburg (Dimension Data)
7 Simone Consonni (UAE Team Emirates)
8 Marco Canola (Nippo Vini Fantini)
9 Mihkel Raim (Israel Cycling Academy)
10 Jalel Duranti (Italie)

Général provisoire après la quatrième étape

1 Ivan Ramiro Sosa (Androni Giocattoli – Sidermec)
2 Giulio Ciccone (Bardiani – CSF) à 0’45
3 Ildar Arslanov (Gazprom-RusVelo) à 1’13
4 Edward Ravasi (UAE-Team Emirates) à 1’44
5 Valerio Conti (UAE-Team Emirates) à 1’57
6 Pieter Weening (Roompot – Nederlandse Loterij) à 2’03
7 Giovanni Carboni (Bardiani – CSF) à 2’53
8 Peter Stetina (Trek – Segafredo) à 3’04
9 Simone Petilli (UAE-Team Emirates) à 3’17
10 Gianluca Brambilla (Trek – Segafredo) à 3’20

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Caleb Ewan : « Mon rêve d’enfant est devenu réalité »

Caleb Ewan tient sa victoire. Après quatre podiums en autant de sprints massifs, l’Australien s’est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.