Max Richeze, troisième lame de Quick-Step Floors en Argentine

Décidément, Quick-Step Floors se montre altruiste sur le Tour de San Juan. Après Fernando Gaviria le premier jour et Tom Boonen le lendemain, c’est Max Richeze qui a pu lever les bras à Pocito au terme de la sixième étape hier. Parti au sein de l’échappée du jour et profitant d’un peloton désintéressé de l’étape, l’Argentin a devancé le jeune Oliviero Troia et son compatriote German Nicolas Tivani. Il porte donc à trois le nombre de succès de son équipe sur cette épreuve, soit 50%. « Ce matin, lors du briefing, on a décidé de miser sur un sprint massif mais Brama (Davide Bramati) m’a dit que si plus de huit coureurs partaient dans l’échappée, je devais me joindre à eux pour permettre à l’équipe de passer une journée tranquille après une dure semaine, raconte Richeze. Ce fut une étape difficile et terrible à cause de la chaleur et je suis arrivé à Pocito complètement vidé mais avec un grand sourire sur mon visage. »

L’étape a été raccourcie et Richeze a franchi la ligne le premier. L’an passé, il avait porté le maillot de leader du Tour de San Luis lorsque son équipe avait remporté le chrono par équipes inaugural. Cette fois-ci, c’est une victoire individuelle qu’il s’est adjugé sur ses terres. « Gagner ici m’apporte une joie énorme, un an après avoir porté le maillot du leader au Tour de San Luis. J’aime la confiance que l’équipe a en moi et je veux les remercier de croire en moi. Mon job était de travailler pour Fernando (Gaviria) et Tom (Boonen), et d’avoir eu une telle opportunité signifie vraiment beaucoup pour moi. C’est un grand jour non seulement parce que c’était l’étape de Difunta Correa, qui est très importante pour le peuple argentin, mais aussi parce que mes frères sont ici dans la course, tandis que mes parents sont venus à l’arrivée. Partager cette victoire avec eux est quelque chose de très spécial. » Il restera une chance à l’équipe Quick-Step Floors demain de remporter une quatrième victoire lors de l’ultime étape de ce Tour de San Juan.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.