(c) ASO

Après son ultra-domination à Oman, Alexey Lutsenko expose ses futurs objectifs

En l’espace de cinq jours, Alexey Lutsenko est devenu l’un des trois coureurs les plus prolifiques de ce début de saison 2019. Comme Daryl Impey et Niccolo Bonifazio, le Kazakh compte aujourd’hui quatre victoires au compteur. Mais quand deux titres nationaux sont crédités au Sud-Africain et que l’Italien ne s’est imposé “qu’au” Gabon, le coureur d’Astana a lui écrasé un beau plateau international sur le Tour d’Oman. L’ancien champion du monde juniors a tout passé en revue ces derniers jours : victoires en puncheur, d’abord en solitaire, puis dans un sprint en côte, mais aussi triomphe au sommet de la Green Mountain lors de l’étape reine. Il a donc logiquement, et de manière très impressionnante, réussi à conserver son titre sur l’épreuve du Moyen-Orient. Le tout après un hiver plombé par la fausse-couche de sa femme, qui attendait des jumeaux, mais lors duquel il a pourtant bien travaillé, notamment lors d’un stage à Tenerife, comme il le rappelait après son second succès.

Alors, après sa démonstration de force dans le golfe persique, Alexey Lutsenko va sans aucun doute attirer tous les regards dans les semaines à venir. Ce sera d’abord le cas sur l’Omloop Het Nieuwsblad, pour le week-end d’ouverture, dans près d’une semaine. “Ma performance ici me motive encore plus pour les grandes courses comme les Classiques, a-t-il admis auprès de Cyclingnews. C’est un bon départ pour cette nouvelle saison, le meilleur que j’ai jamais fait. Je vais maintenant rentrer chez moi pour profiter de quelques jours avec ma famille avant de partir pour la Belgique. J’irai sur les Classiques avec de bonnes jambes et une bonne motivation”. Néanmoins, une chose est claire. Lutsenko ne fera pas la campagne des Flandriennes. Malgré une troisième place sur À Travers la Flandre en 2017 et une 15e sur le Tour des Flandres en 2016, le puncheur kazakh a préféré opter pour les Ardennaises, où il ne s’est encore jamais fait remarquer chez les pros.

“J’aime beaucoup l’Amstel Gold Race, a ajouté celui qui avait néanmoins conquis son titre mondial Espoirs sur les pentes du Cauberg. J’aime cette dernière ascension abrupte de l’Amstel Gold Race. C’est aussi mon point fort. Liège-Bastogne-Liège est aussi une bonne course pour moi, je pense. Après Tirreno-Adriatico, je me reposerai pendant trois ou quatre jours, puis je remonterai en altitude à Tenerife pour me préparer encore davantage pour les Ardennaises.” Mais avant ça, il y aura donc un passage en Italie pour le protégé d’Alexey Lutsenko, et notamment par les Strade Bianche où il sera l’un des hommes à surveiller. Aussi, le jeune homme de 26 ans ambitionne un bon résultat sur Tirreno-Adriatico en raison d’un parcours plus adéquat cette année. “C’est une bonne course pour moi, a-t-il conclu. Il n’y a pas trop d’ascensions, et il  y a un contre-la-montre. Pour moi, c’est parfait.”

Milan-Sanremo et le Tour du Pays Basque devraient aussi figurer à son programme ces prochaines semaines.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Paris-Nice : Le chrono en direct commenté

Après trois jours de course sans répit sur le plat, la 78e édition de Paris-Nice …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.