(c) Sirotti

L’UCI étudie de nouvelles pistes pour renforcer la lutte antidopage

L’UCI veut renforcer ses moyens d’agir contre le dopage. La haute instance a publié un communiqué ce vendredi, au lendemain de l’annonce des contrôles positifs d’Edward Beltran et Alexis Camacho. Outre ces deux coureurs colombiens, le communiqué note que « l’affaire Aderlass a montré une fois de plus que le dopage ne connaissait pas de frontières, ni entre les sports, ni entre les pays ». C’est pourquoi l’UCI a annoncé avoir pris contact avec l’International Testing Agency (ITA).

Cet organe soutenu par l’Agence Mondiale Antidopage gère actuellement les programmes antidopage de plus de quarante organisations, parmi lesquelles plusieurs fédérations internationales de sports olympiques. La haute instance cycliste étudie alors la possibilité de travailler avec l’ITA, tout en rappelant son soutien à la Fondation Antidopage du Cyclisme qu’elle mandate depuis 2008. Cette dernière continuera donc d’exercer en 2020. Une décision quant à l’éventuelle collaboration avec l’ITA est attendue début février.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Paris-Nice : Le chrono en direct commenté

Après trois jours de course sans répit sur le plat, la 78e édition de Paris-Nice …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.