(c) UCI

Le début de saison phénoménal de Mathieu van der Poel en chiffres

La saison de cyclo-cross 2017/2018 est loin d’être terminée, mais un homme domine très largement les débats depuis la mi-septembre : Mathieu van der Poel. Parti sur des bases très élevées, le tout récent champion d’Europe semble quasi-imprenable. Pour illustrer son début de saison monstrueux, Cyclingpro.net a recueilli, recherché et calculé les statistiques les plus parlantes (*).

Mathieu van der Poel en chiffres

87% : Pourcentage de victoires cette saison
Sur les quinze cyclo-cross auxquels il a pris part cette saison, Mathieu van der Poel en a remporté 13, soit 87% de réussite.

22 : Nombre de victoires en 2016/2017
Après moins de deux mois de compétition dans l’exercice 2017-2018, le Néerlandais en totalise déjà 13. À moins d’un réel sursaut de son rival Wout Van Aert, ou d’une blessure inopportune, ce record devrait tomber cet hiver.

13 : Nombre de victoires en solitaire ; soit 100% de ses succès
Bien que disposant d’une très bonne pointe de vitesse, Mathieu van der Poel n’a pas eu à l’utiliser cette année pour remporter la moindre victoire. Il acquis ses 13 succès en solitaire.

1 : Premier titre de champion d’Europe
Déjà sacré à l’échelon international (2015) et au niveau national (2015, 2016, 2017) chez les élites, Mathieu van der Poel a conquis son premier titre européen dimanche à Tabor.

6 : Victoires consécutives, record égalé chez les élites
Tout comme en 2015 et 2017, Mathieu van der Poel a aligné 6 victoires de rang cette saison entre le Cross d’Eecklo (10 septembre) et le Berencross de Meulebeke (7 octobre). Il en est à cinq depuis sa quatrième place sur le SuperPrestige Niels Albert. Un record qui pourrait, là aussi, être amélioré prochainement.

1 : Seulement une fois classé hors du podium
Au-delà de ses 13 victoires, Mathieu van der Poel comptabilise une deuxième place et … une quatrième place. Sa seconde position a été réalisée lors du Hotondcross, comptant pour le DVV Trofee, où il s’est incliné tactiquement, marquant Wout Van Aert alors que Lars van der Haar s’échappait en tête. Sa quatrième place s’est produite sur le SuperPrestige Niels Albert où il a chuté.

3 : Leadership dans les trois grands circuits
Fort de ses nombreux succès, Mathieu van der Poel pointe en tête des trois grands circuits du cyclo-cross. Il a pris la tête du DVV Trofee pour 14 secondes à Lars van der Haar sur le Koppenbergcross et partage le leadership avec Wout Van Aert du SuperPrestige, qui se calcule lui aux points (57). En Coupe du Monde, après trois manches, il relègue son plus proche concurrent, Laurens Sweeck, à déjà 80 points, ce qui représente une victoire d’avance.

23 : Son avance moyenne, en secondes, à l’arrivée lors de ses victoires cette saison
Un écart pas si impressionnant mais qui résulte aussi de sa gestion lorsqu’isolé en tête de course.

43 : Son avance maximale, en secondes, à l’arrivée sur le deuxième cette saison
Le plus grand écart constaté sur la ligne fut celui enregistré à Coxyde, pour la troisième manche de la Coupe du Monde. Il avait alors devancé Lars van der Haar de 43 secondes.

10 : Son avance minimale, en secondes, à l’arrivée sur le deuxième cette saison
Son plus mince avantage à l’arrivée date d’à peine une semaine. C’est Wout Van Aert, sur le SuperPrestige de Ruddervoorde, qui était parvenu à maintenir le Néerlandais sous pression pendant toute la course alors que le champion batave s’était isolé … dès le premier tour !

2408 : Nombre de points au classement mondial
Mathieu van der Poel occupe la tête du classement mondial depuis le 26 septembre, date à laquelle il avait mis un terme au règne de Wout Van Aert, qui était aux commandes de classement depuis deux ans. Avant l’actualisation des points, effectuée le mard, Mathieu van der Poel compte 2408 points.

19 (**) : Durée moyenne, en minutes, après laquelle Mathieu van der Poel s’isole en tête cette saison
Mathieu van der Poel s’est fait une spécialité, cette saison, de mettre le turbo dès le départ. Grâce à ses grosses entames, le Néerlandais est souvent parvenu à faire la différence avant même la mi-course. Il a même parfois pris la tête seul dans le premier tour et n’a jamais été revu. La plus courte durée avant son échappée décisive est d’à peine deux minutes, sur la première manche de Coupe du Monde à Iowa City. La plus longue a été réalisée tout récemment, sur le Koppenbergcross, où il dut attendre le dernier tour pour faire la différence.


(*) La grande majorité des données provient du site de l’Union Cycliste Internationale

(**) Statistique arrondie/approximative après visionnage de 12 de ses 13 succès cette année (sa victoire sur la Trek CX Cup de Waterloo n’ayant pas été télévisée)

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Paris-Nice : La troisième étape en direct commenté

La troisième étape de Paris-Nice relie, ce mardi, Chalette-sur-Loing à La Châtre en 214 kilomètres. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.