(c) Sirotti

Christophe Laporte : « Ça me rassure un peu »

Battu par Bryan Coquard et Mathieu van der Poel sur l’Arctic Race of Norway récemment, Christophe Laporte a pu retrouver de la confiance ce mardi à l’occasion du Tour du Poitou-Charentes. Dans la toute première étape de l’épreuve hexagonale, qui s’est conclue par un sprint, non pas massif en raison de plusieurs chutes et cassures dans le final, le Varois de 26 ans a parfaitement su saisir sa chance, bien mis en orbite par ses collègues de la Cofidis. “L’équipe a fait un super travail pour me lancer, a confirmé le poulain de Cédric Vasseur au micro de France 3 Poitou-Charentes. On a essayé de contrôler la course, mais on ne voulait pas le faire seul. Je voulais garder de la main d’oeuvre dans le final pour être bien lancé. Je savais que c’était sinueux, qu’il fallait être devant et qu’il risquait d’y avoir des chutes derrière. C’est exactement ce qui s’est passé. De mon côté j’ai pu sprinter comme je le voulais. J’étais deuxième à la sortie du rond-point et je n’avais plus qu’à sprinter 200 mètres. C’était parfait.L ’équipe a fait un super travail et c’est grâce à eux.”

Victorieux pour la sixième fois de la saison, Laporte retrouve donc le sourire et peut aborder la suite de l’épreuve sereinement. “C’est toujours satisfaisant de gagner. Les sensations ne sont pas top ces derniers temps donc ça me rassure un peu, a-t-il ajouté. J’ai pris du plaisir aujourd’hui avec l’équipe. Notre Tour est déjà réussi avec cette victoire. Le reste sera du bonus mais on ne va pas s’arrêter là si on peut continuer. On va déjà devoir assumer la course demain et on aura beaucoup de travail”. De là à le voir imiter Arnaud Démare et son grand chelem de la saison dernière, il y a donc un pas. “J’ai déjà gagné des chronos dans le passé, mais pour en gagner un, il faut que la condition soit très bonne, a-t-il enfin conclu. J’ai quitté le Tour malade, j’ai eu du mal à remettre en route. Ma condition n’est pas encore au top et je ne sais pas comment je vais être sur le contre-la-montre. Je vais donner le maximum, mais ça se fait à la pédale sur un chrono, il n’y a aucune excuse. Et pour l’instant, je vois au jour le jour.”

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.