(c) Sirotti

Patrick Bevin, des espoirs déchus et des espoirs pour l’avenir

Si l’on ne saura jamais de quoi aurait été capable Patrick Bevin sur Willunga Hill ce dimanche, ses performances tout au long de la semaine sur le Tour Down Under laissaient tout de même supposer qu’il n’aurait pas brader son maillot ocre si facilement. Mais les aléas de course ont finalement décidé à sa place. Victime d’une chute samedi, le Néo-Zélandais était certes parvenu à conclure l’étape sans perdre de temps, mais meurtri dans sa chair, le coureur de la CCC n’était même pas certain de prendre le départ de l’ultime acte, décisif pour le classement général final. Malgré tout, souhaitant honorer son maillot de leader, et ayant obtenu le feu vert des médecins, Patrick Bevin s’est donc élancé avec le reste du peloton vers Willunga Hill, mais la toute première ascension a eu raison de lui, et ses blessures, bien que superficielles, l’ont forcément freiné et handicapé dans la défense de son leadership.

“Je suis un peu défoncé (sic), courbaturé, a énoncé le coureur de la CCC après avoir tout de même rejoint la ligne, à une 80e place anecdotique. Les chutes font partie de la course et c’est vraiment dommage d’avoir fait tout ce travail et de le voir partir en fumée. Mais il y aura d’autres courses pour prendre ma revanche, et quand bien même ce ne serait pas le cas, je serai de retour au Tour Down Under l’année prochaine, prêt à me retrousser les manches et à repartir de l’avant. J’avais très mal en début de course mais je ne me sentais pas trop mal une fois que nous avons commencé à rouler. Honnêtement, je continuais à croire que je pouvais le faire. Je n’avais rien à perdre, je devais juste pousser et m’accrocher. Mais quand la bagarre a commencé en vue de la montée, je me suis vite retrouvé dans le rouge, j’étais en difficulté. J’ai essayé de me calmer lorsque nous avons débuté l’ascension et puis de pousser sur les pédales, mais je n’y arrivais pas. C’est un sentiment assez affreux de voir le devant de la course s’éloigner. Jusqu’à un tour de l’arrivée, je pensais toujours pouvoir gagner la course. Mais je serai de retour ici pour aller chercher les bonifications, batailler face aux petits gars (les grimpeurs), et nous verrons comment ça se passe la prochaine fois.”

Relégué au 41ème rang du général, Patrick Bevin ressort toutefois grandi de ce Tour Down Under qui l’a non seulement pourvu du maillot de leader pendant quatre jours, mais qui lui a aussi permis de conquérir une victoire, sa première dans le World Tour, un podium d’étape, ainsi que le maillot du classement par points. Surtout, l’épreuve lui a permis de s’affirmer et d’exhiber des qualités qu’il espère maintenant distiller tout au long de la saison. “Je repars avec le maillot de meilleur sprint, ce qui est un bon résultat pour le travail effectué cette semaine, a ajouté le Kiwi de la CCC. Evidemment, c’est dur de voir le général s’évaporer après une chute, mais c’est le vélo. Il n’y a aucune garantie. Nous retirons beaucoup de points positifs de cette course et nous attendons avec impatience la prochaine. Je pense aussi que quelqu’un a dû dire à la foule que j’étais Australien aujourd’hui, car j’avais énormément de fans sur le parcours. J’ai eu beaucoup de soutien. J’ai passé un très bon moment, c’était fantastique de venir ici, de tout donner dès le kilomètre 0, et je compte rester dans ce schéma toute l’année. Je compte me battre toute la saison de cette manière et cette course est surtout le début de quelque chose.”

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Milan-Sanremo : Présentation de l’édition 2019

110e édition de Milan-Sanremo (1.UWT), samedi 23 mars 2019 Milan > Sanremo, 291km Les 10 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.