(c) Tour de Wallonie

Tour de Wallonie : Tim Wellens prend les commandes à Namur

Avec huit difficultés répertoriées sur 167 kilomètres, la deuxième étape de la compétition belge promettait d’établir une première hiérarchie au général. Les grands noms de l’épreuve Tim Wellens (Lotto-Soudal) ou Fabio Aru (UAE) sont très attendus à l’arrivée de Namur. Alors que la course s’est décantée dans les 20 derniers kilomètres, le grand favori de l’épreuve n’a pas déçu. Tim Wellens remporte la deuxième étape du Tour de Wallonie après s’être échappé avec une dizaine d’autres coureurs sur l’avant dernière difficulté du jour. Dans un sprint réduit, il a devancé Pieter Serry (Quick-Step) et Quentin Pacher (Vital-Concept) et s’empare du maillot jaune.

Contrairement à ce que l’on aurait pu penser, il n’y a pas de véritable bagarre pour prendre l’échappée en début de journée. Deux hommes attaquent et créent directement l’écart. Kasper Asgren (Quick-Step) et Nicolas Cleppe (Telenet Fidea Lions) forment l’échappée du jour. Le duo de tête compte deux minutes d’avance après vingt kilomètres de course, et double l’écart après quarante. Asgren et Cleppe obtiennent leur avance maximale après une cinquantaine de kilomètres, le peloton est alors pointé à 4’45”.

Le départ de cette deuxième étape est plutôt calme : les coureurs semblent attendre l’enchaînement des huit monts qui débute peu avant la mi-course. En attendant le début de la bagarre des favoris au sein du peloton, Asgren et Cleppe se disputent chacun des grands prix de la montagne disposés sur leur chemin. A l’arrière, Lachlan Morton (Dimension Data) part en contre à 75 kilomètres de l’arrivée. Alors que les deux hommes de tête conservent une avance de trois minutes sur le peloton, Morton parvient à se rapprocher. Il semble cependant caler après une vingtaine de kilomètres de poursuite alors qu’il est encore à une quarantaine de secondes de l’échappée. Derrière lui, le peloton accélère aussi l’allure et fait passer l’écart sous la barre des trois minutes.

La course semble se décanter au pied de la 5e difficulté du jour, à moins de 50 kilomètres de la ligne d’arrivée dessinée au pied de l’hôtel de ville de Namur. Plusieurs attaques émanent alors du peloton : Pierre-Luc Perrichon (Fortuneo-Samsic) et Kevin Ista (WB-Aqua Protect) sortent notamment en contre. A l’arrière du peloton, des coureurs sont distancés. Intercalé depuis un long moment, Lachlan Morton réussit finalement à rejoindre Asgren et Cleppe à 44 kilomètres du but. Problème pour l’Australien, le peloton s’est rapproché à 1’20”. Cleppe capitalise en passant en tête des 5e et 6e difficultés, alors que le groupe des favoris se rapproche dangereusement.

Partis en contre, Perrichon et Ista sont finalement repris par un peloton en file indienne à une trentaine de kilomètres de l’arrivée. Le trio Morton-Cleppe-Asgren n’a plus que 30″ d’avance. Les hommes de tête sont finalement repris à 22 kilomètres du but et c’est le début d’une grande bataille entre leaders. Tim Wellens (Lotto-Soudal), Pieter Serry (Quick-Step) et Amanuel Ghebreigzabhier (Dimension Data) profitent de l’avant dernière difficulté répertoriée pour fausser compagnie au peloton. La Quick-Step envoie alors James Knox, Jhonatan Narvaez et Enric Mas faire la jonction. Ils y parviennent et six coureurs importants de ce Tour de Wallonie se retrouvent en tête avec une petite vingtaine de secondes d’avance.

Un groupe de contre se dessine alors avec Remi Cavagna (Quick-Step), Viacheslav Kuznetsov, Tiago Machado (Katusha), Kevin Deltombe (Sport Vlaanderen), Quentin Pacher (Vital-Concept), Odd Christian Eiking, Frederik Backaert (Wanty-Gobert) et surtout Fabio Aru (UAE). Les huit contre-attaquants rejoignent le groupe de tête pour former un peloton des favoris en tête de course. Ils sont donc 14 et prennent 30 secondes d’avance à 14 kilomètres de la ligne. Derrière, la Groupama-FDJ s’est faite piéger et est contrainte de rouler.

Tout est encore possible au passage des coureurs sous l’arche indiquant les 10 derniers kilomètres. Les 14 hommes de tête ont une avance légèrement supérieure à vingt secondes. La victoire va se jouer dans l’ascension de la Citadelle de Namur, dont le sommet est situé à 4 kilomètres de l’arrivée. Cette dernière est jugée au pied de l’hôtel de ville, après la descente. Ghebreigzabhier passe en tête au sommet, devant Mas et Wellens.

Tim Wellens se montre le plus véloce dans la descente et remporte la deuxième étape du Tour de Wallonie 2018. Le Belge a dominé, dans un sprint réduit, Pieter Serry (Quick-Step) et Quentin Pacher (Vital-Concept). Wellens fait coup double puisqu’en plus de la victoire d’étape, il récupère le maillot de leader du classement général.

Le top 10 de l’étape : 
1. Tim Wellens (Lotto-Soudal)
2. Pieter Serry (Quick-Step)
3. Quentin Pacher (Vital-Concept)
4. Jhonatan Narvaez (Quick-Step)
5. Odd Christian Eiking (Wanty-Gobert)
6. Viacheslav Kuznetsov (Katusha)
7. Frederik Backaert (Wanty-Gobert)
8. Fabio Aru (UAE)
9. Kevin Deltombe (Sport Vlaanderen)
10. Enric Mas (Quick-Step)

 

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.