(c) Tour de Wallonie

Tour de Wallonie : Odd Christian Eiking surprend les favoris dans le final

Longue de 169,2 kilomètres, la troisième étape de l’épreuve belge présente un profil similaire à celle de la veille. Six grand prix de la montagne sont au programme, avec le dernier d’entre eux situé à moins de sept kilomètres de l’arrivée dessinée à La-Roche-en-Ardenne. Sorti d’un petit groupe de favoris à quatre kilomètres de l’arrivée, Odd Christian Eiking (Wanty-Groupe Gobert) parvient à creuser l’écart dans la descente et franchit la ligne d’arrivée en solitaire avec une dizaine de secondes d’avance sur ses premiers poursuivants. Le Norvégien remporte l’étape, alors que Tim Wellens (Lotto-Soudal) conserve le leadership au classement général. 

Si le parcours ressemble à celui de la veille, le déroulé de la course est bien différent. L’allure est soutenue en début d’étape alors qu’un groupe composé de Quinten Hermans (Telenet Fidea Lions), Rémi Cavagna (Quick-Step), Daan Soete (Pauwels), Pierre-Luc Périchon (Fortuneo-Samsic), Tosh van der Sande (Lotto Soudal) et Alex Kirsch (WB-Aqua Protect) tente de s’échapper. Le peloton n’apprécie pas cette tentative de six coureurs et engagent directement la poursuite. Après dix kilomètres, les six fuyards sont ramenés à la raison, notamment par l’équipe Katusha.

Après le regroupement général, Alex Kirsch retente sa chance, cette fois accompagné d’Edward Planckaert (Sport Vlaanderen) et Lionel Taminiaux (AGO-Aqua Service). Le peloton décide de laisser filer, le trio de tête creuse rapidement l’écart. Les fuyards ont trois minutes d’avance à 100 kilomètres de l’arrivée et en profitent pour se répartir les prix : Planckaert passe en tête des sprints intermédiaires, Kirsch fait les GPM.

Une première difficulté s’oppose alors aux attaquants alors qu’ils comptent près de quatre minutes d’avance : Taminiaux est en difficulté dans la Côte des Quatre Chemins (2km à 7,5%). Il lâche prise, Planckaert et Kirsch poursuivent l’échappée à deux alors qu’il reste encore une centaine de kilomètres à parcourir. A 70 kilomètres de l’arrivée, le duo de tête est mis au sol, semble-t-il par une des voitures de directeur sportif qui les suit. Kirsch est amoché, alors que Planckaert repart rapidement. Tout seul, ce dernier décide de couper son effort. Il arrête de rouler et laisse revenir le peloton.

Le peloton se regroupe donc à soixante kilomètres de la ligne, avec Kirsch en son sein après un passage à hauteur de la voiture médicale. Un nouveau groupe de tête se forme alors pour le dernier tiers de l’étape : Przemyslaw Niemiec (UAE), Loïc Chetout (Cofidis), Ryan Gibbons (Dimension Data), Bryan Nauleau (Direct Energie), Kenny Dehaes (WB-Aqua Protect), Dries de Bondt (Veranda’s Willems-Crelan) et Gordon de Winter (AGO-Aqua Service). Le peloton ne prend pas le risque de les laisser partir. Le groupe de tête évolue pendant une trentaine de kilomètres avec moins de 30 secondes d’avance sur le peloton avant d’être repris. Reste alors 25 kilomètres à disputer et un peloton réduit semble devoir se disputer la victoire de l’étape. Les favoris de l’épreuve sont là, alors qu’Alex Kirsch paye les conséquences de sa chute : il est distancé dans un groupe pointé à plus de cinq minutes.

La Côte de Samrée (8,9km à 3,6%), avant-dernière difficulté du jour, est abordée à pleine vitesse par le petit peloton. Des coureurs tentent de sortir, en vain. La Lotto-Soudal dicte l’allure pour son leader Tim Wellens, déjà vainqueur hier et porteur du maillot jaune. Personne ne parvient à faire la différence et il faut attendre la dernière difficulté du jour, plus courte mais beaucoup plus pentue, pour voir une bataille entre leaders. C’est Fabio Aru (UAE) qui lance les hostilités à 7km de la ligne. Isolé, Tim Wellens est obligé de faire le travail de poursuite alors que la Quick-Step est en surnombre. Un groupe d’une dizaine de coureurs se retrouve en tête dans le final avec les principaux leaders de ce Tour de Wallonie.

Après le passage du sommet, Odd Christian Eiking (Wanty-Groupe Gobert) attaque dans la descente et creuse un écart à 4 kilomètres de l’arrivée. Derrière, le peloton parvient à recoller sur le groupe des favoris et se lance à la poursuite d’Eiking. Le Norvégien de 23 ans fait la descente à fond et possède une avance d’une dizaine de secondes à deux kilomètres du but. Il entre seul dans La-Roche-en-Ardenne et négocie parfaitement le final tortueux. Odd Christian Eiking remporte finalement la troisième étape du Tour de Wallonie 2018 avec une dizaine de secondes d’avance. Quinten Hermans (Telenet Fidea Lions) remporte le sprint du petit peloton et prend la deuxième place devant Lorrenzo Manzin (Vital-Concept).

Le top 10 de l’étape : 
1. Odd Christian Eiking (Wanty-Groupe Gobert)
2. Quinten Hermans (Telenet Fidea Lions)
3. Lorrenzo Manzin (Vital-Concept)
4. Jens Adams (Pauwels)
5. Jhonatan Narvaez (Quick-Step)
6. Pieter Serry (Quick-Step)
7. Michel Kreder (Aqua Blue Sport)
8. Tim Wellens (Lotto Soudal)
9. Romain Le Roux (Fortuneo-Samsic)
10. Nick van der Lijke (Roompot)

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.