Tour de Vendée : Nico Denz, enfin !

Nico Denz tournait autour depuis un moment. Le jeune coureur allemand d’AG2R-La Mondiale la tient enfin, sa première victoire chez les professionnels. Au terme d’une course très décousue et marquée par le mauvais temps, ce samedi, le poulain de Vincent Lavenu a donc remporté le Tour de Vendée dans un sprint à trois face à Lennert Teugels (Cibel-Cebon) et Gian Friesecke (Vorarlberg). Deuxième d’une étape du Giro cette saison, Denz offre un beau lot de consolation à l’équipe savoyarde, qui n’a pas pu faire triompher Samuel Dumoulin au classement général de la Coupe de France. C’est en effet Hugo Hofstetter (Cofidis) qui s’adjuge la compétition pour cette année 2018.

Le départ du Tour de Vendée 2018 est donné sous les coups de 12h15 ce samedi, et c’est une vingtaine de secondes plus tard que l’échappée du jour, composée de quatre coureurs, parvient à prendre les devants. On y retrouve Gianni Marchand (Cibel), Tom Dernies (Roubaix Lille Métropole), Anthony Delaplace (Fortuneo-Samsic) et Gediminas Bagdonas (Ag2r-La Mondiale), qui s’en vont se construire un petit matelas d’avance avec la bénédiction du peloton. Après une heure de course, la différence est d’un peu moins de cinq minutes, et c’est à cet instant que les équipes de sprinteurs commencent à réguler l’allure, et donc l’écart. Dès lors, pendant une cinquantaine de kilomètres, l’avance des fuyards ne fluctue quasiment pas, la faute notamment à la formation Vital Concept de Bryan Coquard. Au moment d’arriver dans la commune de Rosnay, située pile poil à la mi-course, le peloton accélère alors vivement le tempo et l’écart est immédiatement ramené à trois minutes. Mais sous un ciel qui devient très menaçant, c’est la course toute entière qui s’emballe avec des coureurs qui relancent depuis le paquet. C’est ainsi qu’on retrouve bientôt une quinzaine de coureurs intercalés entre le quatuor de tête et le peloton. Ces poursuivants roulent à une allure très soutenue, qui leur permet d’ailleurs de reprendre les échappés à un peu moins de 80 bornes du but.

Ce sont dès lors vingt-trois coureurs qui mènent les débats tandis que la Direct Energie prend les commandes du peloton. Parmi les poursuivants revenus en tête, on retrouve Jonathan Lastra (Caja Rural), Bryan Coquard, Justin Mottier (Vital Concept), Angelo Tulik (Direct Energie), Flavien Maurelet, Camille Thominet (St Michel-Auber 93), Nico Denz, Aurélien Paret-Peintre (AG2R-La Mondiale), Romain Seigle ou Antoine Duchesne (Groupama-FDJ). Bien que représentée en tête, AG2R vient prêter main forte à la Direct Energie, dans l’espoir de porter Samuel Dumoulin à la victoire. Mais le petit sprinteur de poche n’est pas en mesure de suivre lorsque Direct Energie fait imploser le peloton. L’équipe vendéenne, sur ses terres, s’attache à ramener Thomas Boudat et le paquet vole en éclats. Seules quelques unités s’accrochent dans la roue des hommes de Bernaudeau, mais un temps seulement. Quatre Direct Energie finissent par former un train que personne n’est en mesure de suivre. À l’avant, Antoine Duchesne, Josef Areruya (Delko Marseille Provence KTM) et Paret-Peintre prennent quelques secondes d’avance mais à 70 kilomètres du but, ils sont repris par un groupe de poursuite où les Direct Energie ont fait leur retour, de manière tonitruante. Le tout sous une météo désormais exécrable. Malgré le retour de Thomas Boudat et ses coéquipiers, la course continue de s’animer à l’avant, à près de 50 kilomètres du but.

Les offensives se poursuivent et une première vértiable tentative, avec huit hommes est annihilée. Mais une seconde avec le même nombre d’unités, à plus de 30 bornes du but, obtient plus de succès. S’échappent alors Lennert Teugels et Jimmy Janssens (Cibel-Cebon), Gian Friesecke (Vorarlberg), Kevin Reza (Vital Concept), Franck Bonnamour (Fortuneo-Samsic), Jonathan Hivert (Direct Energie), Alexis Guerin (Delko Marseille Provence KTM)  et Nico Denz (AG2R La Mondiale). Immédiatement, l’écart se fait puisque personne ne souhaite chasser derrière ce groupe. En quelques kilomètres seulement, l’avance des fuyards atteint les 40 secondes. Les huit échappés semblent dès lors bien partis pour se jouer la gagne, mais à 20 bornes du but, Kevin Reza doit abandonner sa place à l’avance, vidé de ses forces. Bryan Coquard est donc piégé, seul, dans le groupe de poursuite. Le spécialiste de la piste essaie de relancer malgré tout, mais la Direct Energie, encore représentée par plusieurs coureurs dans le contre, ne le laisse pas manoeuvrer. Donc, c’est un groupe de sept coureurs qui franchit une première fois la ligne à la Roche-sur-Yon, à 12 bornes du but. Les poursuivants ne passent qu’une minute plus tard et jouent forcément battus.

C’est donc dans le groupe de tête que le vainqueur se trouve. Un groupe de tête qui se scinde sous l’impulsion de Nico Denz dans le faux-plat menant à la ligne. Alors, au moment d’aborder l’avant-dernier tour, l’Allemand s’isole avec Teugels et Friesecke. Les trois hommes collaborent et creusent sur le reste des concurrents. À 5 kilomètres, on compte ainsi 15-20 secondes d’avance pour le trio. Mais Denz semble impatient, et à l’approche du dernier tour, le coureur d’AG2R-La Mondiale en remet une sur le faux-plat. Il prend alors quelques longueurs d’avance sur ses deux adversaires, mais ces derniers rentrent après la ligne, à la faveur d’une portion moins difficile. Les premiers poursuivants sont encore à une vingtaine de secondes et le trio se regroupe pour les trois dernières bornes. Possédant suffisamment de marge, les trois hommes de tête commencent à s’observer et à jouer au chat et à la souris avant même la flamme rouge. C’est alors Nico Denz qui se retrouve devant le Suisse et le Belge dans le faux-plat final. Le coureur allemand maintient un bon rythme, et c’est Teugels qui décide finalement de lancer le sprint. Friesecke répond immédiatement et Denz est le dernier à réagir. Mais bien plus puissant, et malgré les mains sur les cocottes, assis sur sa selle, le coureur d’AG2R-La Mondiale revient progressivement sur ses concurrents pour les devancer sur la ligne. Teugels termine second, Friesecke troisième.

Classement

1 Nico Denz (AG2R La Mondiale)
2 Lennert Teugels (Cibel-Cebon)
3 Gian Friesecke (Team Vorarlberg-Santic)
4 Jimmy Janssens (Cibel-Cebon)
5 Alexis Guérin (Delko Marseille-Provence KTM)
6 Jonathan Hivert (Direct Energie)
7 Thomas Boudat (Direct Energie)
8 Franck Bonnamour (Fortuneo-Samsic)
9 Gianni Marchand (Cibel-Cebon)
10 Quentin Jaurégui (AG2R La Mondiale)

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Paris-Nice : Le chrono en direct commenté

Après trois jours de course sans répit sur le plat, la 78e édition de Paris-Nice …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.