(c) Tour Colombia

Nairo Quintana : « Cela arrive de tomber, il faut juste se relever … »

Nairo Quintana est passé par tous les états dans le final de la dernière étape du Tour Colombia ce dimanche. L’issue a, au bout du compte, été heureuse pour le grimpeur de la Movistar, victorieux au sommet de l’Alto de Palmas, devant une foule en délire, mais l’ancien vainqueur du Giro et de la Vuelta avait connu bien moins de réussite quelques minutes auparavant. Alors qu’il siégeait dans le groupe de tête en compagnie de ses compatriotes Miguel Angel Lopez (Astana), Ivan Sosa et Egan Bernal (Team Sky), Quintana était en effet stoppé net dans sa course par un spectateur trop euphorique, et surtout trop proche des coureurs. À l’instar de Bernal, le pensionnaire de la Movistar se voyait contraint de mettre pied à terre avant de reprendre sa marche en avant. C’est comme dans la vie, a confié Quintana. Cela arrive parfois de tomber. Vous devez simplement vous relever et repartir de l’avant pour gagner. C’est ce que nous avons fait aujourd’hui.”

Il faut aussi dire que le Colombien a profité du marquage entre Miguel Angel Lopez et Ivan Sosa en tête pour faire son retour puis les décrocher, remportant ainsi son tout premier bouquet sur ses terres en tant que professionnel : “Il a toujours été très difficile de gagner en Colombie depuis que nous avons l’occasion de courir ici. Les deux éditions de ce Tour Colombia ont été très relevées et la compétition a été particulièrement dure ces derniers jours, mais l’affection du public et les encouragements qu’ils nous ont donnés toute la journée m’ont permis d’avoir les forces nécessaires pour lancer cette dernière attaque et remporter la victoire. C’est un succès qui porte une grande émotion, une grande joie et qui est l’oeuvre de toute l’équipe.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.