© Deceuninck - Quick-Step - © Luc Claessen / Getty Images

Le Samyn : Florian Sénéchal, première !

Florian Sénéchal aura dû patienter jusqu’à sa sixième saison chez les pros, mais il la tient enfin, cette première victoire. Au terme d’une course décousue et passionnante, le Nordiste a remporté l’édition 2019 du Samyn, ce mardi, dans un sprint en tout petit comité du côté de Dour. Dans cette course d’ouverture du calendrier wallon, il a devancé Aimé De Gendt (Wanty-Groupe Gobert) et Niki Terpstra (Direct Energie) sur la ligne d’arrivée et permet à son équipe Deceuninck-Quick Step de réaliser un sans faute dans ce début de saison des Classiques, après les deux triomphes du week-end d’ouverture.

La première échappée de la saison 2019 en terres wallonnes se fait quelque peu attendre, ce mardi, sur Le Samyn. À la suite d’un départ relativement rapide, c’est donc après quasiment quarante bornes qu’un groupe parvient à se former à l’avant de la course. Un trio prend les rênes, avec Alexis Gougeard (AG2R), Tom Dernies (Roubaix Lille Métropole) et Gianni Marchand (Cibel-Cebon). Le peloton laisse filer mais garde tout de même un certain contrôle puisque trois minutes seulement sont allouées aux fuyards du jour. Derrière, la Deceuninck-Quick Step se positionne en tête de peloton et maitrise alors l’écart. Celui-ci reste stable jusqu’à la mi-course et le moment d’entrer sur le circuit final, de vingt-cinq kilomètres, à parcourir quatre fois. Un temps très capricieuse, la météo redevient plus indulgente pour la deuxième partie de parcours. La course prend dès lors un nouveau tournant sur le circuit final et ses quatre portions pavées. La Deceuninck-Quick Step met en marche dès la première boucle et la sélection s’opère immédiatement. Aussi, une chute dans le peloton provoque une cassure supplémentairen et l’allure ne faiblit pas. Ainsi, alors que les échappés matinaux voient leur avance fondre, quelques coureurs sont piégés, à l’instar de Niki Terpstra (Direct Energie). Devant, le trio d’échappés laisse sa place à un nouveau trio d’attaquants dans ce premier tour de circuit. Cette fois-ci, ce sont Rémi Cavagna (Deceuninck-Quick Step), Stan Dewulf (Lotto-Soudal) et Loic Vliegen (Wanty-Groupe Gobert) qui se projettent en tête.

Dans un premier peloton, derrière, ça temporise quelque peu, ce qui permet le retour d’un second paquet comprenant Niki Terpstra peu après l’entame du second tour de circuit.  À 70 bornes de la ligne, c’est donc un peloton recomposé qui mène la chasse, une vingtaine de secondes derrière le nouveau trio de fuite. Quelques instants plus tard, sur une partie exposée au vent, la formation Direct Energie prend les commandes et provoque une mini-cassure, qu’ils tentent de faire fructifier dans la foulée sur la côte de la Roquette, pavée. Alexandre Pichot, Adrien Petit et Damien Gaudin se succèdent devant Niki Terpstra pour provoquer une vraie sélection. Les trois attaquants sont avalés, et au terme de la bosse, le Néerlandais passe lui-même à l’offensive… avant de calmer le jeu. Un regroupement s’opère alors, mais avec seulement une vingtaine d’hommes ! Il reste plus de soixante kilomètres à parcourir mais la course est bien lancée. Direct Energie continue d’emmener le premier groupe, mais personne ne les relaie et une légère accalmie est observée. Cela permet le retour d’un second groupe, d’une vingtaine d’hommes également. Dans l’ultime difficulté du circuit, Niki Terpstra replace une offensive, mais n’est accompagné que d’un seul homme et n’insiste donc pas. Finalement, ils sont plus ou moins quarante à composer le premier peloton au moment d’entamer l’avant-dernier tour de circuit.

Un second peloton arrive cinquante secondes plus tard sur la ligne alors que deux hommes s’extirpent à l’avant : Aimé De Gendt (Wanty-Groupe Gobert) et Pieter Serry (Quick Step Floors). Derrière eux, le groupe se désorganise et la chasse n’est prise en main qu’après quelques minutes par la formation AG2R-La Mondiale. L’avance du duo de tête se maintient néanmoins à une vingtaine de secondes alors que quelques coureurs parviennent à faire le « jump » du second au premier peloton sur la côte de la Roquette, première difficulté du parcours. C’est donc un peloton légèrement plus étoffé qui se retrouve en poursuite de Serry et De Gendt à 35 kilomètres de la ligne, mais sans aucune véritable harmonie. Les contres se succèdent, dont celui de Clément Venturini (AG2R-La Mondiale) dans la côte des Nonettes, qui n’aboutit cependant à rien. Sur la fin de ce troisième tour, de nombreuses attaques font irruption, dont celles d’Elmar Reinders, Jesper Asselman (Roompot-Charles), Stijn Vandenbergh (AG2R-La Mondiale), Rémy Mertz (Lotto-Soudal) mais aussi Tim Declercq (Deceuninck-Quick Step). Peu après le passage sur la ligne, ces cinq coureurs rejoignent le duo de tête tandis que la Direct Energie emmène le peloton 15-20 secondes derrière Mais la coopération est bonne en tête, Declercq et Vandenbergh appuient de gros relais, et l’écart est porté à 30 secondes à 20 kilomètres du but.

Le peloton s’organise alors, avec la participation d’Israel Cycling Academy, est l’écart passe sous les vingt secondes à 15 bornes du but. Sur une portion dégagée, la Direct Energie fait encore exploser le peloton et lâche alors Niki Terpstra sur les premiers secteurs du circuit.Le Néerlandais n’hésite pas et met les gaz dans l’enchaînement de la côte de la Roquette et du Chemin de Whéries. Seuls Lars Boom (Roompot-Charles) et Florian Sénéchal (Deceuninck-Quick Step) sont en mesure de s’accrocher dans sa roue et ce trio parvient à boucher l’écart avec le groupe de tête à la suite de cette section pavée. Dès lors, dix hommes composent le groupe de tête : Vandenbergh, Declercq, Serry, Sénéchal, Boom, Asselman, Reinders, Terpstra, Mertz et De Gendt. Cette fois-ci, la sélection semble définitive et ce groupe fait clairement le trou à l’entrée dans les dix derniers kilomètres. Se présente ensuite la cote des Nonettes, où Terpstra tente un nouveau coup de force, mais Sénéchal lui répond parfaitement, tout comme Boom. Et même si le coureur de Direct Energie insiste, cela ne suffit pas et les dix hommes de tête se rassemblent peu après. Quoiqu’il en soit, avec 45 secondes d’avance sur le premier groupe de poursuite, à cinq kilomètres de la ligne, la victoire ne peut échapper à l’un des hommes de ce groupe. Deceuninck-Quick Step et Roompot-Charles continuent d’ailleurs à prendre des relais, et ce jusqu’à la rue de Belle Vue, à trois bornes du but, quand se profile l’ultime secteur pavé de la journée.

Après une légère temporisation, c’est Florian Sénéchal qui fournit son effort sur la droite du secteur. Le Français se montre très costaud et parvient même à décrocher Niki Terpstra. Mais Lars Boom réussit à boucher le trou, et au sortir de la portion pavée, Sénéchal est finalement rejoint par les deux Néerlandais. Le reste du groupe est distancé, mais la coopération ne règne pas parmi les trois coureurs de tête et cela permet le retour de Declercq et De Gendt dans les deux dernières bornes. Le grand rouleur de la Deceuninck-Quick Step profite d’un marquage pour tenter une première fois, repris par Boom et Terpstra, mais relance une seconde fois. Il prend alors 50 mètres d’avance et passe sous la flamme rouge en tête. Toutefois, Reinders rejoint le contre et se met à la planche pour son leader Lars Boom. Exténué, Tim Declercq perd mètre par mètre et ne peut empêcher le retour de ses poursuivants dans les 400 derniers mètres. Un sprint en petit comité s’annonce et Lars Boom est le premier à lancer, d’assez loin. Le Néerlandais réussit un joli démarrage mais ne peut tenir l’effort sur la durée et c’est alors Florian Sénéchal qui le déboite sur la gauche de la chaussée. Le Français surclasse ses rivaux au sprint et devance finalement De Gendt et Terpstra sur la ligne pour s’offrir son tout premier succès professionnel. La Deceuninck-Quick Step réussit elle le 3/3 en Belgique après les victoires sur l’Omloop Het Nieuwsblad et Kuurne-Bruxelles-Kuurne.

Classement 

1 Florian Sénéchal (Deceuninck – Quick Step)
2 Aimé De Gendt (Wanty – Groupe Gobert)
3 Niki Terpstra (Direct Energie)
4 Lars Boom (Roompot – Charles)
5 Pieter Serry (Deceuninck – Quick Step)
6 Stijn Vandenbergh (AG2R La Mondiale)
7 Tim Declercq (Deceuninck – Quick Step)
8 Elmar Reinders (Roompot – Charles)
9 Jesper Asselman( Roompot – Charles)
10 Rémy Mertz (Lotto Soudal)

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Elia Viviani veut briller sur Milan-Sanremo et Gand-Wevelgem en 2020

Elia Viviani a réussi son entrée en piste sur le Vélodrome d’Apeldoorn. Le futur coureur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.