(c) Jean-Claude Faucher

Tour du Pays Basque : Maximilian Schachmann réalise le hat-trick !

Inarrêtable. Maximilian Schachmann est sur un petit nuage depuis quelques jours, et il ne veut pas en redescendre. Leader du Tour du Pays Basque depuis le premier jour, grâce à sa victoire dans le contre-la-montre inaugural, le coureur allemand avait déjà doublé la mise hier dans une arrivée en faux-plat montant. Il a remis ça ce jeudi au terme d’un final explosif lors duquel il s’est échappé avec Adam Yates (Mitchelton-Scott), Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) et Jakob Fuglsang (Astana) avant de régler ce sprint à quatre. Le Slovène a pris la seconde place, le Danois la troisième mais Schachmann est encore une fois l’homme du jour et augmente d’ailleurs son avance au classement général avant les deux dernières étapes, décisives.

Le profil du jour, au Pays Basque, inspire beaucoup les attaquants ce jeudi matin. C’est pourquoi les tentatives se multiplient peu après 13 heures, lorsque le départ de cette quatrième étape est donnée. Et de fait, la bonne échappée met du temps à se dégager : quarante minutes, environ. Après quasiment trente kilomètres, sept hommes parviennent à ouvrir une brèche, ce sont Carlos Verona (Movistar), Stephen Williams (Bahrain-Merida), Maxime Monfort (Lotto-Soudal), Alessandro De Marchi (CCC), Michael Storer (Sunweb), Mikel Iturria (Euskadi-Murias) et Tsgabu Grmay (Mitchelton-Scott). L’écart passe immédiatement à quarante secondes et on pense alors que les choses vont se calmer. Mais ce n’est pas le cas. D’autres tentatives font irruption au sein du peloton, mais ce dernier ne laisse plus rien passer, et après une vingtaine de minutes d’agitation, tout rentre enfin dans l’ordre. L’échappée peut alors prendre un peu de champ. Mais pas trop. La Bora-hansgrohe du maillot jaune Maximilian Schachmann laisse l’écart grimper jusqu’à 3’40, au sommet de la première bosse répertoriée du jour, mais le stabilise ensuite autour des trois minutes. Se présente ensuite une descente périlleuse, sous la pluie, et de nombreuses chutes interviennent dans le peloton, qui se casse d’ailleurs en deux l’espace de quelques minutes.

Beaucoup de coureurs repartent après être tombés, mais certains sont contraint de jeter l’éponge peu après, tels que Nicolas Roche (Sunweb), Daan Olivier (Jumbo-Visma) mais aussi … Michal Kwiatkowski (Team Sky). C’est sans l’ancien du monde que la course poursuit donc son cours, et l’écart reste de trois minutes à la mi-course, soit à 80 bornes de la ligne.Les coureurs prennent alors la direction de la deuxième difficulté du jour, qui n’entraîne aucun changement, mais la Bora-hansgrohe accélère quelque peu à l’entrée dans les soixante derniers kilomètres, et plus encore quelques minutes plus loin lorsque se profile la principale difficulté du jour. La montée de Bikotz Gane (4,9 km à 8,5%) se présente à 42 bornes de la ligne, et les équipes de leaders remontent de part et d’autres pour placer leur homme fort. L’allure n’est pas grandement élevée dans un premier temps, alors que De Marchi fait lui la sélection à l’avant. Après de gros relais, l’Italien fait craquer tout le monde, à l’exception de Carlos Verona. Et derrière, ce sont les compères de l’Espagnol qui augmente le rythme dans le paquet. Mais la véritable accélération est l’oeuvre de la Mitchelton-Scott pour Adam Yates. Le peloton s’amaigrit à vue d’oeil et reprend d’abord Nicolas Edet, parti peu avant, puis rattrape tous les échappés sauf le duo De Marchi-Verona. Celui-ci bascule finalement avec 45 secondes d’avance, seulement, sur un peloton réduit à une cinquantaine d’unités.

Après une certaine désorganisation, c’est la Mitchelton-Scott qui prend les commandes de la poursuite après la descente, notamment par l’intermédiaire de Tsgabu Grmay, pourtant à peine repris après son échappée. Les coéquipiers d’Adam Yates se mettent à la planche et réduisent logiquement l’écart sur une longue partie plate. On ne compte plus que vingt secondes à vingt bornes de la ligne, et c’est finalement à quatorze kilomètres du but que l’entreprise des échappés prend fin, définitivement.Toutes les équipes se replacent alors en vue du dernier grand prix de la montagne, qui consiste en un enchaînement de deux courtes bosses. Astana prend ses responsabilités avec Alexey Lutsenko, mais le champion du Kazakhstan part à la faute à sept bornes du but dans un virage détrempé. Pieter Serry ou encore Pello Bilbao chutent également et le peloton entame la dernière bosse sans eux. Et c’est encore la Mitchelton-Scott qui mène. Dans la première montée, elle s’attache surtout à maintenir un rythme élevé, qui en élimine certains. Puis après une petite descente, elle remet les gaz pour le dernier « talus » du jour. Lucas Hamilton place un premier démarrage, qui contraint les coureurs d’Astana à réagir, avant qu’Adam Yates ne produise réellement son effort, à 3500 mètres de la ligne.

Le Britannique place une attaque tranchante, et personne n’est dans un premier temps capable de prendre la roue. Mais derrière, le leader en personne, Maximilian Schachmann, fait l’effort, et parvient à rentrer, cela en compagnie de Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) et Jakob Fuglsang (Astana). Ce sont donc quatre hommes qui basculent ensemble à trois bornes de la ligne, dans la descente vers l’arrivée. Pogacar tente de surprendre ses rivaux, sans succès, alors que le reste du « peloton » pointe à moins de dix secondes. Néanmoins, dans la descente, les écarts n’évoluent quasiment pas et le quatuor se présente roue dans roue à un kilomètre du but. Pogacar emmène jusque dans le dernier virage à près de 300 mètres, et lance immédiatement son sprint. Derrière, Yates et Fuglsang serrent les dents mais Schachmann est lui bien placé dans la roue du Slovène et fournit finalement son effort à 100 mètres du but. Il remonte petit à petit Pogacar et vient finalement le passer à 50 mètres de la ligne pour s’offrir son troisième succès sur ce Tour du Pays Basque, et affirmer encore davantage son leadership. Pogacar se contente de la deuxième place, Fuglsang de la troisième. Le groupé de poursuivants est réglé par Marc Hirschi (Sunweb) neuf secondes plus tard.

Classement de la quatrième étape

1 Maximilian Schachmann (BORA – hansgrohe)
2 Tadej Pogačar (UAE-Team Emirates)
3 Jakob Fuglsang (Astana) à 0’01
4 Adam Yates (Mitchelton-Scott) m.t
5 Marc Hirschi (Sunweb) à 0’09
6 Emanuel Buchmann (BORA – hansgrohe) m.t
7 Patrick Konrad (BORA – hansgrohe) m.t
8 Ion Izagirre (Astana) m.t
9 Valentin Madouas (Groupama – FDJ) m.t
10 Bjorg Lambrecht (Lotto Soudal) m.t

Général après la quatrième étape

1 Maximilian Schachmann (BORA – hansgrohe)
2 Patrick Konrad (BORA – hansgrohe) à 0’51
3 Ion Izagirre (Astana) à 0’52
4 Daniel Felipe Martínez (EF Education First) à 1’07
5 Dan Martin (UAE-Team Emirates) à 1’08
6 Emanuel Buchmann (BORA – hansgrohe) à 1’10
7 Jakob Fuglsang (Astana) à 1’24
8 Dylan Teuns (Bahrain Merida) à 1’30
9 Mikel Landa (Movistar) à 1’35
10 Sergio Henao (UAE-Team Emirates) à 1’41

Autres infos qui pourraient vous intéresser

VeloPro.fr change provisoirement de formule

Cela fait maintenant 5 saisons que VeloPro.fr vous propose tous les jours un suivi continu …

Un commentaire

  1. Il me semble que CT Pogacar et non D Martin sur le direct.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.