(c) Jean-Claude Faucher

Tour du Pays Basque : La belle première d’Enric Mas, le sacre de Primoz Roglic

Enric Mas a donné une leçon d’abnégation, ce samedi, sur le Tour du Pays Basque. Le jeune homme de la Quick Step Floors est allé chercher son tout premier succès chez les professionnel au terme d’une superbe montée d’Arrate dans la dernière d’étape de l’épreuve espagnole. En ligne de mire du peloton au pied de l’ascension finale, après avoir été échappé toute la journée, le Catalan de 23 ans a relancé dans un dernier espoir et a bel et bien réussi à tenir tête aux grands favoris, juste derrière lui. Mikel Landa (Movistar) n’a ainsi pas pu faire tout son retard, et s’est donc contenté de la deuxième place sur la ligne, à 12 secondes. Ion Izagirre (Bahrain-Merida) a complété le podium du jour, à 27 secondes. Ces deux coureurs s’assurent donc les deuxième et troisième places au général final derrière Primoz Roglic (LottoNL-Jumbo), qui a quelque peu craqué ce samedi, mais qui possédait une avance largement suffisante au départ. Par ailleurs, Enric Mas apporte sa 25e victoire à la Quick-Step Floors cette saison, devenant le 11e coureur de l’écurie belge à lever les bras en 2018.

Peu avant 14h30 ce samedi, le départ de la courte sixième et dernière étape du Tour du Pays Basque est donné sous la pluie. Et celle-ci n’est pas sans conséquence puisque dès les premières minutes, une grosse chute se produit au sein du peloton, et celle-ci implique le leader de la course en personne, Primoz Roglic (LottoNL-Jumbo). Le Slovène met du temps à se relever puis à repartir, et se retrouve rapidement relégué à une minute, tandis que les attaques fusent en tête de course dans l’enchaînement des premières difficultés. Si celles-ci, toutes classées en troisième catégorie, ne sont ni très longues ni très abruptes, elles font néanmoins de sacrés dégâts en raison de l’allure effrénée. Pour sa part, Roglic parvient à faire son retour dans le peloton, ou ce qu’il en reste, après le passage de la deuxième bosse. Les attaques ne cessent pas, et ce sont finalement Carlos Verona (Mitchelton-Scott) et Tao Geogheagan Hart (Team Sky) qui parviennent à créer la première brèche dans l’ascension de Bizkaiko Begiratokia. Dans la descente, Enric Mas (Quick Step Floors), Jose Joaquin Rojas, Jesper Hansen (Astana) et Gregor Mülhberger (Bora-hansgrohe) opèrent la jonction et ils sont donc six à aborder la quatrième montée de la journée, après trente-cinq kilomètres de course.Le peloton est toutefois encore très proche et les contres se multiplient. Ce sont alors Carlos Betancur (Movistar), Thomas De Gendt (Lotto-Soudal), Lucas Hamilton (Mitchelton-Scott) et David Lopez (Team Sky) qui reviennent à leur tour, peu après le km40.

L’échappée compte désormais dix éléments, et le peloton, alors bien réduit à une quarantaine d’unités, se décide enfin à lever le pied. Mais deux duos s’intercalent tout de même : Jose Herrada (Movistar) – Gorka Izaigrre (Bahrain-Merida) et Ilnur Zakarin (Katusha-Alpecin) – Valentin Madouas (Groupama-FDJ). Le deuxième cité revient progressivement sur le premier, et les quatre poursuivants s’unissent ensuite, dans cette portion de plat, pour aller chercher la tête de course. Le peloton, pour sa part, laisse l’écart monter à plus de trois minutes. Devant, la jonction s’opère finalement après quasiment soixante bornes et on retrouve dès lors quatorze coureurs pour ouvrir la route. Ceux-ci s’en vont aborder l’ascension d’Elgeta (2e cat) tandis que c’est la Trek-Segafredo de Bauke Mollema qui protège les intérêts de son leader en tête de paquet, puisque les présences de Mas, Izagirre et Herrada en tête inquiètent. Dans cette cinquième montée du jour, située à mi-course, la Movistar reprend les rênes et imprime, comme la veille, un tempo très rapide. Résultat, plusieurs grappes de coureurs lâchent prise et on ne retrouve plus qu’une petite trentaine d’hommes dans le peloton principal au sommet. L’écart est aussi ramené à deux minutes sur l’échappée. Se présente alors une longue vallée durant laquelle la Trek-Segafredo maintient les hommes de tête à portée de fusil. Mieux, les coéquipiers de Mollema rapprochent le peloton à une petite minute au pied de l’ascension d’Izua (1ère cat), à trente-sept kilomètres du but.

Ca ne tarde pas à bouger, puisque David De La Cruz (Team Sky) met le feu aux poudres dès les premières pentes. À l’avant, c’est De Gendt qui fait exploser l’échappée. Mühlberger et Verona essaient tant bien que mal de tenir la roue du Belge. Il ne faut finalement pas attendre très longtemps pour voir la Movistar sortir ses cartes maitresses. Mikel Landa place donc un premier démarrage, mais Roglic est vigilant, collé à sa roue. Ion Izagirre (Bahrain-Merida) tente un contre dans la foulée, mais Nairo Quintana prend son sillage, comme le reste des favoris. Un temps mort s’installe quelques minutes, quelques outsiders tentent leur chance, mais Quintana relance une cartouche peu de temps après. Roglic ne prend aucun risque et s’en va chercher le Colombien, sans sourciller. À l’approche du sommet, Quintana remet ça, mais le maillot jaune réagit à nouveau et fait la jonction dans la descente, avec Izagirre et Landa, notamment. À l’avant, avec un peu plus d’une minute d’avance, on ne retrouve plus que De Gendt, Mühlberger, Verona et Mas. Au bas de la descente, à 24 kilomètres de la ligne, ce quatuor voit son avantage se réduire sur un groupe d’une bonne vingtaine de coureurs, mix de favoris et de rescapés de l’échappée, mais où on ne retrouve pas Julian Alaphilippe (Quick Step Floors), quatrième général. L’avant-dernière bosse, vers Urkaregi (3e), ne tarde pas à se présenter et c’est la Sky qui prend, un temps, les rênes du petit peloton, avant que les Movistar, en nombre, se ré-approprient les commandes.

Rien ne se produit finalement dans cette pénultième ascension, si ce n’est l’écart qui tombe à 30 secondes entre les échappés et le peloton. Et tout ce petit monde se dirige alors vers l’ultime ascension d’Arrate (3km à 12%).Après une descente se présente une phase de transition d’environ cinq kilomètres, durant laquelle le peloton se rapproche encore un peu plus. De fait, Enric Mas relance l’allure à sept bornes du but, soit deux du pied d’Arrate, mais l’échappée entre finalement dans l’ultime bosse avec seulement quinze secondes d’avance sur le groupe des favoris. Mas attaque à nouveau dans un dernier effort et prend quelques longueurs d’avance. Dans le peloton, Nairo Quintana place une offensive, à laquelle personne ne répond. Derrière, c’est Emanuel Buchmann qui demande à Mühlberger, à peine repris, de défendre ses intérêts dans le groupe des favoris, réduit à Roglic, Ion Izagirre, Teuns et Landa. En tête, Enric Mas reprend du champ à quatre bornes du but, soit deux du sommet. Le Catalan repousse Quintana, seul en poursuite à près de 30 secondes et le groupe Roglic à 45 secondes. Landa comprend alors qu’il faut bouger pour espérer la victoire d’étape, et se décider donc à attaquer. Le Basque démarre, n’est suivi par personne et s’en va rejoindre Quintana en contre.

Roglic, un peu dans le dur, n’esquisse lui pas le moindre mouvement et tente simplement de limiter les dégâts.À une borne du sommet, Mas conserve plus de vingt secondes d’avance sur Landa, qui distance quelque peu son compère colombien. Le maillot jaune pointe lui à plus d’une minute. Finalement, au sommet, avant les deux derniers kilomètres en descente vers Arrate, Enric Mas parvient à repousser son compatriote Landa à 15 secondes et s’en va tenter de résister dans les ultimes hectomètres. Roglic n’est lui pointé qu’à 45 secondes du Basque et n’a donc pas à s’en faire pour son maillot. Sur des routes détrempées, sans prendre trop de risques, Enric Mas continue de forcer sur les pédales et ne perd rien sur son plus proche poursuivant. À 300 mètres, le jeune Espagnol de 23 ans peut donc commencer à célébrer son premier succès professionnel, et quel succès ! Il passe la ligne en signifiant sa joie, plus de dix secondes devant Mikel Landa, deuxième de l’étape. Ion Izagirre franchit la ligne à environ 30 secondes tandis que Primoz Roglic arrive près d’une minute plus tard, concédant du temps, mais évidemment pas son maillot jaune. Le Slovène remporte donc le classement général malgré une dernière montée compliquée, devant Landa et Izagirre.

Classement de la sixième étape

1 Enric Mas (Quick-Step Floors)
2 Mikel Landa (Movistar) à 0’12
3 Ion Izagirre (Bahrain Merida) à 0’27
4 Dylan Teuns (BMC) m.t
5 Nairo Quintana (Movistar) à 0’30
6 Thomas de Gendt (Lotto Soudal) à 0’45
7 Emanuel Buchmann (BORA – hansgrohe) à 0’47
8 Gregor Mühlberger (BORA – hansgrohe) à 0’54
9 Primoz Roglic (LottoNL-Jumbo) m.t
10 Patrick Konrad (BORA – hansgrohe) m.t

Général après la sixième étape

1 Primoz Roglic (LottoNL-Jumbo)
2 Mikel Landa (Movistar) à 1’09
3 Ion Izagirre (Bahrain Merida) à 1’42
4 Emanuel Buchmann (BORA – hansgrohe) à 3’14
5 Nairo Quintana (Movistar) à 3’17
6 Enric Mas (Quick Step Floors) à 3’29
7 Bauke Mollema (Trek-Segafredo) à 3’50
8 Pello Bilbao (Astana) à 4’14
9 David De La Cruz (Team Sky) à 4’15
10 Patrick Konrad (Bora-hansgrohe) à 5’30

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Tour de France 2020 : Le direct de la 16e étape (La Tour-du-Pin>Villard-de-Lans)

Suivez le direct du Tour de France 2020 avec l’app VeloPro.fr sur votre mobile ou …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.