(c) Sirotti

Richard Carapaz : « C’est une émotion unique, je n’ai pas de mots »

Richard Carapaz écrit l’histoire. A tout juste 26 ans, il est devenu, ce dimanche, le premier coureur équatorien à remporter un Grand Tour. Idole de son pays, où le temps s’est arrêté depuis qu’il a pris les commandes du Giro à Courmayeur, le représentant de la Movistar a parfaitement muselé ses rivaux durant la dernière semaine. Il a confirmé son sacre ce dimanche, dans l’Arène de Vérone, au terme du contre-la-montre final. « C’est une émotion unique, un objectif que je pensais ne jamais pouvoir atteindre. Je n’ai pas de mots, réagissait-il à notre micro. Cette victoire est le fruit de tous les efforts et sacrifices consentis jusqu’à présent, non seulement les miens, mais aussi ceux de ma famille. Je remercie également l’équipe qui m’a beaucoup aidé à remporter ce Giro. »

Lire aussi > Le classement final des favoris du Giro : Carapaz triomphe, Roglic remonte sur le podium

Sur son nuage, Carapaz savourait une réalisation historique. Fils de fermier, né dans la localité d’El Carmelo à la frontière colombienne, le grimpeur n’était pas destiné à devenir un champion cycliste, mais plutôt à poursuivre le labeur de son père. Quatrième du Giro l’an passé, il avait alors posé les bases d’un changement de dimension. Il a fait encore mieux que confirmer cette saison, dépassant largement ses propres attentes. « Cela fait partie des choses que vous ne pourriez jamais croire si on vous le disait à l’avance. Il y a des rêves que vous pensez irréalisable, mais quand ils se réalisent, vous comprenez que rien n’est impossible. Le travail et les sacrifices de toute une vie… C’est parfois comme ça que vous comprenez que cela en vaut la peine. »

Élégant en plus d’être excellent, Carapaz a conclu l’entretien en avouant son admiration pour son dauphin Vincenzo Nibali. « Partager le podium avec lui, qui a tant d’expérience, me rend encore plus fier de ce que j’ai réussi. Je l’admire et je lui ai dit que, quand j’étais petit, je regardais ses courses et admirais sa façon de courir. Monter sur le podium à ses côtés après m’être battu contre lui pendant la course est quelque chose d’unique. »

L’intégralité de sa réaction à l’arrivée de la dernière étape est disponible ci-dessous: 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.