(c) Flèche Wallonne

Les déclarations des favoris au départ de la Flèche Wallonne

Au départ d’Ans ce matin, Cyclingpro.net est allé tendre son micro aux divers favoris et outsiders de la Flèche Wallonne version 2019. Retrouvez toutes es déclarations ci-dessous, et en vidéo en cliquant sur le nom du coureur en question.

Alejandro Valverde (Movistar)« On va voir comment je me sens. J’espère être mieux que l’autre jour sur l’Amstel Gold Race. Je n’étais pas dans un grand jour. On verra si c’est mieux aujourd’hui. C’est une course différente, et si je suis bien, on verra de quoi je suis capable. Alaphilippe est le coureur le plus fort et il faudra faire attention à lui. Il y a beaucoup d’équipes qui ont des coureurs capables de gagner, donc d’autres que nous pourront contrôler. Je ne suis pas l’unique favori, il y a d’autres gars aussi forts voire plus forts que moi. »

Peter Sagan (Bora-hansgrohe)« Je reste ici jusqu’à Liège-Bastogne-Liège et je pense que ce sera un bon entraînement aujourd’hui. On va essayer de faire une belle course dans l’équip, et pour ma part, je vais me mettre au service de mes coéquipiers car le final ne me convient pas vraiment. C’est trop dur. Je pense que j’ai fait de belles Classiques. J’étais toujours devant, je n’ai pas gagné, mais c’est le sport. Des fois ça sourit, des fois non. La tactique pour aujourd’hui ? On verra pendant la course. Il va y avoir du vent, beaucoup de zones dangereuses, il faudra faire attention. Je la prends comme une sorte d’entraînement, même si c’est une course difficile, très difficile. Mais je me serais entraîné quoiqu’il en soit donc c’est bien d’être là. »

Maximilian Schachmann (Bora-hansgrohe) : « L’an passé, j’ai fait une de mes meilleures courses ici. Tout ce parcours me convient plutôt bien, même si le Mur est très dur. J’y suis arrivé en solitaire l’année dernière et j’ai bien résisté pour tout de même finir huitième. Cette saison, je pense que le vent va jouer un vrai rôle et on verra ce qu’on pourra faire. Nous avons une très grosse équipe et nous voulons être là à tous les moments de la course. Evidemment, nous aurons des mecs pour le « sprint final » du peloton, mais nous essaierons aussi d’être offensifs toute la journée ».

Michael Woods (EF Education First) : « Je me sens vraiment bien, les jambes étaient bonnes sur l’Amstel Gold Race. Je suis très motivé pour aujourd’hui même si je pense que le vent va beaucoup jouer, et ça me rend un peu nerveux, mais j’ai hâte de disputer le final. Je pense que la triple répétition du circuit va changer les choses, ça va réduire le peloton, ça va encourager beaucoup de gars à attaquer dans le final, avant le Mur. Mais c’est surtout le vent qui va jouer un rôle aujourd’hui. Une fois sur le circuit, je pense que ça va casser. Le Mur est l’une des montées les plus pentues qu’il y ait. C’est court, mais après une course intense, ça reste l’un des finishs les plus durs du calendrier. J’ai impatience d’y être. »

Jakob Fuglsang (Astana) : « J’ai toujours la même analyse sur le final de l’Amstel. Mais ce qui est fait est fait et il est temps de regarder de l’avant. C’est ce qu’on fait. Aujourd’hui, on a une nouvelle course, et une autre dimanche. C’est dur de savoir si le nouveau tour de circuit va faire des différences, mais ça va être un final difficile. Est-ce que ça sera assez pour changer le scénario ? Ca dépend des tactiques d’équipes, et si certaines sont plus intéressées par une course offensive que par une course de côte. On verra, mais le vent aura aussi son influence. Je pense en tout cas que le peloton sera plus réduit au pied de la dernière ascension du Mur de Huy. Le Mur ? Il est pentu, plus pentu que tout ! C’est en tout cas le sentiment que ça donne. »

Bjorg Lambrecht (Lotto-Soudal) : « C’est vrai, je me suis surpris sur l’Amstel Gold Race. C’était la première fois que je jouais le final après une Classique de 260 kilomètres. C’était une grande surprise pour moi, d’autant qu’il y a deux semaines, je n’étais pas prévu sur l’Amstel. Ensuite, on m’a dit que je pouvais être au départ, donc être dans le final, c’était une surprise. Sur le Tour du Pays Basque, j’avais déjà de bonnes sensations, j’ai pu me reposer un peu et je pense que j’ai une bonne forme à l’heure actuelle. Je veux montrer que je peux être là avec les plus grands. Je pense que les bosses courtes et abruptes sont encore mieux pour moi je pense. Je me suis entraîné sur ce type de montées cet hiver et j’ai juste à espérer que les jambes soient encore bonnes dans la dernière ascension du Mur de Huy. Alaphilippe est le grand favori quand on voit ses sprints au Pays Basque et ailleurs. Il est le meilleur coureur cette saison et je pense que tout le monde le regarde, mais je crois que ce sera un final difficile puisque beaucoup de coureurs voudront anticiper ».

Valentin Madouas (Groupama-FDJ)

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Étoile de Bessèges 2021 : Le direct de la 5e étape

Avec l’app VeloPro.fr sur votre mobile ou tablette, accéder à un calendrier très fourni de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.