(c) Sirotti

Mathieu van der Poel : « J’ai fait une très belle course, je suis très heureux »

Un premier succès WorldTour pour Mathieu van der Poel. Ce mercredi, le triple champion du monde de cyclocross a franchi un cap important, en remportant À Travers la Flandre. Le leader de Corendon-Circus a construit son succès en attaquant le peloton à plus de 60 kilomètres du but. Accompagné dans un premier temps de son partenaire Dries De Bondt, il a réussi à garder les roues de Bob Jungels et Tiesj Benoot lorsque ces deux favoris l’ont repris. Ils se sont alors présentés à cinq dans le final avec également Anthony Turgis et Lukas Pöstlberger, l’unique rescapé de l’échappée initiale. Au sprint, Van der Poel n’a alors pas fait de détail et a dominé l’emballage de la tête et des épaules.

Lire aussi > À Travers la Flandre : L’avènement de Mathieu van der Poel devant Anthony Turgis

« Mon attaque était instinctive, a expliqué le petit-fils de Raymond Poulidor devant notre caméra. Je pense que c’était le bon moment pour y aller. J’ai anticipé dans la Côte de Trieu pour être un peu à l’aise dans la zone critique de Taaienberg. Après quand Bob Jungels est revenu, je savais que c’était le bon groupe. Après, dans les derniers kilomètres, il était important pour moi que personne n’attaque. J’étais très vigilant car je savais que j’avais une bonne chance au sprint. Lorsque Benoot a attaqué, nous avons immédiatement réagi. Dans le sprint, je suis parti juste à temps, après que Turgis se soit lancé. J’ai tout de suite compris que j’avais les bonnes jambes. Je suis très heureux de gagner ici. »

Malgré ce brillant succès, et après une autre grande performance sur Gand-Wevelgem (4e), Mathieu van der Poel refusait d’endosser le costume de favori du Tour des Flandres. « C’est difficile de comparer avec cette course… Le Tour des Flandres c’est beaucoup plus long qu’ici. On va voir…  » Sa performance du jour incite tout de même à l’optimisme, lui qui ne participait qu’à sa deuxième épreuve WorldTour en carrière.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Paris-Nice : Le chrono en direct commenté

Après trois jours de course sans répit sur le plat, la 78e édition de Paris-Nice …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.