Binche-Chimay-Binche : Tom Van Asbroeck s’impose sur le fil

Il y a eu du spectacle ce mardi en Belgique, et plus particulièrement en Wallonie qui accueillait sa dernière course professionnelle de la saison. L’édition 2019 de Binche-Chimay-Binche a été très intense et animée dans ses soixante derniers kilomètres, avec énormément de mouvements, qui ont résulté par le sprint d’un groupe réduit après quasiment 200 kilomètres. Sur le faux-plat pavé bien connu de l’arrivée à Binche, c’est alors Tom Van Asbroeck (Israel Cycling Academy) qui a eu le dernier mot, d’un rien devant Oliver Naesen (AG2R-La Mondiale). Le Belge s’octroie sa première victoire depuis 2016. Jos van Emden (Jumbo-Visma) complète lui le podium du jour.

Sous un ciel couvert et menaçant, le départ de Binche-Chimay-Binche est donné peu après midi ce mardi. Il ne faut alors que quelques minutes à l’échappée pour prendre forme. Après des premières tentatives annihilées, quatre coureurs s’isolent en effet très vite à l’avant. Il s’agit de Conor Dunne (Israel Cycling Academy), Lasse Norman Hansen (Corendon-Circus), Nils Politt (Katusha-Alpecin) et Gianni Marchand (Cibel). Le peloton décide alors de faire rideau et de laisser filer le quatuor. La Groupama-FDJ d’Arnaud Démare et Stefan Küng vient tout de même prendre les commandes mais l’échappée peut prendre 3’45 d’avance après une quarantaine de kilomètres. La situation de course se stabilise alors dans cette configuration même si la météo se gâte quelque peu avec l’apparition de belles averses sur le parcours. La Groupama-FDJ conserve les rênes et prend seule la responsabilité de la poursuite. À l’approche de la mi-course, l’écart commence à se réduire et le paquet s’agite très nettement en raison du vent de côté qui souffle sur le tracé. C’est d’ailleurs dans ces circonstances que la course prend une nouvelle tournure peu après l’entrée dans les 100 derniers kilomètres. La Deceuninck-Quick Step apparait en tête de peloton et vient tenter de créer des bordures.

Le vent n’est pas encore assez fort pour opérer de réelles scissions dans le peloton mais ce dernier se rapproche alors logiquement de l’échappée. Au sein de celle-ci, Marchand n’est plus en mesure de tenir les roues et il n’y a donc plus que Dunne, Hansen et Politt en tête à 80 kilomètres de l’arrivée, 45 secondes seulement néanmoins devant un peloton déjà très tendu. Ensemble, les trois hommes collaborent pour faire perdurer leur aventure le plus longtemps possible à l’avant tandis qu’Alexys Brunel (Groupama-FDJ) et Tim Declercq (Deceuninck-Quick Step) sont mis à l’ouvrage à leur poursuite. À l’issue du premier tour du circuit local de Binche (16 km), le trio n’a plus que trente secondes d’avance sur un peloton en file indienne toujours mené par la Deceuninck-Quick Step. Il reste alors 65 kilomètres, soit quatre tours et les hommes de Patrick Lefévère commencent déjà à semer la zizanie. Plusieurs attaques et accélérations se succèdent, ce qui conduit d’abord à un regroupement général à un peu plus de soixante kilomètres de l’arrivée. De nouvelles offensives dans la foulée permettent ensuite à une dizaine d’hommes de faire le trou. Toutes les grosses formations sont représentées … et le reste du peloton fait alors rideau.

On retrouve dès lors en tête de course Pieter Serry (Deceuninck-Quick Step), Stan Dewulf, Victor Campenarts (Lotto-Soudal), Bert Van Lerberghe (Cofidis), Oliver Naesen (AG2R-La Mondiale), Dries De Bondt (Corendon-Circus), Edward Theuns (Trek-Segafredo), Kevin Geniets (Groupama-FDJ), Andrea Pasqualon (Wanty-Groupe Gobert), Taco van der Hoorn (Jumbo-Visma), Jenthe Biermans (Katusha-Alpecin) et Tom Van Asbroeck (Israel Cycling Academy). Leur avantage grimpe à une minute à trois tours du but, soit 48 kilomètres de l’arrivée, tandis que ce sont les formations Arkéa-Samsic et Total Direct Energie qui tentent de sauver les meubles. La bonne coopération en tête ne permet toutefois pas un retour dans un premier temps. L’écart est stabilisé à près d’une minute un tour plus tard, mais c’est alors que la formation Sport Vlaanderen-Baloise apparait pour rouler. L’écurie belge permet ainsi au peloton, qui perd par ailleurs de nombreux éléments au fil des kilomètres, de se rapprocher seconde par seconde. À l’approche des vingt dernières bornes, on ne compte plus qu’une demi-minute d’écart entre les deux groupes et c’est alors que la Groupama-FDJ décide de faire le forcing.

En tête de peloton, la formation française place une énorme accélération et fragmente le paquet en plusieurs morceaux. Puis, dans la Rue de la Pépinière, en faux-plat et pavée, menant à l’arrivée, Stefan Küng insiste. À l’entame du dernier tour, le Suisse médaillé de bronze des Mondiaux, emmène d’abord avec lui Jasper Stuyven (Trek-Segafredo) tandis que Campenaerts prend quelques mètres d’avance sur le reste de l’échappée à quinze kilomètres du but. En contre, Timo Roosen, Jos van Emden (Jumbo-Visma), Florian Sénéchal (Deceuninck-Quick Step), Jens Keukeleire (Lotto-Soudal), Damien Touzé (Cofidis) ainsi qu’Alan Riou (Arkéa-Samsic) parviennent à rattraper le wagon Küng-Stuyven, et une bonne entente permet à ce groupe de revenir sur celui à la poursuite de Campenaerts, à environ onze kilomètres du but. Le recordman de l’heure est donc seul en tête alors que le peloton semble avoir définitivement course perdue. Au sein du groupe de poursuite, où retrouve alors une quinzaine d’hommes, mais pas Serry et Van Lerberghe, lâchés quelques instants plus tôt. À 8 kilomètres de la ligne, Campenaerts ne compte que 15 secondes sur les poursuivants, qui relancent sans arrêts, mais par à-coups.

Ces diverses accélérations ont néanmoins raison du Flamand à cinq kilomètres de la ligne, et les attaques continuent en tête. Küng, Dewulf, Sénéchal et van der Hoorn semblent faire un beau trou à quatre bornes de la ligne, mais Theuns ramène tout le monde à 1500 mètres du but. Les coureurs s’en vont alors emprunter une ultime fois la Rue de la Pépinière. Sous la flamme rouge, c’est Stefan Küng qui emmène, mais sur le faux-plat pavé, Stuyven produit la première véritable accélération à 800 mètres de la ligne, contré par Florian Sénéchal, mais la différence n’est pas faite. Küng profite d’un petit temps de répit à 500 mètres pour placer un contre mais le Suisse est immédiatement pris en chasse et c’est alors la Jumbo-Visma qui lance le sprint avec Jos van Emden pour Timo Roosen, mais dans les derniers hectomètres, Tom Van Asbroeck et Oliver Nasen remontent de part et d’autre. Au jeter de vélo, c’est le coureur d’Israel Cycling Academy qui s’impose finalement d’un rien devant celui d’AG2R-La Mondiale. Van Emden prend finalement la troisième place devant son compère Roosen, trop juste dans les derniers mètres.

Classement 

1 Tom Van Asbroeck (Israel Cycling Academy)
2 Oliver Naesen (AG2R La Mondiale) m.t
3 Jos van Emden (Jumbo-Visma) m.t
4 Timo Roosen (Jumbo-Visma) m.t
5 Jens Keukeleire (Lotto Soudal) m.t
6 Jasper Stuyven (Trek – Segafredo) m.t
7 Florian Sénéchal (Deceuninck – Quick Step) m.t
8 Damien Touze (Cofidis) m.t
9 Stefan Küng (Groupama – FDJ) m.t
10 Jenthe Biermans (Katusha Alpecin) m.t

Autres infos qui pourraient vous intéresser

VeloPro.fr change provisoirement de formule

Cela fait maintenant 5 saisons que VeloPro.fr vous propose tous les jours un suivi continu …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.