(c) Sirotti

Tim Wellens : « Un jeu du chat et de la souris »

Compte tenu de son impressionnante victoire dans le courant de la semaine passée sur la Flèche Brabançonne, et de son excellent début de saison, Tim Wellens faisait, sur le papier, partie des favoris au départ de l’Amstel Gold Race. Dans les faits, cela s’est vérifié, et le puncheur de la Lotto-Soudal s’est montré parmi les plus costauds et les plus entreprenants. S’il a certes émis des difficultés à suivre Alejandro Valverde quand ce dernier a clairement haussé le tempo, le protégé de Marc Sergeant était bien à la lutte pour la victoire dans le final de l’épreuve batave ce dimanche. Son coéquipier Tiesj Benoot “à l’arrêt” dans l’Eyserbosweg, espérait “mieux”. Wellens aussi, naturellement, mais faute d’une certaine réussite, n’a pu se hisser plus haut qu’en sixième place.

“Je suis heureux du déroulement de la course et de mes sensations, mais je suis déçu du résultat final, a-t-il commenté après coup. Nous avons fait la jonction avec le groupe de tête à six depuis le groupe des favoris. Un peu plus tard, nous étions encore huit. Ce fut un jeu du chat et de la souris. On attaquait chacun son tour et il fallait être chanceux pour que les autres se regardent au moment de votre accélération. Cela ne s’est pas passé pour moi, mais bien pour l’attaque de Valgren et Kreuziger et cela a fait la différence. Peut-être que Valverde et les autres me surveillaient. C’est très dommage que mes tentatives n’aient pas mené au résultat attendu. Je peux être satisfait de ma prestation, mais j’espérais mieux.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.