EN DIRECT
© Deceuninck - Quick-Step | Tim De Waele / Getty Images

Julian Alaphilippe : « Être à 100% en mars »

Après avoir débuté sa saison 2019 d’une manière tonitruante avec deux victoires d’étape au Tour San Juan, le frenchie Julian Alaphilippe se confie sur CyclingNews peu avant le départ du Tour Colombia, épreuve dans laquelle le coureur de la Deceuninck-Quick Step avait remporté une étape l’an passé. Leader d’une des formations les plus influentes du cyclisme depuis désormais de nombreuses années, le français misera une partie de sa saison sur les classiques italiennes les Strade Bianche, Milan-San Remo et la course par étapes Tirreno-Adriatico. Julian Alaphilippe va aussi revenir sur les derniers championnats du monde à Innsbruck qui ne se sont pas passé comme prévu pour lui.

“Je pense qu’un bloc de course dans la chaleur Sud-Américaine est bon pour moi avant mes premières courses européennes. Je vais en profiter pour rester une semaine de plus, après l’épreuve, pour continuer ma préparation en altitude. Ces courses sont faites pour que je puisse continuer ma préparation pour les semaines à venir, notamment en mars.”

“Je veux vraiment être à 100 pour cent en mars. Je sais que je peux bien réussir dans les courses d’un jour, mais je sais aussi saisir les occasions qui se présentent dans les courses par étapes d’une semaine, comme je l’ai montré à San Juan. Je n’ai jamais couru les Strade Bianche, mais j’adore la regarder à la télévision, j’ai hâte d’y être et de découvrir ce que c’est vraiment. Tirreno-Adriatico est aussi un objectif, l’objectif sera de de gagner quelques étapes, mais si je suis placé pour le général je n’hésiterais pas. Milan-San Remo est le dernier grand objectif du mois de mars pour moi et l’équipe. Quand on monte sur le podium pour la première fois, comme je l’ai fait en 2017, on attend beaucoup du public, des médias, de l’équipe et de moi-même. Mais ce n’est pas grave.” 

“J’ai finalement commencé à regarder ma saison 2018 dans son ensemble et à ne pas rester bloqué sur ma dernière course. Cela m’a fait réaliser à quel point ma saison avait été belle. Mais cela a pris du temps. Tu dois passer à autre chose, surtout quand tu es comme moi. Il faut apprendre à surmonter la déception de la défaite.J’ai beaucoup appris l’année dernière, de bien des façons différentes. Je suis la même personne, mais j’ai l’impression d’être un coureur différent. Je suis plus fort maintenant.”

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Cesare Benedetti : « Je ne suis ni un talent, ni un gagnant »

Cesare Benedetti décroche la première victoire de sa carrière. A 31 ans, l’Italien de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.