(c) Sirotti

Sergio Higuita : « Sur la Vuelta, j’ai appris à ne jamais m’avouer vaincu »

Sergio Higuita a redonné le sourire à EF Education First, ce jeudi, en remportant la dix-huitième étape de la Vuelta. Dernier rescapé de l’échappée matinale, le coureur colombien de 22 ans a tenu en respect le groupe maillot rouge dans les cinquante derniers kilomètres menant à Becerril de la Sierra. Alors qu’il participe là à son premier Grand Tour et qu’il n’a qu’une demi-saison WorldTour dans les jambes, Higuita a avalé le dernier col en solitaire avant de passer la descente sans encombre. Malgré le retour de plus en plus pressant d’un groupe comportant Primoz Roglic et Alejandro Valverde, l’homme seul en tête a tenu bon jusqu’à la ligne pour s’offrir une première victoire chez les pros. Et quelle victoire!

Lire aussi > Geoffrey Bouchard : « Le maillot est pratiquement gagné »

« C’était une journée parfaite pour moi. Je pouvais gagner dans l’échappée ou au sprint. Dans la dernière ascension, j’avais de très bonnes jambes et j’ai pu maintenir mes poursuivants à distance. J’étais très motivé parce que l’équipe avait connu une Vuelta difficile jusqu’à présent, rappelait Higuita en référence aux abandons de Rigoberto Uran, Hugh Carthy et Tejay van Garderen. Je voulais gagner pour eux. Ça revenait fort derrière et j’avais peur d’être repris. Mon directeur m’a motivé. Il insistait sur le fait que je pouvais tenir jusqu’au bout. Sur la Vuelta, j’ai appris à ne jamais m’avouer vaincu, même dans les pires moments. Chaque étape est une nouvelle histoire dans laquelle on peut aller chercher la victoire. »

Douzième du général au départ de l’étape des bordures, Higuita avait vite été décroché ce mercredi. Une fois lâché, le jeune coureur décidait de s’économiser en vue de l’étape du jour. Un choix payant, qu’il détaillait après sa victoire. « Comme je n’avais pas les jambes pour aller dans les bordures et jouer le top 10 au général, on a décidé de garder des forces pour aujourd’hui et d’y aller aussi calmement que possible. Comme si c’était un jour de récupération. C’était un repos bienvenu pour moi. Je me sentais très fatigué avant l’étape d’hier et je m’étais même endormi dans le bus. Ça m’a enlevé de la pression et j’étais régénéré pour aujourd’hui. »

L’intégralité de sa réaction à l’arrivée (en espagnol) :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.