Christophe Laporte : « L’arrivée me convenait vraiment bien »

Deux sur deux pour Christophe Laporte ! Après sa victoire hier à Rochefort-sur-Mer, le français de la formation Cofidis double la mise ce mercredi à Aigre. Bien entouré par ses coéquipiers dans le final, le leader de la course a évité une grosse chute qui a coupé le peloton en deux à moins de cinq kilomètres de l’arrivée. Il s’est par la suite montré le plus véloce dans la dernière ligne droite, devançant ainsi les deux italiens Davide Cimolai (Israel Cycling Academy) et Andrea Pasqualon (Wanty-Groupe Gobert).

« L’équipe a vraiment fait un super travail, sur un parcours plus difficile que la veille, confiait-il à l’arrivée au micro de France 3 Poitou Charente. J’avais de bonnes jambes, et c’est pour cela que j’ai suivi les attaques dans la dernière bosse. Dans le final, j’ai vraiment été bien entouré malgré la grosse chute, et j’étais bien placé dans la dernière ligne droite. C’était une arrivée en faux-plat montant, ce qui me convenait bien. »

Avec ses deux victoires en deux jours, il compte désormais une douzaine de secondes d’avance sur ses poursuivants, alors que se profile demain le contre-la-montre décisif de 23 kilomètres. Malgré la confiance engrangée, le coureur de 26 ans se montre prudent concernant une éventuelle victoire au général. « C’est un excellent début de course, mais je ne préoccupe pas encore du général. Je vais prendre la course comme elle vient, et j’espère avoir de bonnes jambes sur le chrono. Il est certain que la différence se fera à la pédale. »

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.