(c) Tour of the Alps

Tour des Alpes : Luis Leon Sanchez met à profit la supériorité d’Astana

Et de trois pour Astana ! La formation kazakhe a raflé son troisième succès d’étape en quatre jours sur le Tour des Alpes, ce jeudi, grâce à la victoire de Luis Leon Sanchez en solitaire lors du quatrième acte. L’Espagnol avait manqué le coche hier, cela n’a pas été le cas aujourd’hui. L’ancien champion d’Espagne du chrono s’y est pris à plusieurs reprises pour s’isoler dans les tous derniers kilomètres, alors que le groupe de tête comptait encore cinq coureurs d’Astana ! Derrière lui, George Bennett (LottoN-Jumbo) s’est isolé en poursuite mais n’a jamais pu recoller. Sanchez s’est donc accaparé de son deuxième bouquet de l’année tandis que Koen Bouwman a permis à la LottoNL-Jumbo de placer deux hommes sur le podium du jour en réglant le groupe des favoris pour la troisième place. Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), harcelé par ses rivaux dans les deux dernières ascensions du jour, a tenu bon et reste ancré à sa première place au général.

C’est un départ très agité qui lance la quatrième étape du Tour des Alpes, ce jeudi. Dès les premiers kilomètres des 134 au programme du jour, les attaques se multiplient. La Groupama-FDJ du leader Thibaut Pinot tente bien de maîtriser les différentes tentatives, mais les audacieux sont plus nombreux que les hommes de Marc Madiot. Malgré tout, aucun groupe ne parvient à faire la différence avant la première ascension répertoriée du jour, à Terento. La bagarre se poursuit dans cette montée et c’est alors que tout se décante. Après plusieurs relances, Ben Hermans (Israel Cycling Academy) parvient à prendre quelques longueurs d’avance. Derrière lui, les contres se multiplient et le peloton s’émiette par l’arrière. Un à un, plusieurs coureurs se joignent alors à Hermans. Hubert Dupont (AG2R-La Mondiale) d’abord, puis Davide Villella (Astana), Mikel Bizkarra (Euskadi-Murias), Felix Grossschartner (Bora-hansgrohe), David De La Cruz (Team Sky) et Louis Meintjes (Dimension Data) et enfin Kristijan Durasek (UAE Team Emirates) et Mark Padun (Bahrain-Merida).  La Groupama-FDJ doit finalement céder et laisser filer cette très solide échappée de neuf coureurs. L’avance de ces derniers grimpe assez vite à deux minutes, mais les équipiers de Pinot n’autorisent guère plus. L’écart est stabilisé à cette hauteur pendant bon moment, et il est inchangé à la mi-course, à un peu plus de soixante bornes du but.

Il augmente légèrement dans les kilomètres qui suivent, mais l’écurie hexagonale reçoit soudainement le soutien de l’équipe Felbermayr-Simplon Wels de Riccardo Zoidl. Celle-ci contribue à faire chuter l’écart à une minute seulement à 35 kilomètres de l’arrivée. L’entreprise de l’échappée prend dès lors du plomb dans l’aile. Dans la foulée, elle entame ainsi l’avant-dernière bosse du jour, non-répertoriée, avec à peine quarante secondes d’avance. Bizkarra tente bien de relancer, mais dans le peloton, la Sky et Astana durcissent clairement le tempo. Ce sont ensuite George Bennett (LottoNL-Jumbo) et Sebastian Henao (Team Sky) qui sortent en contre, mais seul le Néerlandais revient sur la tête, où il substitue Durasek, complètement décroché.  N’ayant plus d’hommes à l’avant, UAE Team Emirates prend donc le relais pour Fabio Aru et revient progressivement sur le groupe de tête. La jonction est d’ailleurs opérée peu après le sommet, à 27 kilomètres du but, mais Bizkarra et Villella prolongent l’aventure quelques minutes supplémentaires. Ils dévalent et terminent la descente en tête, mais après un ultime effort, décident finalement d’abdiquer. La jonction s’opère donc avec un peloton d’une quarantaine d’unités qui ne tarde pas à être vivement secoué. Les attaques fusent de toutes parts dans la portion de plat menant au pied du dernier col, et ce sont une quinzaine d’hommes qui prennent le large juste avant l’ultime ascension.

Dès le pied, c’est le jeune Nicola Conci (Italie) qui prend les devants, alors que Groupama-FDJ, par l’intermédiaire de Sebastien Reichenbach, tente de ne pas s’affoler. Pourtant, Fabio Aru (UAE Team Emirates) prend les devants après les premières pentes, et le champion d’Italie remonte les échappés un à un, avec l’aide de Vegard Stake Laengen. Thibaut Pinot continue de faire travailler Reichenbach dans le peloton, tandis que c’est désormais Koen Bouwman (LottoNL-Jumbo) qui prend les devants de la course. Conci est repris par Aru et Pello Bilbao (Astana), et il n’y a bientôt plus que ces quatre hommes devant le paquet. Les écarts sont relativement resserrés et Chris Froome patiente finalement jusqu’à la mi-ascension pour passer à l’offensive, dans la roue de son collègue Kenny Elissonde. Thibaut Pinot fait l’effort, Miguel Angel Lopez (Astana) également, et Domenico Pozzovivo (Bahrain-Merida) doit s’employer pour s’accrocher. Très vite, ces cinq hommes reviennent sur les quatre de tête, mais ça collabore évidemment pas. Froome relance une offensive, Lopez tente sa chance aussi, Pozzovivo se montre également audacieux, mais personne ne parvient à faire la différence. Thibaut Pinot est vigilant et parvient à gérer ses adversaires. Cela permet aussi à quelques coureurs de revenir de l’arrière. Alors, au moment de basculer au sommet, on retrouve une quinzaine de coureurs en tête.

Ceux cités précédemment, mais également Jan Hirt, Andrey Zeits, Luis Leon Sanchez (Astana), George Bennett (LottoNL-Jumbo), Ben O’Connor (Dimension Data) ou bien Giulio Ciccone (Bardiani-CSF). Dans la descente, c’est d’abord Sanchez qui fait le rythme, mais étonnamment, c’est Pozzovivo qui accélère et prend même quelques mètres dans cette portion très rapide. Sanchez fait l’effort pour rejoindre l’Italien, tout comme Chris Froome quelques instants plus tard. Au bas de la descente, ce sont donc trois hommes qui débouchent en tête et Froome tente immédiatement d’accélérer. Le Britannique insiste un moment, mais après un bon relais d’Aru derrière, c’est Thibaut Pinot lui-même qui vient boucher le trou. On observe donc un nouveau regroupement et Luis Leon Sanchez tente une offensive, à laquelle Pinot répond immédiatement. Bilbao tente de contrer, et le Français y va encore. Mais la troisième est la bonne chez Astana. À moins de deux bornes du but, Sanchez repasse à l’attaque et personne ne prend cette fois-ci son sillage. George Bennett part bel et bien en contre, mais avec un temps de retard. L’Espagnol s’en va donc franchir la flamme rouge avec une marge de cent mètres d’avance tandis que personne ne fait l’effort dans le groupe des favoris. La victoire tend les bras à Sanchez, qui ne se fait pas prier pour conclure, en solitaire. Bennett doit se contenter de la deuxième place tandis que son coéquipier Bouwman règle le sprint pour la troisième place devant Pinot, qui conserve lui logiquement son maillot de leader.

Classement de la quatrième étape

1 Luis Leon Sanchez (Astana)
2 George Bennett (LottoNL-Jumbo) à 0’06
3 Koen Bouwman (LottoNL-Jumbo) à 0’11
4 Thibaut Pinot (Groupama – FDJ) m.t
5 Fabio Aru (UAE-Team Emirates) m.t
6 Domenico Pozzovivo (Bahrain Merida) m.t
7 Miguel Angel Lopez (Astana) m.t
8 Nicola Conci (Italie) m.t
9 Pello Bilbao (Astana) m.t
10 Christopher Froome (Team Sky) m.t

Général après la quatrième étape

1 Thibaut Pinot (Groupama – FDJ)
2 Domenico Pozzovivo (Bahrain-Merida) à 0’15
3 Miguel Angel Lopez (Astana) m.t
4 Chris Froome (Team Sky) à 0’16
5 Fabio Aru (UAE Team Emirates) à 0’50
6 Luis Leon Sanchez (Astana) à 1’06
7 George Bennett (LottoNL-Jumbo) à 1’10
8 Ben O’Connor (Dimension Data) à 1’36
9 Giulio Ciccone (Bardiani-CSF) à 1’45
10 Jan Hirt (Astana) à 1’55

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Strade Bianche 2020 : Le direct commenté

    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.