(c) Jean-Claude Faucher

Tour de Suisse : Egan Bernal en patron

Dans l’ascension mythique du Saint-Gothard, Egan Bernal (Team Ineos) a consolidé son maillot jaune avec la manière, ce vendredi, au terme de la septième étape du Tour de Suisse. Le Colombien s’est envolé dans les deux derniers kilomètres de l’ascension finale pour conquérir l’étape et devancer sur la ligne Domenico Pozzovivo et Rohan Dennis (Bahrain-Merida), de plus de 20 secondes. Bernal est donc plus que jamais leader du Tour de Suisse avant le chrono de samedi.

L’échappée victorieuse d’Antwan Tolhoek (Jumbo-Visma) jeudi a semble-t-il donné des idées à de nombreux coureurs. Au départ de la septième étape du Tour de Suisse, ils sont très très nombreux à vouloir se projeter à l’avant. Si bien que personne n’y parvient pendant plus d’une heure. C’est alors que, peu avant la première difficulté répertoriée du jour, Michael Albasini (Mitchelton-Scott) et Lukasz Wisniowski (CCC) parviennent à prendre quelques secondes d’avance. Plus de cinquante kilomètres ont alors été parcourus et la côte se présente. Winner Anacona (Movistar) en profite pour faire le jump, bientôt imité par les Suisses Steve Morabito (Groupama-FDJ) et Mathias Frank (AG2R-La Mondiale). Koen Bouwman (Jumbo-Visma) réussit, lui aussi, à revenir sur la tête de course, où l’on retrouve donc six hommes à cet instant. Les contres se multiplient depuis le peloton, mais plus personne n’obtiendra un bon de sortie, à l’exception de Gino Mäder (Dimension Data) et Tsgabu Grmay (Mitchelton-Scott). Le jeune Helvète parvient à rentrer seul tandis que l’Ethiopien a besoin du soutien d’Albasini, qui se laisse décrocher quelques instants, pour intégrer la bonne échappée. Ainsi, après 65 kilomètres et à 150 de l’arrivée, un groupe de huit est définitivement constitué à l’avant.

Derrière, le peloton n’accorde que deux minutes d’avance du fait de la proximité de Morabito au classement général. Les formations Ineos et Bahrain-Merida impriment ainsi un bon tempo pour ne pas laisser trop de champ à l’échappée. Ainsi, au pied du Lukmanierpass, première grosse difficulté du jour, à 110 kilomètres de la ligne, les huit audacieux du jour ne jouissent d’un avantage que de trois minutes. Mais, au fil de la montée, leur avance gonfle quelque peu grâce à un bon rythme, qui condamne toutefois Wisniowski. Au sommet, ils ne sont donc plus que sept mais leur avantage est réévalué à 3’30 sur le peloton. Dans la descente, néanmoins, le peloton décide de reprendre un peu de terrain et l’écart retombe d’abord trois minutes avant que les échappés ne remettent les gaz à une cinquantaine de kilomètres du but. C’est donc avec une avance de quatre minutes qu’ils commencent donc à grimper, même si les pentes sont encore très raisonnables comparées à celles de l’ascension finale du Saint-Gothard. Dans cette portion en faux-plat montant, Albasini se met à la planche pour Grmay, mais lorsque le Suisse s’écarte à 30 bornes du but, l’écart n’est que de trois minutes pour les six rescapés de l’échappée.

Les choses ne s’arrangent pas pour l’échappée dans les kilomètres qui suivent. Sur le long faux-plat montant menant au pied du Saint-Gothard, les formations Ineos et Bahrain-Merida continuent de réduire la différence. Elle n’est plus que de deux minutes au panneau des vingt kilomètres, et l’ascension finale n’est plus très loin. Peu avant le pied, d’ailleurs, Koen Bouwman décide d’anticiper. Le Néerlandais prend une vingtaine de secondes d’avance sur ses compagnons de fuite mais lorsque le véritable pied du Saint-Gothard se présente, à 12 bornes du but, Frank, Morabito et Mäder se lancent à sa poursuite. Son avance se réduit au fil des hectomètres alors que le peloton, mené par la Movistar, Ineos et même Trek-Segafredo à un certain moment, se rapproche à 1’30. Finalement, Bouwman est repris à neuf kilomètres du sommet par les trois Suisses, mais le regroupement n’est que de courte durée puisque c’est alors Frank qui passe à l’offensive. Le coureur d’AG2R-La Mondiale s’isole immédiatement mais le peloton se approche dangereusement à 40 secondes, à huit kilomètres de l’arrivée. La formation Ineos reprend dès lors les reines du peloton pour le maillot jaune Egan Bernal, et la sélection s’effectue par l’arrière.

À cinq bornes du but, Mathias Frank doit rendre les armes face à un petit peloton d’une vingtaine d’unités. Peu après l’absorption du dernier échappé, Enric Mas (Deceuninck-Quick Step) passe à l’offensive sur la large route pavée du Saint-Gothard. L’Espagnol prend dix secondes d’avance mais Ineos continue d’emmener à un gros train derrière. Kenny Elissonde et Jonathan Castroviejo se succèdent à la tête du groupe des favoris, et lancent finalement Egan Bernal à 2,5 km du but; En l’espace de 500 mètres, le Colombien reprend Mas alors que Domenico Pozzovivo (Bahrain-Merida), semble-t-il en jambes, décide d’attendre Rohan Dennis, juste derrière. Egan Bernal prend une dizaine de secondes lors de son démarrage mais les deux hommes de Bahrain-Merida limitent bien à la casse à un deuxième échelon, 15 secondes derrière, à 1500 mètres du but. Sous la flamme rouge, personne ne semble en mesure d’arrêter Bernal qui pousse sur les pédales jusque dans les 50 derniers mètres avant de savourer son succès. Derrière, Pozzovivo et Dennis limitent les dégâts à 22 secondes tandis que Patrick Konrad (Bora-hansgrohe), Tiesj Benoot (Lotto-Soudal) et Jan Hirt (Astana) terminent à 33 secondes. Bernal consolide son maillot jaune mais Dennis reste dans le match grâce au chrono à venir.

Classement de la septième étape

1 Egan Bernal (Team INEOS)
2 Domenico Pozzovivo (Bahrain Merida) à 0’23
3 Rohan Dennis (Bahrain Merida) m.t
4 Patrick Konrad (BORA – hansgrohe) à 0’34
5 Jan Hirt (Astana) m.t
6 Tiesj Benoot (Lotto Soudal) m.t
7 Enric Mas (Deceuninck – Quick Step) à 0’40
8 Simon Špilak (Katusha Alpecin) à 0’50
9 Lennard Kämna (Sunweb) à 1’03
10 Fabio Aru (UAE-Team Emirates) m.t

Général après la septième étape

1 Egan Bernal (Team INEOS)
2 Rohan Dennis (Bahrain Merida) à 0’41
3 Patrick Konrad (BORA – hansgrohe) à 1’13
4 Domenico Pozzovivo (Bahrain Merida) à 1’17
5 Jan Hirt (Astana) à 1’19
6 Tiesj Benoot (Lotto Soudal) m.t
7 Enric Mas (Deceuninck – Quick Step) à 2’07
8 Fabio Aru (UAE-Team Emirates) à 2’20
9 Nicolas Roche (Sunweb) à 2’23
10 Simon Špilak (Katusha Alpecin) à 2’26

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Tour d’Espagne : Le direct de la 2e étape (Pamplona > Lekunberri)

Suivez le Tour d’Espagne 2020 en direct avec l’app VeloPro.fr sur votre mobile ou tablette …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.