EN DIRECT
© Sirotti

Michał Kwiatkowski face aux attentes de tout un peuple

Il était extrêmement attendu. La dernière fois que Michał Kwiatkowski (Team Sky) avait pris part au Tour de Pologne, c’était en 2016, sa première année avec le Team Sky, une saison difficile pour le Polonais. En 2017 il a fait l’impasse préférant la Clásica San Sebastián, qu’il avait remporté alors cette année pour son retour, l’attente était énorme. Il faut avoir en tête qu’en Pologne, les coureurs de l’équipe nationale de Pologne sont acclamés comme des héros alors que les Simon Yates (Mitchelton – Scott), Thibaut Pinot (Groupama – FDJ) ou encore Fabio Aru (UAE – Team Emirates) passent un peu plus inaperçus (quand bien même les coureurs sont en général très acclamés). Pour cette première explication entre leaders et sans doute l’arrivée la plus difficile de la semaine, Kwiatkowski a donc répondu aux attentes, et avec le maillot de Champion national sur les épaules qui plus est. 

C’est incroyable“, décrivait Kwiatkowski à l’arrivée encore sous l’émotion mais visiblement toujours émoussé par le violent effort qu’il a dû livrer pour battre Dylan Teuns (BMC), vainqueur ici l’an passé, sur la ligne. “Mes coéquipiers ont pris la responsabilité de la course sans même savoir si j’étais en bonne condition ou pas. Je ne savais vraiment pas comment les jambes répondraient après avoir terminé le Tour de France. Après trois étapes plates, j’étais motivé mais vous ne savez jamais, surtout avec des pourcentages aussi élevés, comment vous allez réagir. L’équipe a fait un travail incroyable en prenant la course en main sans regarder les autres équipes. Nous n’avons reçu aucun soutien.  C’est génial d’avoir pu terminer le travail ainsi. Gagner ici à Szczyrk, c’est vraiment spécial car c’est l’une des plus belles arrivées de l’histoire du Tour de Pologne je pense“.

L’an passé, Dylan Teuns avait fait un pas important vers la victoire en remportant cette étape de Szczyrk dans une course qui se joue souvent aux bonifications malgré le parcours accidenté. Avec 8 secondes d’avance sur le coureur belge, 10 secondes sur George Bennett (LottoNL – Jumbo) et 14 secondes sur Sergei Chernetski (Astana), Thibaut Pinot (Groupama – FDJ) et Daniel Moreno (Bahrain – Merida), rien n’est encore fait. Pour Teuns l’an passé, une fois l’avantage pris à Szczyrk, il avait surtout fallu résister à Rafał Majka (Bora – Hansgrohe) moins dangereux pour les bonifications car moins rapide. L’arrivée de demain à Bielsko-Biała est encore une arrivée explosive mais moins difficile. Pour Kwiatko, pas question de voir si loin. Il va avant tout falloir rester concentré et ne pas céder à la pression. Rappelons qu’en 2012, année de son meilleur résultat en Pologne, deuxième au général final, il s’était fait chiper le maillot à Bukowina Tatrzańska… justement là où la course arrivera jeudi et vendredi pour les deux dernières étapes. Mais depuis le coureur de Sky a passé bien des paliers dans la hiérarchie mondiale. “J’espère pouvoir bien récupérer maintenant. Ce ne sera pas facile… Gagner en Pologne… Rester calme face à la pression des fans, des médias et de tout ce qui tourne autour de la course… mais on va essayer de rester concentré” . Il le faudra. la course ne fait que commencer.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Cesare Benedetti : « Je ne suis ni un talent, ni un gagnant »

Cesare Benedetti décroche la première victoire de sa carrière. A 31 ans, l’Italien de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.