(c) Sirotti

Tour de France : Simon Yates rentre dans le cercle, statu quo au général

Le premier rendez-vous pyrénéen du Tour de France a consacré l’échappée ce jeudi. Après un départ très rapide, quarante coureurs ont réussi à se dégager du peloton. 209,5 kilomètres et deux cols de première catégorie plus tard, il n’en restait plus que trois pour jouer la victoire à Bagnères-de-Bigorre. Simon Yates, Gregor Mühlberger et Pello Bilbao se sont alors expliqués sur une pointe dans la dernière ligne droite. Yates s’est montré le plus malin en sortant parfaitement du dernier virage. Il entre dans le cercle des vainqueurs d’étape sur les trois Grands Tours en devançant Bilbao et Mühlberger. Les leaders du général n’ont pas livré bataille, se préservant sans doute pour le chrono à venir. Julian Alaphilippe conserve donc le maillot jaune. 

Au départ de Toulouse, la course se lance à pleine vitesse. Les attaques s’enchaînent pendant près d’une heure, sans qu’une échappée ne parvienne à se dégager. Il faut alors attendre quarante-cinq kilomètres pour voir une grappe de quarante costauds s’extraire du peloton! Peter Sagan, Gregor Mühlberger, Daniel Oss, Maximilian Schachmann (Bora-hansgrohe), Michael Morkov (Deceuninck-Quick Step), Mathias Frank, Tony Gallopin, Oliver Naesen (AG2R-La Mondiale), Sonny Colbrelli, Ivan Cortina, Dylan Teuns (Bahrain-Merida), Imanol Erviti (Movistar), Pello Bilbao (Astana), Dylan Groenewegen, Mike Teunissen (Jumbo-Visma), Simon Clarke, Alberto Bettiol, Tom Scully (EF Education First), Matteo Trentin, Simon Yates, (Mitchelton-Scott), Greg Van Avermaet, Serge Pauwels (CCC), Rui Costa, Alexander Kristoff (UAE-Team Emirates), Fabio Felline, Jasper Stuyven (Trek-Segafredo), Michael Matthews, Nikias Arndt, Cees Bol, Nicolas Roche (Sunweb), Pierre-Luc Périchon, Julien Simon (Cofidis), Tiesj Benoot, Roger Kluge, Tim Wellens (Lotto Soudal), Lilian Calmejane (Total Direct Energie), Andrea Pasqualon (Wanty-Gobert), Edvald Boasson Hagen, Michael Valgren (Dimension Data) et Kévin Ledanois (Arkéa-Samsic) ouvrent la route de la douzième étape.

Preuve de l’allure terrible de la première heure, les coureurs de tête y couvrent 50,6 kilomètres. La première difficulté du jour, la Côte de Montoulieu-Saint-Bernard (4e cat., 1,7km à 5,2%), ne fait ensuite aucune différence. Cette petite bosse permet néanmoins au maillot à pois Tim Wellens d’empocher un point au classement de la montagne. Derrière, Deceuninck-Quick Step contrôle l’écart autour de 3’20”. Malgré la présence de quarante coureurs en tête, aucun n’est véritablement dangereux au général. Le mieux classé est Greg Van Avermaet qui pointe à 14’25”. Le maillot jaune Julian Alaphilippe et ses équipiers contrôlent donc sereinement. Ils accordent même un peu plus de marge au passage de la zone de ravitaillement. L’écart est alors mesuré à 4’20” tandis que deux coureurs posent pied à terre à ce stade : Rohan Dennis (Bahrain-Merida) et Giacomo Nizzolo (Dimension Data).

A l’avant, l’imposante échappée continue sa route à quarante unités jusqu’au sprint intermédiaire, au km130. Le maillot vert Peter Sagan y passe en tête devant Colbrelli et Kristoff. L’Italien prolonge son effort jusqu’au pied du Col de Peyresourde (1ère cat., 13,2km à 7%) avant d’être repris par Lilian Calmejane qui a décidé d’attaquer seul le groupe de tête. Le représentant de Total Direct Energie dispose facilement de Colbrelli et s’en va seul. Derrière lui, les sprinteurs du groupe se laissent distancer un à un. En tête de peloton, c’est toujours la Deceuninck-Quick Step qui emmène avant d’être relayée par les équipes de leaders. Ineos assure alors la majeure partie du travail avec Movistar. Les coéquipiers des favoris impriment un train modéré et laissent les fuyards creuser l’écart. A l’avant de la course, Calmejane est repris à moins de cent mètres du sommet par Tim Wellens. Le Belge y passe en tête et empoche dix points supplémentaires au classement de la montagne. Simon Clarke a suivi l’attaque du maillot à pois et contre-attaque à la bascule. Il fait la descente à fond et creuse seul l’écart sur le reste de l’échappée.

Clarke se présente alors au pied de la Hourquette d’Ancizan (1ère cat., 9,9km à 7,5%) avec 1’15” d’avance sur Trentin, sorti du groupe de chasse, et 1’30” sur les autres rescapés de l’échappée matinale. Le peloton s’est désintéressé de la victoire d’étape et pointe à six minutes. Les attaques se précisent à l’avant de la course alors que Clarke accuse le coup. Trentin le reprend rapidement avant de le distancer. Derrière le champion d’Europe, son coéquipier Simon Yates place plusieurs banderilles. Ce dernier finit par s’isoler avec Mühlberger et revient vite sur la tête. Yates et Mühlberger disposent ensuite de Trentin et s’en vont en duo à trois kilomètres du sommet. Cela étant, les écarts restent minces entre les meilleurs grimpeurs de l’échappée. Bilbao est notamment sur le point de recoller à deux kilomètres du sommet, mais se fait contrer. Le Basque accuse le coup et laisse filer le duo jusqu’au sommet, tout en le conservant en point de mire. Les autres poursuivants sont plus loin et semblent abandonner tout espoir de victoire à Bagnères-de-Bigorre.

Dès les premiers lacets de la descente, Bilbao rejoint Yates et Mühlberger. Derrière ce trio, Schachmann, Pauwels, Roche, Trentin, Gallopin, et Frank pointent à 50″, le peloton à 7’40”. Signe que l’allure est moins soutenue dans la poursuite, Teuns et Felline parviennent à recoller dans un premier temps. Une autre grappe de distancés avec Benoot, Naesen ou encore Van Avermaet revient peu après. Devant, le trio de tête creuse l’écart dans la descente et entame les dix derniers kilomètres avec 1’35” de marge. Les trois hommes de tête restent ensemble jusqu’au bout et s’expliquent finalement sur une pointe. Simon Yates sort du dernier virage en première position et tient jusqu’au bout! Il entre dans le cercle fermé des vainqueurs d’étape sur les trois Grands Tours en dominant Bilbao et Mühlberger. Benoot prend la quatrième place à 1’28”. Les favoris se sont totalement désintéressés de l’étape : jamais attaqué, Julian Alaphilippe conserve son maillot jaune sans trop d’effort. Le peloton a rallié l’arrivée avec plus de neuf minutes de retard sur le vainqueur.

Le classement de la douzième étape : 
1. Simon Yates (Mitchelton-Scott) en 4h57’53”
2. Pello Bilbao (Astana) m.t.
3. Gregor Mühlberger (Bora-hansgrohe) m.t.
4. Tiesj Benoot (Lotto Soudal) à 1’28”
5. Fabio Felline (Trek-Segafredo) m.t.
6. Matteo Trentin (Mitchelton-Scott) m.t.
7. Oliver Naesen (AG2R-La Mondiale) m.t.
8. Rui Costa (UAE-Team Emirates) m.t.
9. Simon Clarke (EF Education First) m.t.
10. Jasper Stuyven (Trek-Segafredo) m.t.

Le classement général après la douzième étape : 
1. Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) en 52h26’09”
2. Geraint Thomas (Ineos) à 1’12”
3. Egan Bernal (Ineos) à 1’16”
4. Steven Kruijswijk (Jumbo-Visma) à 1’27”
5. Emanuel Buchmann (Bora-hansgrohe) à 1’45”
6. Enric Mas (Deceuninck-Quick Step) à 1’46”
7. Adam Yates (Mitchelton-Scott) à 1’47”
8. Nairo Quintana (Movistar) à 2’04”
9. Dan Martin (UAE-Team Emirates) à 2’09”
10. Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) à 2’33”

Autres infos qui pourraient vous intéresser

VeloPro.fr change provisoirement de formule

Cela fait maintenant 5 saisons que VeloPro.fr vous propose tous les jours un suivi continu …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.