(c) Sirotti

Thibaut Pinot : « Quand on a les bonnes jambes, il faut en profiter! »

Thibaut Pinot frappe encore un grand coup. Vainqueur la veille au sommet du Tourmalet, le leader de la Groupama-FDJ est une nouvelle fois passé à l’attaque ce dimanche. Avec les favoris au pied de la montée finale du Prat d’Albis, il a lancé l’offensive à la mi-ascension. Suivi par Emmanuel Buchmann et Egan Bernal, il s’est d’abord défait de l’Allemand puis du jeune Colombien. Pinot est ensuite allé reprendre Mikel Landa, à l’attaque dans l’ascension précédente, pour s’assurer le premier accessit. Le Basque a terminé dans sa roue, alors que tous les autres favoris lui concèdent encore du temps. Sa performance du jour lui permet ainsi de remonter à la 4e place du général, à 1’50” du maillot jaune Julian Alaphilippe. Surtout, il n’a plus que trois secondes à combler sur Steven Kruijswijk pour monter sur le podium.

Lire aussi > Le classement des favoris : Les positions se resserrent derrière Julian Alaphilippe

« C’était mon temps, ma météo, il fallait que j’en profite ! C’était une belle étape comme j’aime, j’avais de bonnes sensations. Je savais que le final était en replat donc je pouvais me mettre dans le rouge dans la partie raide. Je ne prenais pas trop de risque. J’aurais pu suivre dans les roues en cas de contre, détaillait Pinot à l’arrivée. J’ai repris du temps à tout le monde, c’est le principal. Il faut continuer maintenant. On est parti pour remonter au classement et les étapes les plus dures arrivent. Les cols durs arrivent. Quand on a les bonnes jambes, il faut en profiter. »

Comme la veille, Pinot a pu compter sur David Gaudu pour le mettre en orbite. Le jeune grimpeur a durci l’allure avant de s’écarter à bout de force, permettant à son leader de gicler en danseuse. Ce dernier est ensuite retombé sur ses coéquipiers Sébastien Reichenbach et Rudy Molard, tous deux issus de l’échappée qui a consacré Simon Yates. Un fait de course qui ne devait rien au hasard. « C’était la tactique mise en place ce matin, ça a marché nickel, pouvait-il se satisfaire. J’avais David avec moi, il a encore fait un bon boulot. J’ai récupéré Rudy et Seb. On a vraiment montré qu’on était une équipe solide et offensive. Ça a payé, c’est très bien quand ça marche! »

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Benoît Cosnefroy : « J’avais des jambes de feu »

Troisième en ouverture en attaquant à plusieurs reprises, troisième le lendemain au sprint, Benoît Cosnefroy …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.