EN DIRECT
© Sirotti

Geraint Thomas : “Il y avait trop de temps à récupérer”

Geraint Thomas rêvait d’offrir le doublé au Team Sky. Il échoue finalement pour 8 secondes derrière Damiano Caruso (BMC) et se retrouve troisième au général final. Le Gallois a joué de malchance sur Tirreno Adriatico, avec un problème mécanique lors de l’étape de montagne qui lui a fait perdre son maillot de leader alors que côté physique, il n’avait montré aucune faiblesse. Deuxième au Tour d’Algarve où son coéquipier Michal Kwiatkowski s’impose, troisième à Tirreno où c’est également Kwiatkowski qui s’impose, Thomas commence à enrager de tourner autour.

Geraint, quel est le sentiment qui domine ?
Après le manque de chance le jour de l’étape de montagne, ça fait quand même du bien de monter sur le podium mais ça reste un sentiment mitigé car quand on se retrouve dans la position où j’étais (leader de la course), vous voulez gagner ! Beaucoup de monde me dit : ‘pas de panique ! Travailler dur finira par payer et la chance tournera’, mais je veux toujours gagner cette course. C’est ainsi. Après il faut remettre les choses en perspective. Finir dans la ville de Michele Scarponi vous fait prendre conscience qu’il ne s’agit que d’une course de vélo. Ça a été une bonne semaine pour l’équipe et c’est super que Kwiatko ait terminé le travail.

Donc vous êtes quand même déçu.
Je suis déçu de ne pas avoir réussi à faire deuxième. Il y avait trop de temps à récupérer mais ça a quand même été une bonne semaine. Les jambes vont bien et on va essayer de continuer ainsi et d’améliorer la condition jusqu’au Tour en juillet. L’an passé j’ai joué de malchances sur les grands rendez-vous. Maintenant j’espère que j’utilise mon crédit de malchance sur les courses d’une semaine et que tout ira bien en juillet.

Comment analysez-vous votre évolution. On vous a connu sur les classiques, puis les courses par étapes, aujourd’hui vous vous préparez pour viser le général sur le Tour de France.
Ces dernières années j’ai travaillé pour m’améliorer sur les courses par étapes et l’an passé je m’y suis vraiment dédié. J’y prend du plaisir. Il semble que j’évolue positivement et j’espère donc continuer ainsi.

Vous allez disputer Paris-Roubaix. Avec quel objectif ?
Les pavés sur le Tour sont une bonne excuse pour faire Roubaix mais je suis vraiment impatient d’y être. Je serai là pour Gianni Moscon et Ian Stannard mais après, on parle de Roubaix et quand vous voyez le palmarès, vous réalisez que beaucoup de choses peuvent se passer. Je devrai m’y présenter en bonne condition même si je ne serai pas dans ma forme optimale mais quand on a de bonnes jambes, on a de bonnes jambes.

Gagner Roubaix pourrait vous permettre de conjurer le mauvais sort.
Si je soulevais le pavé à Roubaix, je pense que j’oublierai rapidement à propos de Tirreno. Mais nous verrons…

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Richie Porte : « Gagner ici, ça veut dire beaucoup pour moi »

Quatorzième du contre-la-montre final ce dimanche, l’Australien conserve son maillot jaune et remporte le Tour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.