© Sirotti

Tour des Flandres 2018 : Niki Terpstra seul devant

Le deuxième Monument de la saison, le Tour des Flandres, s’est achevé par la victoire de Niki Terpstra (Quick-Step Floors) en solitaire. Le Néerlandais a confirmé sa supériorité déjà affichée lorsqu’il avait remporté le Grand Prix E3 Harelbeke, il y a une semaine. Supériorité physique mais aussi stratégique en ayant choisi le bon moment pour attaquer à l’issue de l’ascension du Kruisberg, à environ 26 kilomètres de l’arrivée. Parfaitement protégé par ses équipiers présents en nombre derrière et sautant sur toutes les attaques, Terpstra a filé vers la victoire alors que derrière, Mads Pedersen (Trek – Segafredo), déjà impressionnant mercredi dernier sur À Travers la Flandre, et qui avait attaqué loin de l’arrivée prend une superbe et prometteuse deuxième place. Philippe Gilbert est troisième en réglant au sprint Michael Valgren (Astana).

Le début de la course est marqué par de nombreuses tentatives d’échappées infructueuses, ainsi que par les chutes de Sep Vanmarcke (Team EF Education First-Drapac) et de Alberto Bettiol (BMC Racing Team) qui parviennent néanmoins à repartir. L’échappée du jour ne parvient à prendre ses distances qu’au bout de 75 kilomètres parcourus, alors que Sep Vanmarcke chute à nouveau. L’échappée est composée de Ivan Garcia Cortina (Bahrain-Merida), Pascal Eenkhoorn (LottoNL Jumbo), Aimé De Gendt (Sport Vlaanderen), Ryan Gibbons (Dimension Data), Filippo Ganna (UAE), Michael Goolaerts (Veranda Willems), Dimitri Peykens (WB Aqua Protext), Pim Lighart (Roompot), Floris Gerts (Roompot), Jimmy Turgis (Cofidis) et Marco Haller (Katusha).

Cependant, l’échappée est contrôlée par la Quick-Step Floors qui ne laisse pas plus de 5 minutes, écart maximum constaté à environ 135 kilomètres de l’arrivée. Sous l’effet de la poursuite de la Quick-Step Floors, bien aidée par l’équipe BORA-hansgrohe de Peter Sagan, l’écart diminue progressivement.

Une grosse chute secoue le peloton à 100 kilomètres de l’arrivée, alors que le peloton est nerveux à l’approche du Mur de Gramont. Oliver Naesen se retrouve à terre avec plusieurs coureurs AG2R ainsi que des coureurs de la Groupama-FDJ, sans qu’Arnaud Démare ne soit impliqué. Yoann Offredo, I. Stannard, S. Devolder, Lutsenko, R. Barbier sont également impliqués dans la chute. Yoann Offredo, Alexey Lutsenko, Rick Zabel ainsi que Rudy Bardier et Antoine Duchesnes notamment sont contraints à l’abandon.

L’ascension du Mur de Gramont ne fait pas autant de différence que l’année passée, un gros groupe se détache mais personne ne collabore et le peloton se reforme. Des attaques se succèdent en vain dans le peloton, mais aucune équipe ne prend réellement la course en main, ce qui permet au groupe Naesen de faire son retour dans le peloton.

Devant, l’échappée a perdu des unités, il ne reste en effet que 8 hommes (Ivan Garcia Cortina, Pascal Eenkhoorn, Aimé De Gendt, Filippo Ganna, Dimitri Peykens, Pim Lighart, Jimmy Turgis et Marco Haller) qui ont moins d’une minute d’avance sur un groupe de chasse qui est parvenu à prendre ses distances avec le peloton. Ivan Garcia Cortina et Tom Devriendt parviennent à s’isoler en tête, alors que les autres échappés sont repris par le peloton.

Dans le deuxième passage du Vieux Quaremot, Greg Van Avermaet, Philippe Gilbert et Oliver Naesen ne sont pas bien placés, mais parviennent à rentrer dans un peloton amaigri dans le Paterberg. Devant, Mads Pedersen, Dylan Van Baarle, Sebastian Langeveld et Cort Nielsen parviennent à attaquer dans le peloton et reprennent les deux hommes de tête.

Mads Pedersen, Dylan Van Baarle, Sebastian Langeveld lâchent leurs compagnons d’échappée dans le Kopenkerg. Dans le peloton, Niki Terpstra attaque dans ce mont pavé, ce qui crée une sélection dans le peloton mais aucun grand leader n’est lâché et le peloton est toujours groupé.

Greg Van Avermaet attaque dans le Taaienberg mais ne parvient pas à faire de différences. Daniel Oss prend les commandes du peloton pour tenter de revenir sur les trois hommes de tête.

Après le Kruisberg, Nibali place une attaque, bien suivi par Terpstra. Ce dernier dépose le requin de messine en puissance. Derrière le groupe de favoris s’observe, les leaders étant presque tous isolés, à l’exception de Greg Van Avermaet qui peut compter sur Jurgen Roelandts. Terpstra parvient à prendre rapidement 30 secondes sur le groupe des favoris et revient sur les échappés et les dépose dans le Vieux Quaremont.

Derrière, Peter Sagan fait le forcing dans le Paterberg, parvient à prendre ses distances avec les autres favoris mais est repris à 8 kilomètres de l’arrivée par le groupe. Devant, Terpstra est trop fort et s’impose avec une belle marge sur ses poursuivants. Mads Pedersen prend la 2ème position après avoir résisté au retour du groupe des favoris. Philippe Gilbert complète le podium de l’épreuve. Quick-Step a une nouvelle fois profité de sa supériorité numérique dans le final de la course pour s’imposer avec son homme fort des classiques flandriennes 2018.

Classement :
1. Niki Terpstra (Quick Step) en 6h21’25
2. Mads Pedersen (Trek – Segafredo) à 0’12
3. Philippe Gilbert (Quick Step) à 0’17
4. Michael Valgren (Astana) à 0’20
5. Greg Van Avermaet (BMC) à 0’25
6. Peter Sagan (Bora – Hansgrohe)
7. Jasper Stuyven (Trek – Segafredo)
8. Tiesj Benoot (Lotto – Soudal)
9. Wout van Aert (Verandas Willems – Crelan)
10. Zdeněk Štybar (Quick Step)

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Tour du Danemark : Tiesj Benoot renoue avec la victoire, Lotto Soudal signe un doublé

Une véritable course de mouvements pour lancer le Tour du Danemark. Ce mercredi, le peloton …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.