EN DIRECT
(c) Deceuninck-Quick Step

Florian Sénéchal : « Je ne me suis pas affolé »

C’est avec un cri de rage, mais aussi de soulagement, que Florian Sénéchal a victorieusement franchi la ligne d’arrivée du Samyn ce mardi. Le soulagement d’avoir enfin ouvert son compteur chez les professionnels, plus de cinq ans après son passage dans l’élite du cyclisme. Le Nordiste a longtemps cumulé les places d’honneur, mais aujourd’hui, dans la course d’ouverture du calendrier wallon, il a couru à la perfection, au millimètre, bien aidé il faut aussi le dire par ses coéquipiers, pour s’assurer un premier triomphe chez les grands. « Tout le monde me disait : “tu vas la gagner, tu vas la gagner”, confiait le coureur de 25 ans à l’arrivée. J’avais une super équipe aujourd’hui. Et je ne me suis pas affolé. Les autres années, j’en faisais trop. Cette année, j’ai vraiment attendu la fin. Mes coéquipiers ont travaillé toute la journée et je leur dois beaucoup. Ils ont vraiment bien bossé ».

Pendant la deuxième partie de course, Florian Sénéchal s’est en effet longtemps contenté de suivre à la trace le favori du jour, le tenant du titre Niki Terpstra (Direct Energie), pendant que ses acolytes Pieter Serry et Tim Declercq ouvraient la route. Ce n’est qu’une fois ses équipiers repris, dans le dernier tour, qu’il a pris l’initiative. « Terpstra était vraiment costaud. C’est un coureur malin et je savais qu’il allait attendre le final, pareil pour Lars Boom, a raconté Sénéchal, déjà 3e et 4e du Samyn par le passé. J’ai essayé d’attaquer dans le dernier secteur, on est sorti à trois, les trois plus costauds. On s’est marqués et ça s’est finalement joué au sprint. Tim a fait un super travail. Je lui dois beaucoup également. Je savais que j’étais fort au sprint, mais je n’étais pas sûr de moi, on ne l’est jamais, surtout qu’ils ont lancé fort. Mais Lars Boom est parti trop tôt et je suis revenu sur la fin, ça s’est fait à la pédale, et je suis super content ».

Si Sénéchal se signale à titre individuel, il participe également à la période euphorique de son équipe, désormais victorieuse à quatorze reprises en 2019 et invaincue sur les trois premières courses belges de l’année. « C’est vraiment une super entrée dans la campagne des Classiques, a confirmé l’homme du jour. Tout le monde est content. Quand tout réussit, on a moins de pression. Le staff est plus joyeux, on court avec du plaisir et c’est magnifique ».

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Tour de France : Dernière bataille dans les Pyrénées

106e édition du Tour de France (2.UWT), du 6 au 28 juillet 15e étape : …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.