(c) Sirotti

Emanuel Buchmann : « Je ne pouvais pas suivre l’attaque de Fuglsang »

Emanuel Buchmann s’est défendu comme il a pu. Attaqué avant la mi-course de la dernière étape par Jakob Fuglsang (Astana), l’Allemand a tenté de suivre, mais a vite dû se rasseoir sur la selle. Voyant ce premier signe de faiblesse du maillot jaune, Ion Izagirre (Astana), Adam Yates (Mitchelton-Scott), Dan Martin et Tadej Pogacar (UAE-Team Emirates) sont partis dans la roue du Danois. Ces cinq-là ont vite pris un avantage suffisant pour renverser la course et ont réussi à rallier l’arrivée avec 1’24” de marge. Au final, Buchmann est dépassé par Izagirre et Martin, et termine troisième du général final. Cela aurait pu être pire à cause d’une erreur aiguillage dans le final, mais l’Allemand a été reclassé par les commissaires.

Lire aussi > Tour du Pays Basque : Adam Yates conclut, Ion Izagirre renverse le général

« Nous voulions défendre le maillot jaune… Nous avons laissé filer un groupe dangereux. Astana a essayé d’attaquer tôt et a réussi, s’inclinait Buchmann dans un communiqué de la Bora-hansgrohe. Fuglsang était vraiment très fort, je ne pouvais pas suivre son attaque. Max (Schachmann) et Patrick (Konrad) m’ont aidé, mais l’écart s’est stabilisé autour d’une minute quarante. C’était assez pour une place sur le podium, mais malheureusement nous avons perdu le maillot jaune. »

Au final, cette déception ne peut qu’entacher légèrement les performances de la Bora-hansgrohe au Pays Basque. Toute la semaine, les coureurs de l’équipe allemande ont animé l’épreuve, portés par un Maximilian Schachmann vainqueur de trois étapes. « Ce que nous avons réalisé cette semaine est exceptionnelle, même si nous n’avons pas pu boucler le travail. Nous remportons quatre étapes face à un plateau de très haut niveau. Porter le maillot de leader du premier au dernier jour n’est pas non plus une habitude pour nous, s’est satisfait le directeur sportif Jens Zemke. Toute l’équipe a tout donné pour défendre le maillot jaune, et nous terminons sur le podium. Mais il n’y a pas de temps pour célébrer : les Ardennaises nous attendent désormais! »

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.