(c) Sirotti

Tour de Lombardie : Présentation de la 113ème édition

113ème édition du Tour de Lombardie (1.UWT), samedi 11 octobre 2019
Bergame – Côme, 243 km

Palmarès

2018 – Thibaut Pinot
2017 – Vincenzo Nibali
2016 – Esteban Chaves
2015 – Vincenzo Nibali
2014 – Dan Martin
2013 – Joaquim Rodríguez
2012 – Joaquim Rodríguez
2011 – Oliver Zaugg
2010 – Philippe Gilbert
2009 – Philippe Gilbert

Recordman de victoires : Fausto Coppi (5)

Informations

Nous voilà arrivés au cinquième et dernier Monument cycliste de la saison. Après Milan-Sanremo, le Tour des Flandres, Paris-Roubaix et Liège-Bastogne-Liège, la dernière TRÈS grande Classique de l’année se tient ce samedi 12 octobre, de l’autre côté des Alpes. Entre Bergame et Côme, le Tour de Lombardie, créé en 1905, fête sa 113ème édition ce week-end. Surnommée la Classique des feuilles mortes, en raison de sa position dans le calendrier, au début de l’automne, l’épreuve est parmi les plus prisées des grimpeurs, qui voient bien souvent dans cette course leur meilleure chance d’accrocher un Monument à leur palmarès. Elle conclut aussi la saison cycliste sur route en Italie. Cette édition sera également toute particulière puisqu’elle célébrera l’un des innombrables champions à avoir inscrit son nom au palmarès, à savoir Felice Gimondi, vainqueur en 1966 et 1973, qui plus est originaire de Bergame, et décédé le 16 août dernier. Un maillot en son honneur a été spécialement conçu pour l’occasion et sera attribué au vainqueur.

Le vainqueur, justement, sera connu au terme d’un long et éprouvant itinéraire de 243 kilomètres. La première partie du parcours ne devrait toutefois poser de problème. Une boucle sera d’abord effectuée autour de Bergame, à travers les vallées de Cavallina et de Seriana, pour aller chercher la première difficulté du jour, le Colle Gallo (7,4 km à 6%). Le peloton virera ensuite à l’Est, en direction du sublime Lac de Côme, pour arpenter le Colle Brianza, après environ 100 kilomètres de course. C’est seulement à la suite de cette deuxième difficulté du jour que les coureurs s’approcheront du Lac de Côme, et pourront encore en observer la beauté, avant que la course ne se lance. Le peloton serpentera ainsi tout autour du Lac avant de le longer une fois la seconde zone de ravitaillement franchie. Il sera alors prépondérant de faire le plein d’énergie puisque dans la foulée, à moins de 80 bornes du but, débutera la célèbre et mythique ascension de la Madonna del Ghisallo.

Une ascension en deux temps, puisqu’entre-coupée de deux kilomètres de plat, qui réserve tout de même près de cinq kilomètres (3,5 + 1,5) de montée, régulièrement au-dessus des 9%. Le sommet, rendu mythique par sa chapelle et la cloche qui y résonne au passage des coureurs, présente même une portion à 12%, qui mettra déjà les organismes à rude épreuve, après quasiment 180 bornes de course. Ce ne sera pourtant qu’un apéritif en prévision de ce qui arrivera dans l’enchaînement de la rapide descente. Il n’y aura dès lors plus de temps mort. Les coureurs verront immédiatement se dresser l’une des difficultés les plus redoutées de l’épreuve, voire de la saison. C’est le Colma di Sermano, et plus précisément son sommet, dénommé le Mur di Sermano, qui devra ainsi être franchi. L’ascension se décompose donc logiquement en deux parties : une première de 5,1 kilomètres relativement roulante (6% de moyenne) avant une seconde, vertigineuse, puisque présentant une pente moyenne de 15% sur près de deux kilomètres ! C’est à cet instant, sur des rampes atteignant parfois les 25-27% que la vraie sélection s’opérera. Près de 200 kilomètres auront été parcourus à cet instant et le peloton explosera tout naturellement.

À cet instant, les principaux favoris devraient donc se retrouver à l’avant de la course et, au terme d’une longue descente suivie d’un bon morceau de vallée, comptant pour près de 30 kilomètres qui risquent d’être animés, iront livrer bataille dans les deux dernières difficulté de la course. À environ vingt bornes du but, il faudra ainsi affronter l’ascension de Civiglio. Courte (4 kilomètres), elle sera toutefois particulièrement rude à cet instant de la course en raison de sa pente moyenne avoisinant les 10%. Seul point positif, la montée sera régulière dans sa difficulté. Une descente mènera ensuite les coureurs au pied de l’ultime obstacle du jour, et c’est là l’unique différence avec la précédente édition. Les coureurs retrouveront en effet la montée de San Fermo della Battaglia, remplacée par le Monte Olimpino l’an passé car impraticable. La “battaglia”, bataille en italien, pourrait bien se conclure ici, sur les 2700 mètres d’ascension à 7% de moyenne, si la différence n’est pas encore faite à ce point. Un passage à 10% à l’approche du sommet pourrait peser avant de basculer dans la descente, longue de 3,5 kilomètres avant 1500 derniers mètres complètement plats dans la commune de Côme. Une fois la flamme rouge franchie, un seul virage sera à négocier, à 600 mètres du but, avant un tout droit final sur la Lungo Lario Trento.  

Sur les dix dernières éditions, sept se sont achevées par une victoire en solitaire. Preuve que le Tour de Lombardie présente généralement assez de difficultés pour faire la différence. Cette saison, il y aura au départ quatre anciens vainqueurs, mais pas le tenant du titre. À l’arrêt depuis son abandon déchirant sur le Tour de France, Thibaut Pinot ne reprendra la compétition qu’en 2020 et ne pourra conserver son titre, ce que 12 coureurs sont parvenus à faire dans l’histoire, le dernier étant Joaquin Rodriguez (2012, 2013). Parmi les anciens vainqueurs, on retrouve évidemment le Requin de Messine (2015, 2017), qui avait dû céder face aux coups de boutoir de Pinot dans le Civiglio l’an passé avant d’accrocher la deuxième place. L’Italien n’a toutefois pas paru des plus tranchants lors de ses dernières sorties, même s’il avait semblé plus en jambes sur les Trois Vallées Varésines avant qu’une erreur de parcours vienne couper court à son effort. Dan Martin (UAE Team Emirates), lauréat en 2014, apparaît comme un bon outsider, mais un cran en-dessous des vrais favoris, tout comme Philippe Gilbert (Deceuninck-Quick Step), auteur du doublé il y a près d’une décennie (2009-2010) mais à qui le parcours sied moins que par le passé. Enfin, Esteban Chaves (Mitchelton-Scott), victorieux d’un sprint à trois en 2016 devant Diego Rosa et Rigoberto Uran, sera entièrement dévoué à Adam Yates.

Les grands favoris ne figurent donc pas parmi les anciens vainqueurs. Les grands favoris n’ont d’ailleurs disputé qu’à deux reprises le Tour de Lombardie, sans jamais le terminer dans le top-10. Le véritable homme à battre n’est autre que Primoz Roglic, ultra-dominateur sur l’ascension de San Luca lors du Tour d’Emilie et encore vainqueur, avec facilité, des Trois Vallées Varésines, bien qu’ayant profité des circonstances de course. Le vainqueur du Tour d’Espagne a donc fait forte impression ces derniers jours et semble avoir les jambes pour conclure sa fantastique saison 2019 de la meilleure des manières. Son adversaire le plus attendu, également auteur d’une année incroyable, n’est autre que le jeune Egan Bernal. À 22 ans, le Colombien pourrait même réussir l’exploit de devenir le premier coureur à réaliser le doublé Tour de France-Tour de Lombardie dans la même saison depuis … Bernard Hinault, en 1979. Ultra-présent ces derniers jours (9e à Emilie, 6e à Turin, vainqueur au Piémont), le coureur d’Ineos semble retrouver ses meilleures jambes et pourra compter sur une équipe extrêmement compétitive, comme son homologue slovène d’ailleurs.

Ces deux hommes semblent partir en position de force, mais un homme a également émergé du tas lors des ultimes courses italiennes en la personne de Michael Woods. S’il n’avait pu tenir la roue de Roglic à Emilie (2e), c’est bien lui qui a décroché tout le monde à la pédale du côté de Superga pour s’offrir sa première Classique. Le Canadien a fait du Tour de Lombardie son grand objectif de fin de saison et ne s’est visiblement pas trompé dans sa préparation. L’an passé, il avait conclu l’épreuve à la 13e place dans la roue de Bernal … et Alejandro Valverde. L’ancien champion du monde ne saurait évidemment être oublié de la liste des favoris. Auteur de deux podiums par le passé, le vétéran espagnol n’a jamais remporté le Tour de Lombardie et dispose là de l’une de ses toutes dernières opportunités, d’autant que sa forme apparaît plutôt bonne malgré une longue saison et son enchaînement Tour-Vuelta. Au rang des autres favoris, on peut enfin citer Adam Yates, de retour d’un Tour de Croatie victorieux et 3e de Milan-Turin, mais aussi David Gaudu, lieutenant de Thibaut Pinot l’an dernier et désormais investi d’un rôle de leader qu’il assume avec brio (4e à Beghelli, 5e à Turin, dans le coup aux 3 Vallées Varésines).

À un second échelon, les outsiders sont également pléiade. La Bora-hansgrohe présente une belle équipe sur le papier (Majka, Buchmann, Schachmann, Formolo, Konrad) mais aucun coureur n’a semblé capable de s’imposer dernièrement. Chez Lotto-Soudal, la doublette Tiesj Benoot-Tim Wellens peut aspirer à de belles choses. Le second s’était d’ailleurs classé cinquième l’an passé, deux rangs derrière un certain Dylan Teuns, sur qui la Bahrain-Merida comptera en cas de défaillance de Nibali. Astana espère le meilleur de Jakob Fuglsang, déjà lauréat d’un Monument cette saison mais légèrement en retrait ces derniers jours. On peut enfin citer Diego Ulissi, Dan Martin (UAE Team Emirates), Pierre Latour, Mathias Frank (AG2R-La Mondiale), Enric Mas (Deceuninck-Quick Step), Sergio Higuita, Simon Clarke (EF Education First), Jack Haig (Mitchelton-Scott), Mikel Landa (Movistar), Wilco Kelderman (Sunweb), Bauke Mollema, Gianluca Brambila, Giulio Ciccone (Trek-Segafredo) ou bien Giovanni Visconti (Neri Sottoli-Selle Italia-KTM) comme des coureurs capables de se signaler dans la phase finale de la course.

Détails techniques
Départ fictif : 10h30
Départ réel : vers 10h35, après un itinéraire défilé de 2km
Ravitaillement 1 : km 94 (San Sosimo)
Ravitaillement 2 : km163 (Onno)
Suivi : La course sera à suivre en direct commenté, dès le départ fictif, sur VeloPro.fr

Les ascensions
Pied, km 47,7 – Colle Gallo, 7,4 km à 6% (max : 10%)
Pied, km 106,6 – Colle Brianza, 4,3 km à 4,9%
Pied, km 170,2 – Madonna del Ghisalo, 8,6 km à 6,2% (max : 14%)
Pied, km 185,3 – Sormano, 5,1 km à 6,6% puis 1,9 km à 15,8% (max : 27%)
Pied, km 221,9 – Civiglio, 4,2 km à 9,7% (max : 14%)
Pied, km 235 – San Fermo della Battaglia, 2,7 km à 7,2% (max : 10%)

Carte et profils

Liste des partants

AG2R La Mondiale
1 LATOUR Pierre
2 CHEREL Mickaël
3 DOMONT Axel
4 FRANK Mathias
5 GASTAUER Ben
6 HÄNNINEN Jaakko
7 WARBASSE Larry

Androni Giocattoli – Sidermec
11 MASNADA Fausto
12 FRAPPORTI Mattia
13 FLOREZ Miguel Eduardo
14 RIVERA Kevin
15 MUNOZ Daniel
16 RUMAC Josip
17 VENDRAME Andrea

Astana
21 FUGLSANG Jakob
22 BALLERINI Davide
23 CATALDO Dario
25 HOULE Hugo
26 IZAGIRRE Ion
27 IZAGIRRE Gorka
28 VILLELLA Davide

Bahrain Merida
31 NIBALI Vincenzo
32 CARUSO Damiano
33 GAROSIO Andrea
34 NIBALI Antonio
35 NOVAK Domen
36 PERNSTEINER Hermann
37 TEUNS Dylan

Bardiani – CSF
41 BARBIN Enrico
42 CARBONI Giovanni
43 COVILI Luca
44 ORSINI Umberto
45 ROMANO Francesco
46 ROTA Lorenzo
47 SAVINI Daniel

BORA – hansgrohe
51 FORMOLO Davide
52 BENEDETTI Cesare
53 BUCHMANN Emanuel
54 KONRAD Patrick
55 MAJKA Rafał
56 MÜHLBERGER Gregor
57 SCHACHMANN Maximilian

CCC Team
61 DE LA PARTE Víctor
62 GESCHKE Simon
63 OWSIAN Lukasz
64 PAUWELS Serge
65 ROSSKOPF Joey
66 TEN DAM Laurens
67 ZOIDL Riccardo

Cofidis
71 EDET Nicolas
72 BERHANE Natnael
73 HANSEN Jesper
74 HERRADA José
75 MATE Luis Angel
76 PEREZ Anthony
77 ROSSETTO Stéphane

Deceuninck – Quick Step
81 GILBERT Philippe
82 CAPECCHI Eros
83 CAVAGNA Rémi
84 JUNGELS Bob
85 KNOX James
86 MAS Enric
87 VAKOC Petr

10. EF Education First
91 CARTHY Hugh
92 BENNETT Sean
93 CLARKE Simon
94 HIGUITA Sergio
95 VANMARCKE Sep
96 KANGERT Tanel
97 WOODS Michael

Gazprom-RusVelo
101 VLASOV Aleksandr
102 CHERKASOV Nikolay
103 NYCH Artem
104 RIKUNOV Petr
105 ROVNY Ivan
106 RYBALKIN Aleksey
107 SHALUNOV Evgeny

Groupama – FDJ
111 GAUDU David
112 BONNET William
113 MADOUAS Valentin
114 MOLARD Rudy
115 MORABITO Steve
116 FRANKINY Kilian
117 ROUX Anthony

Israel Cycling Academy
121 AVILA Edwin
122 GEBREMEDHIN Awet
123 MINALI Riccardo
124 EARLE Nathan
125 GOLDSTEIN Omer
126 PLAZA Rubén
127 SBARAGLI Kristian

Lotto Soudal
131 WELLENS Tim
132 ARMÉE Sander
133 BENOOT Tiesj
134 MARCZYŃSKI Tomasz
135 MERTZ Rémy
136 VANENDERT Jelle
137 HAGEN Carl Fredrik

Mitchelton-Scott
141 CHAVES Esteban
142 GRMAY Tsgabu
143 HAIG Jack
144 HOWSON Damien
145 NIEVE Mikel
146 TRENTIN Matteo
147 YATES Adam

Movistar Team
151 VALVERDE Alejandro
152 BETANCUR Carlos
153 CASTRILLO Jaime
154 FERNANDEZ Ruben
155 LANDA Mikel
156 SUTTERLIN Jasha
157 VERONA Carlos

Neri Sottoli – Selle Italia – KTM
161 VISCONTI Giovanni
162 BONGIORNO Francesco Manuel
163 FORTUNATO Lorenzo
164 MARENGO Umberto
165 SCHÖNBERGER Sebastian
166 VELASCO Simone
167 ZARDINI Edoardo

Dimension Data
171 KREUZIGER Roman
172 GHEBREIGZABHIER Amanuel
173 MEINTJES Louis
174 SLAGTER Tom-Jelte
175 VALGREN Michael
176 VENTER Jaco
177 WYSS Danilo

Team INEOS
181 BERNAL Egan
182 CASTROVIEJO Jonathan
183 SOSA Ivan Ramiro
184 GEOGHEGAN HART Tao
185 MOSCON Gianni
186 PUCCIO Salvatore
187 ROSA Diego

Jumbo-Visma
191 ROGLIČ Primož
192 BENNETT George
193 BOUWMAN Koen
194 GESINK Robert
195 KRUIJSWIJK Steven
196 KUSS Sepp
197 POWLESS Neilson

Katusha Alpecin
201 ZAKARIN Ilnur
202 BATTAGLIN Enrico
203 CRAS Steff
204 FABBRO Matteo
205 GONÇALVES José
206 KOCHETKOV Pavel
207 NAVARRO Daniel

Team Sunweb
211 KELDERMAN Wilco
212 BAKELANTS Jan
213 HAMILTON Chris
214 HINDLEY Jai
215 HIRSCHI Marc
216 POWER Robert
217 STORER Michael

Trek – Segafredo
221 MOLLEMA Bauke
222 STETINA Peter
223 BRAMBILLA Gianluca
224 CICCONE Giulio
225 EG Niklas
226 GOGL Michael
227 SKUJIŅŠ Toms

UAE-Team Emirates
231 ULISSI Diego
232 COSTA Rui
233 MARCATO Marco
234 MARTIN Dan
235 PETILLI Simone
236 POLANC Jan
237 SUTHERLAND Rory

Vital Concept – B&B Hotels
241 ROLLAND Pierre
242 CAM Maxime
243 COURTEILLE Arnaud
244 GAUTIER Cyril
245 MOTTIER Justin
246 MÜLLER Patrick
247 PACHER Quentin

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.