Crédits photo : (c) Jean-Claude Faucher

Grand Prix Miguel Indurain : Simon Yates en solitaire

En puncheur, comme il l’avait fait en direction du Mur de Fayence sur Paris-Nice, Simon Yates s’est imposé ce samedi lors du Grand Prix Miguel Indurain. Le Britannique a conquis sa deuxième victoire de l’année dans la traditionnelle arrivée à Basilique del Puy, en solitaire, après avoir faussé compagnie à un groupe de costauds dans l’ultime difficulté répertoriée de la journée, à près de dix kilomètres du but. Le coureur d’Orica-Scott s’est imposé avec une belle avance sur Michael Woods (Cannondale-Drapac) qui a réglé le groupe de poursuite devant le champion de Colombie Sergio Henao (Team Sky). Yates succède à Ion Izagirre au palmarès de l’épreuve. 

Dans cette édition 2017 du Grand Prix Miguel Indurain, c’est d’abord un quatuor qui constitue l’échappée. Michael Hepburn (Orica-Scott), Aitor Gonzales (Euskadi), Juan Perez (W52) et Peeter Pruus (Rietumu) mènent les débats pendant la première heure de course, disputée dans des conditions climatiques difficiles, mêlant vent et pluie. Mais à la suite du sprint intermédiaire de Sesma, le peloton effectue la jonction et c’est alors une nouvelle échappée qui se développe. Matvey Mamykin (Katusha-Alpecin), Nick Schultz (Caja Rural), Roman Kreuziger (Orica-Scott), Marcos Jurado (Burgos-BH), Aitor González, Eneko Lizarralde (Euskadi), Jason Lowndes (Israel Cycling Academy) et Marcins Kalnins (Rietumu) s’y glissent et la Movistar laisse filer. La formation favorite de la course prend toutefois les commandes du peloton et ne laisse l’écart grimper qu’à 3’30. Les coéquipiers de Valverde maintiennent un tempo régulier et l’avance des fuyards tombent à deux minutes à 90 bornes du but. La course poursuit son cours et les hommes de tête ne prennent pas plus de champ, au contraire. L’écart est ramené à la minute à 80 kilomètres de la ligne alors que l’échappée perd Jurado. Sentant le souffle du peloton, Kreuziger décide d’accélérer l’allure en tête et n’emmène que Mamykin et Schultz avec lui. Le trio ne peut toutefois pas empêcher la remontée du peloton, qui n’a plus qu’une trentaine de secondes d’avance à 60 bornes du but.

C’est finalement dix kilomètres plus tard, dans les premiers lacets de l’Alto de Lezaun que les échappés doivent rendre les armes. Movistar tente immédiatement de secouer la course mais sans parvenir à la lancer pour de bon. En revanche, les accélérations de Ruben Fernandez et Dani Moreno permettent une vraie sélection dans le peloton, qui ne compte plus qu’une trentaine de coureurs au sommet de l’Alto de Lezaun, à environ 40 kilomètres de la ligne. Dès lors, la Sky et la Movistar se partagent les commandes du groupe de tête, les uns pour Henao, les autres pour Valverde. Mais c’est une autre équipe qui se découvre, à 30 bornes de l’arrivée, à l’occasion d’une courte bosse faisant suite à la descente de Lezaun. Simon Yates (Orica-Scott) décide de lancer les hostilités de bonne heure, et Gorka Izagirre (Movistar) vient le rejoindre quelques instants plus tard. Le duo ne parvient toutefois pas à faire le trou et se voit rejoint par une quinzaine d’hommes après quelques minutes d’efforts. Le groupe passe une première fois par Estella, ville d’arrivée, et se scinde en deux ! Soudainement, huit coureurs se retrouvent en tête, à savoir Gorka Izagirre, Rubén Fernandez et Marc Soler (Movistar), Sergio Henao et Vasil Kiryienka (Team Sky), Damien Howson, Carlos Verona et Simon Yates (Orica-Scott) ainsi que Michael Woods (Cannondale-Drapac). Alejandro Valverde (Movistar) et Michal Kwiatkowski (Team Sky), entre autres, sont piégés mais ne font pas l’effort puisqu’ayant des coéquipiers à l’avant.

Dès lors, le groupe de tête prend rapidement le large. Il entame d’ailleurs la dernière ascension répertoriée de la journée, l’Alto de Eraul, avec trente secondes d’avance. Kiryienka se charge alors d’imprimer le tempo pour le champion de Colombie, et derrière, Caja Rural mène une chasse désespérée. En tête, aucune attaque n’intervient … jusqu’aux tous derniers hectomètres du col. Simon Yates passe une nouvelle fois à l’offensive à dix kilomètres de l’arrivée et se construit de suite un bel avantage. Personne ne réagit derrière le Britannique, et celui-ci en profite pour creuser. En poursuite, Soler, Henao, Woods et Verona ne coopèrent pas, et l’écart grimpe à 20, puis 30 secondes en l’espace de quelques instants. En basculant dans la descente, vers Estella, Yates dispose donc d’un matelas favorable alors que ses poursuivants peinent à se mettre à l’ouvrage. Le boulevard vers la victoire s’ouvre pour l’homme de tête qui, au terme de la descente, cumule près de 40 secondes sur ses poursuivants. Il peut alors aborder la montée vers la Basilique del Puy avec sérénité. Le frère jumeau d’Adam gère parfaitement les derniers hectomètres et dispose d’une marge suffisante sur ses rivaux pour célébrer dans la dernière ligne droite. Il s’offre son second succès de la saison après l’étape du Mur de Fayence sur Paris-Nice, sur un profil similaire. Derrière, Michael Woods règle le groupe de poursuivants pour la seconde place, devant Sergio Henao.

Classement

1 Simon Yates (Orica-Scott)
2 Michael Woods (Cannondale-Drapac)
3 Sergio Henao (Team Sky)
4 Carlos Verona (Orica-Scott)
5 Marc Soler (Movistar)
6 Vasil Kiryienka (Team Sky)
7 Ruben Fernandez (Movistar)
8 Gorka Izagirre (Movistar)
9 Damien Howson (Orica-Scott)
10 Toms Skujins (Cannondale-Drapac)

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Michael Van Staeyen et Arjen Livyns trouvent un point de chute

Sans contrat depuis l’annonce de l’arrêt de Roompot-Charles, Michael Van Staeyen et Arjen Livyns ont …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.