(c) ASO/Alex Broadway

Romain Bardet compte utiliser ce Dauphiné comme un « tremplin en vue du Tour »

Fidèle à ses habitudes, Romain Bardet a fait le choix du Critérium du Dauphiné pour amorcer sa préparation pour le Tour de France. Après un bon  bloc de travail en Sierra Nevada au cours du mois du mai, le français de la formation AG2R-La Mondiale revient sur une course qu’il connait parfaitement. Présent sur l’épreuve depuis 2014, il a terminé à deux reprises sur le podium final (2016 et 2018), et compte également une victoire d’étape obtenue en 2015 à Pra-Loup. Lors du traditionnel point-presse d’avant course, il ne cachait pas sa satisfaction de se retrouver au départ de la course, qui s’élance cette année depuis son Auvergne natale. « Le Dauphiné est vraiment une course que j’adore, dit-il. C’est peut être celle d’une semaine que je préfère. Le parcours est toujours montagneux, et cela signifie aussi que le Tour de France n’est pas loin. Je connais parfaitement les routes des premières étapes, et c’est toujours un plaisir de rouler sur mes terres auvergnates. »

Leader au sein d’une équipe AG2R-La Mondiale de haut niveau, il espère que « le début de course sera explosif, car notre équipe est vraiment taillée pour viser les victoires d’étape. La dynamique de l’équipe est bonne, et nous sommes tous motivés pour faire de bonnes choses sur cette course. »

S’il espère évidement réaliser une bonne performance au général, il est également conscient que le parcours ne lui est pas forcément favorable, et aborde alors davantage ce Dauphiné comme une préparation que comme un objectif majeur de sa saison. « J’ai bien travaillé pendant la coupure, mais il me reste encore des paliers à franchir pour être au top. Je suis moins affuté que l’an passé à la même période, car le but est plus de se servir de cette course comme d’un tremplin en vue du Tour que de jouer absolument la victoire finale. De plus, le chrono risque de figer les positions, et comme le dernier week-end n’est pas très difficile, il sera peut être compliqué de renverser la course. »

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.