(c) Sirotti

Jakob Fuglsang : « C’était plus facile que ce à quoi je m’attendais »

En 2017, Jakob Fuglsang remportait le Critérium du Dauphiné au terme d’une dernière étape renversante, remontant un retard de plus d’une minute pour subtiliser le maillot jaune à Richie Porte. Son deuxième sacre dans l’épreuve, ce dimanche 16 juin 2019, ne sera sans doute pas aussi mémorable. Leader depuis samedi, le Danois n’a aucunement été menacé ni mis en danger dans une journée au fond pas si propice à une grande bagarre parmi les favoris. Qui plus est, le coureur d’Astana a vu son principal concurrent, Adam Yates (Mitchelton-Scott), deuxième à huit secondes au départ, quitter la course en raison de problèmes gastriques à cinquante kilomètres de l’arrivée. Sa tâche n’en a été que plus simplifiée et il n’avait d’ailleurs aucun mal à le reconnaître lui-même.

“Il y a eu quelques attaques en début d’étape mais parmi les favoris, peu ont vraiment tenté à vrai dire, racontait en zone protocolaire le vainqueur de Liège-Bastogne-Liège. Une fois que l’échappée s’est formée, c’était finalement assez simple à gérer. Même sur la fin, Ineos a essayé de faire un gros tempo dans la dernière montée, mais ils ont sûrement réalisé qu’ils n’avaient pas la force de frappe suffisante pour lâcher leurs concurrents au général. Puis, sur la fin, Thibaut Pinot a tenté un petit coup à un kilomètre du sommet, mais au final, c’était plus facile que ce à quoi je m’attendais. Cela n’empêche que mon équipe a fait un super boulot aujourd’hui.”

Auteur d’une saison 2019 tout bonnement exceptionnelle, comptant donc ses sacres sur la Doyenne et le Dauphiné, mais aussi une victoire finale sur le Tour d’Andalousie et des podiums sur Tirreno-Adriatico (3e + une victoire étape), la Flèche Wallonne (2e), l’Amstel Gold Race (3e) et les Strade Bianche (2e), Fuglsang s’annonce, au vu de son niveau du moment, comme un sérieux outsider pour la Grande Boucle, et ce bien qu’il ne soit entré dans le top-10 qu’à une reprise (7e en 2013). Je ne sais pas si les gens se rappelleront du vainqueur du Dauphiné après le Tour, je pense que oui, et si ce n’est pas le cas, peu m’importe peu, a-t-il déclaré. Pour l’heure, je suis content d’avoir remporté ce Dauphiné pour la deuxième fois. C’est quelque chose de spécial. Je suis confiant vis vis de ma forme, j’ai vécu un beau Dauphiné et je peux maintenant me projeter vers la période suivante avec l’esprit apaisé et en sachant que je suis sur les bons rails pour le Tour. Je ne sais pas exactement si j’ai encore beaucoup de travail à faire d’ici là, mais le plus important pour le moment est de récupérer.”

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Paris-Nice : Le chrono en direct commenté

Après trois jours de course sans répit sur le plat, la 78e édition de Paris-Nice …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.