(c) ASO/Alex Broadway

Critérium du Dauphiné : Julian Alaphilippe à la photo-finish

Un avant-goût du weekend alpin. Ce vendredi, huit difficultés étaient répertoriées au fil des 229 kilomètres de la sixième étape. Les favoris se réservant pour les deux derniers jours de course, les baroudeurs ont saisi l’opportunité des deux mains. C’est alors un groupe de trois coureurs qui a animé la course, prenant plus de treize minutes d’avance, avant de s’expliquer pour la gagne. Après la dernière montée, Julian Alaphilippe et Gregor Mühlberger basculent ensemble dans la descente rapide. Sur une pointe, le Français règle son compagnon de fuite d’un boyau. Distancé à 500 mètres de l’ultime sommet, Alessandro De Marchi conclut troisième. Le groupe des favoris est arrivé avec 6’10” de retard, Wout Poels réglant le sprint pour la quatrième place. 

Le départ de l’étape est très rapide. Nombre de coureurs tentent de s’extraire, mais le peloton roule trop fort. Il faut alors attendre 14 kilomètres de course, et une première bosse non répertoriée, pour voir une attaque tranchante de Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step). Le coureur français est rejoint directement par Gregor Mühlberger (Bora-hansgrohe) et Alessandro De Marchi (CCC). Le peloton continue à vive allure derrière ce trio, mais ne parvient jamais à le reprendre. Plusieurs coureurs tentent également d’opérer la jonction, en vain. Après 25 kilomètres très intenses, le peloton baisse les bras et laisse filer cette redoutable échappée.

Les fuyards exploitent la première partie plate du parcours pour creuser l’écart. Personne ne roule véritablement à leur poursuite, alors ils capitalisent et se présentent au pied du Col de la Chambotte (2e cat., 5km à 7,8%) avec 8’45” d’avance. Alaphilippe prend les points au sommet devant De Marchi. Le Français refait le même coup sur la Côte de Lachat (4e cat., 2,9km à 4,7%), au km100. A ce stade, le chronomètre indique un écart supérieur à dix minutes. Le trio s’entend bien et continue d’accroître sa marge jusqu’au sprint intermédiaire du Châtelard, situé à la mi-course. Il y a alors 12’30 d’écart avec l’avant du peloton. Une marge conservée à 100 kilomètres du but, au pied du Col du Frêne (4e cat., 2,2km à 5,1%). Le peloton ne réagit toujours pas et concède du temps dans l’ascension. Au sommet, un nouvel écart maximal est atteint : 13’50”!

A l’avant de la couse, Alaphilippe continue sa moisson de points de la montagne dans la Côte de Chateauneuf (4e cat., 1,4km à 6,6%). S’il était déjà assuré de s’emparer du maillot bleu à pois blancs aux dépens de Casper Pedersen (Sunweb), le Français ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Il passe alors en tête au sommet de la Côte d’Aiton (3e cat., 1,3km à 8%), une nouvelle fois devant De Marchi. Les fuyards abordent en suivant la Côte de Saint-Georges d’Hurtières (2e cat., 4,9km à 5,9%). L’écart est alors mesuré à 13’40”, à 70 kilomètres de l’arrivée. Comme à chaque fois, Alaphilippe devance De Marchi au sommet. Le trio de fuyards profite alors d’un peu de répit après cet enchaînement de difficulté. Il n’y a plus de bosse répertoriée au classement de la montagne pendant les quarante kilomètres qui suivent. Pour autant, le parcours est en faux plat montant.

Le vent se lève dans la vallée. Des rafales allant jusqu’à 70km/h atteignent les coureurs. Cela n’empêche pas le trio de tête de conserver une belle avance au pied de la Côte du Bocher (3e cat., 1,6km à 7,4%). Alaphilippe conduit le groupe dans la montée, avec le vent de face, et passe en tête au sommet. Cette fois, c’est Mühlberger qui y prend la deuxième place. Reste alors 25 kilomètres de course, avec le Col de Beaune (2e cat., 8,1km à 6%) en point d’orgue. Les trois leaders se présentent au pied avec 11’10” d’avance et continuent de bien se relayer. Alaphilippe place une première banderille à 13 unités du but, mais en vain. Les attaques s’enchaînent ensuite sans réussite jusqu’à 500 mètres du sommet. Là, De Marchi cale et laisse Mühlberger et Alaphilippe basculer dans la descente rapide.

Les deux hommes passent sous la flamme rouge avec une quinzaine de secondes d’avance sur leur ancien compagnon de fuite et vont se jouer la victoire. Sur une pointe, Alaphilippe devance Mühlberger d’un rien. Le duo a été départagé à la photo-finish. De Marchi termine troisième à une vingtaine de secondes. Le peloton réduit arrive six minutes et dix secondes plus tard, Wout Poels (Ineos) prenant la quatrième place. Tous les membres du top10 sont là, sauf Wout van Aert (Jumbo-Visma).

Le classement de la sixième étape : 
1. Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) en 6h00’54”
2. Gregor Mühlberger (Bora-hansgrohe) m.t.
3. Alessandro De Marchi (CCC) à 22″
4. Wout Poels (Ineos) à 6’10”
5. Gorka Izagirre (Astana) t.m.t.
6. Jakob Fuglsang (Astana)
7. Jack Haig (Mitchelton-Scott)
8. Adam Yates (Mitchelton-Scott)
9. Nairo Quintana (Movistar)
10. Alexey Lutsenko (Astana)

Le classement général après la sixième étape : 
1. Adam Yates (Mitchelton-Scott) en 23h35’04”
2. Dylan Teuns (Bahrain-Merida) à 4″
3. Tejay Van Garderen (EF Education First) à 6″
4. Jakob Fuglsang (Astana) à 7″
5. Steven Kruijswijk (Jumbo-Visma) à 24″
6. Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) à 25″
7. Emanuel Buchmann (Bora-hansgrohe) à 26″
8. Alexey Lutsenko (Astana) à 30″
9. Nairo Quintana (Movistar) à 40″
10. Wout Poels (Ineos) m.t.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Tour de France 2020 : Le direct de la 17e étape (Grenoble>Col de la Loze)

Suivez le direct du Tour de France 2020 avec l’app VeloPro.fr sur votre mobile ou …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.