(c) Sirotti

Critérium du Dauphiné : Koen Bouwman au bout de l’échappée

On annonçait encore les sprinteurs à la fête, ce mardi, à Tullins. Mais contrairement à la veille, ce n’est pas un sprint massif qui a conclu la troisième étape du Critérium du Dauphiné. Une échappée de six hommes, sortie de bonne heure, est parvenu à tenir tête au peloton jusqu’à l’arrivée. Et c’est Koen Bouwman (LottoNL-Jumbo), porteur par défaut du maillot de meilleur grimpeur, qui a fait valoir sa pointe de vitesse devant Evaldas Siskevicius (Delko-Marseille Provence-KTM) et Frederik Backaert (Wanty-Groupe Gobert). Le jeune Néerlandais de 23 ans décroche son tout premier succès professionnel, et ce dans le WorldTour ! Arnaud Démare (FDJ) a quant à lui réglé le peloton pour la septième place. Thomas De Gendt (Lotto-Soudal) conserve lui facilement son maillot jaune.

Dans une journée sur le papier réservée aux sprinteurs, la bagarre pour prendre l’échappée du jour ne dure que l’espace de quelques minutes. Après quatre kilomètres de course, six coureurs parviennent déjà à prendre les devants : Koen Bouwman, déjà échappé la veille, ainsi que son coéquipier Alexey Vermeulen (LottoNL-Jumbo), Bryan Nauleau (Direct Energie), Frederik Backaert (Wanty-Groupe Gobert) ainsi que les collègues Quentin Pacher et Evaldas Siskevicius (Delko-Marseille Provence-KTM). Le peloton fait immédiatement rideau et laisse l’écart grimper jusqu’à quatre minutes. La Lotto-Soudal du maillot jaune Thomas De Gendt ne tarde pas à se présenter en tête de paquet, rapidement épaulée par la FDJ. Mais après quelques kilomètres, la formation française se retire et l’écart en faveur des fuyards gonfle à près de sept minutes après une heure de course. Les échappés abordent alors les premiers reliefs de la journée, et Koen Bouwman en profite pour grappiller quelques points au classement de la montagne. La FDJ fait quant à elle son retour à l’avant du peloton pour limiter l’avancée des hommes de tête, après 60 bornes de course. Cofidis fait son apparition aux côtés du Trèfle quelques instants plus tard, et la Katusha-Alpecin arrive en soutien à près de cent kilomètres du but.

Les équipes de trois premiers de la seconde étape sont donc à l’ouvrage et réduisent progressivement l’écart. Ainsi, à l’approche des deux dernières bosses répertoriées de la journée, à plus de 60 bornes de l’arrivée, le peloton accuse moins de quatre minutes de retard. L’écurie Dimension Data vient qui plus est apporter son soutien à son tour et l’écart est réduit à moins de trois minutes au sommet de la côte des Sarrets, où Bouwman passe de nouveau en tête. Tout comme en haut de la côte de Roybon, au terme de laquelle l’échappée bascule avec 2’15 d’avance. Il reste alors près de 40 kilomètres à couvrir, mais une bonne partie en descente. Et si l’écart passe sous les deux minutes, il reste relativement stable et l’échappée commence à croire en sa réussite. À 20 bornes de la ligne, les six audacieux conservent environ 1’50 sur le peloton, qui a logiquement du mal à se rapprocher et à s’organiser dans la descente. Celle-ci s’achève à 15 kilomètres du but mais les six fuyards ne se posent aucune question et continuent de se relayer avec vigueur. Le peloton ne perd pas espoir et, lui aussi, poursuit sa chasse ardemment. L’écart baisse logiquement sur de longues lignes droites, mais pas dans des proportions énormes, ce qui permet à l’échappée de compter toujours 1’25 d’avance à dix bornes du but.

Les hommes de tête font acte d’une très belle résistance, et celle-ci semble payer au fur et à mesure qu’ils se rapprochent de l’arrivée. Leur avance ne passe sous la minute qu’à six kilomètres de la ligne et la cohésion tient toujours admirablement. La FDJ, Katusha, Cofidis et Dimension Data livrent toutes leurs forces mais ne reviennent qu’à 45 secondes à trois bornes du but, et une bonne partie des équipes se relèvent. On comprend alors que les échappés vont aller au bout, d’autant qu’ils se relaient encore jusqu’à la flamme rouge. Ce n’est qu’à cet instant qu’un certain attentisme s’opère, mais Alexey Vermeulen prend la tête du groupe et le mène jusque dans les derniers hectomètres. Aucune attaque n’intervient et c’est finalement Koen Bouwman qui lance le sprint à environ 200 mètres de la ligne. Le Néerlandais fait une petite différence sur son accélération puis parvient à maintenir à distance Evaldas Siskevicius et Frederik Backaert, finalement incapables de le remonter. Bouwman s’adjuge ainsi son premier succès professionnel sur le Critérium du Dauphiné alors qu’Arnaud Démare (FDJ) règle un peloton au sein duquel Thomas De Gendt conserve tranquillement son maillot jaune.

Classement de la troisième étape

1 Koen Bouwman Team (LottoNL-Jumbo)
2 Evaldas Siskevicius (Delko Marseille Provence KTM) m.t
3 Frederik Backaert (Wanty – Groupe Gobert) m.t
4 Bryan Nauleau (Direct Energie) m.t
5 Alexey Vermeulen (Team LottoNL-Jumbo) m.t
6 Quentin Pacher (Delko Marseille Provence KTM) m.t
7 Arnaud Démare (FDJ) à 11 secondes
8 Bryan Coquard (Direct Energie) m.t
9 Pascal Ackermann (Bora – Hansgrohe) m.t
10 Phil Bauhaus (Team Sunweb) m.t

Général après la troisième étape

1. Thomas De Gendt (Lotto Soudal)
2. Axel Domont (Ag2r La Mondiale) à 48″
3. Diego Ulissi (UAE Team Emirates) à 1’03
4. Pierre Latour (Ag2r La Mondiale) à 1’07
5. Emanuel Buchmann (Bora-hansgrohe) m.t.
6. Sonny Colbrelli (Bahrain-Merida) à 1’09
7. Ben Swift (UAE Team Emirates) m.t.
8. Alejandro Valverde (Movistar) m.t.
9. Tony Gallopin (Lotto Soudal) m.t.
10. Guillaume Martin (Wanty-Groupe Gobert) m.t.

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.