(c) Sirotti

Mondiaux – Elites Dames : Anna van der Breggen écrase la concurrence

Anna van der Breggen a remporté la course en ligne élites dames des Mondiaux d’Innsbruck ce samedi. Sortie du peloton lors de la deuxième ascension de l’Olympia’s Climb, la championne olympique de Rio a repris un groupe échappé avant de le distancer. La Néerlandaise s’est alors lancée dans un raid solitaire de 40 kilomètres pour décrocher l’or, loin devant les autres concurrentes. Amanda Spratt (Australie) s’est classée deuxième à 3’42”, Tatiana Guderzo (Italie) a elle pris le bronze à 5’26”. 

Aurela Nerlo (Pologne) et Ana Sanabria (Colombie) ouvrent la route de l’épreuve dès le kilomètre 4. Elles sont prises en chasse par deux autres coureuses : Emma Norsgaard Jorgensen (Danemark) et Lotta Lepisto (Finlande) sortent du peloton après trente kilomètres de course, mais en vain. Les deux poursuivantes ne parviennent pas à se rapprocher à plus d’une minute et finissent par être reprises dans la première grosse difficulté du jour : le Gnadenwald (3km à 10%).

Victime d’une chute au pied de l’ascension, Annemiek van Vleuten réalise un effort impressionnant pour revenir rapidement dans les premières positions du peloton, qui est déjà bien réduit. La montée se fait au train, une grosse sélection s’opère par l’arrière. Devant, Sanabria distance Nerlo sur les pourcentages les plus violents : la Colombienne poursuit son effort en solitaire. Au sommet de l’ascension, elle n’a plus qu’une poignée de secondes d’avance sur le peloton et finit par être reprise. De nouvelles attaques animent alors l’épreuve. Lepisto tente encore sa chance, alors que les Néerlandaises durcissent la course en multipliant les attaques. Chantal Blaak tente par deux fois, avant qu’Ellen van Dijk n’y aille à son tour.

Finalement, c’est un groupe de quatre qui entre en tête sur le circuit final avec 23 secondes d’avance sur le peloton. Ellen van Dijk (Pays-Bas), Lotta Lepisto (Finlande), Cecilie Ludwig (Danemark) et Tatiana Guderzo (Italie) ouvrent la route alors qu’il reste 70 kilomètres et trois ascensions de l’Olympia’s Climb (7km à 5,9%). Ces quatre-là prennent rapidement une avance supérieure à la minute, mais perdent Lepisto dès le pied du col. Les Australiennes prennent les commandes du peloton et font lâcher prise nombre de concurrentes. Les fuyardes sont reprises à un kilomètre du sommet : elles ne sont alors plus qu’une petite trentaine au sein du groupe principal. Coryn Rivera (Etats-Unis) attaque juste avant le sommet et fait la descente en tête. La sprinteuse américaine passe en tête sur la ligne à l’entrée du deuxième tour de circuit 12 secondes avant un groupe de 5 avec Ellen van Dijk, Amanda Spratt (Australie), Emilia Fahlin (Suède), Elena Pirrone (Italie), Malgorzata Jasinska (Pologne). Le petit peloton passe lui avec 45 secondes de retard.

Les cinq poursuivantes reprennent Rivera à 48 kilomètres de l’arrivée pour former un groupe de six à l’attaque du deuxième passage sur l’Olympia’s Climb. Alors que van Dijk se fait distancer du groupe de tête, les Néerlandaises secouent le peloton par de nombreuses tentatives. D’abord par Annemiek van Vleuten, mais en vain, puis par Anna van der Breggen qui parvient à s’isoler à la poursuite des cinq de tête. La championne olympique de Rio parvient à faire la jonction dans l’ascension et attaque directement. Spratt saute dans sa roue, Rivera s’accroche avant de craquer alors que les autres n’ont pas pu suivre. La Néerlandaise écœure ensuite Spratt qui se fait distancer à 39 unités du but. Anna van der Breggen est alors lancée dans un raid solitaire. Assise sur la scelle, elle écrase les pédales et creuse progressivement l’écart.

A l’entrée dans le dernier tour de circuit, la Néerlandaise a pris une avance conséquente et, à moins d’une défaillance, s’envole vers le titre. Anna van der Breggen compte alors 1’20” d’avance sur Amanda Spratt, sa première poursuivante. Un groupe de trois avec Fahlin, Jasinska et Rivera passe ensuite sur la ligne avec 3’06 de retard, le peloton passe lui avec plus de quatre minutes de retard ! Derrière van der Breggen, on se joue les accessits et un groupe de trois coureuses sort du peloton avec Amy Peters (Pays-Bas), Tatiana Guderzo (Italie) et Karol-Ann Canuel (Canada). Ces trois-là parviennent à rejoindre les trois autres poursuivantes dans la dernière ascension et vont se livrer bataille pour le bronze. Guderzo se montre la plus forte et s’isole à la poursuite des deux premières.

Au sommet du dernier passage de l’Olympia’s Climb, van der Breggen a doublé son avance sur Spratt. La Néerlandaise conclut brillamment son raid solitaire et s’adjuge le titre de championne du monde. Après avoir pris l’argent sur l’épreuve chronométrée, elle décroche l’or sur l’épreuve en ligne. Loin derrière, Amanda Spratt a aussi fait les 40 derniers kilomètres en solitaire et prend l’argent à 3’42” de la gagnante. Tatiana Guderzo conclut troisième à 5’26”. Derrière, les poursuivantes se jouent les places d’honneur à plus de six minutes, avant que le peloton n’en termine à 7’17” de van der Breggen. La Néerlandaise Lucinda Brand règle le sprint pour la 9e place et lève les bras pour célébrer le nouveau triomphe des Pays-Bas.

Le top 10 de l’épreuve :
1. Anna van der Breggen (Pays-Bas) en 4h11’04”
2. Amanda Spratt (Australie) à 3’42”
3. Tatiana Guderzo (Italie) à 5’26”
4. Emilia Fahlin (Suède) à 6’13”
5. Malgorzata Jasinska (Pologne) m.t.
6. Karol-Ann Canuel (Canada) à 6’16”
7. Annemiek van Vleuten (Pays-Bas) à 7’05”
8. Amy Pieters (Pays-Bas) m.t.
9. Lucinda Brand (Pays-Bas) à 7’17”
10. Ruth Winder (Etats-Unis) m.t.

 

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Paris-Nice : Le chrono en direct commenté

Après trois jours de course sans répit sur le plat, la 78e édition de Paris-Nice …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.