(c) FFC

Cyrille Guimard : « Sur les jeunes, on a deux ans de retard »

L’avènement de la nouvelle génération emmenée par les prodiges Egan Bernal, Tadej Pogacar et Remco Evenepoel fait réagir Cyrille Guimard. L’ancien sélectionneur des Bleus a accordé un long entretien au Télégramme ce mardi où il regrette l’absence de tout jeunes tricolores au plus haut niveau. Il ne mâche alors pas ses mots sur la formation française et propose ses solutions pour permettre, à l’avenir, aux jeunes Français d’accompagner le mouvement. « En France, on prépare les jeunes pour gagner en juniors. J’ai toujours dit qu’il fallait préparer les coureurs pour le secteur pro, pas pour gagner en juniors. J’ai développé cela à la Fédé… J’ai essayé de leur expliquer que les jeunes qui gagnent chez les juniors ont peu de chance de gagner chez les pros. Combien de coureurs professionnels de moins de 22 ans sont au niveau ? Un seul : Clément Champoussin (AG2R-La Mondiale). Et il n’est pas du niveau de Pogacar. Les grands champions gagnent les Grands Tours à 23 ans. En France, on a deux ans de retard par rapport aux autres nations. »

« La catégorie U23 n’a plus aucun sens »

Guimard avançait ensuite ses deux priorités : la suppression des braquets limités pour les jeunes, et, plus simplement, l’arrêt de la catégorie Espoirs. « Les meilleurs espoirs appartiennent déjà au ProTeam ou évoluent dans les équipes de deuxième division. Le rôle des cadres techniques à la fédération est sur les jeunes de moins de 20 ans. J’ai déposé un projet : U20, U18, U16, U14. On m’a dit que j’étais fou. Le premier gars qui a dit que la terre était ronde était fou aussi… La catégorie U23 n’a plus aucun sens. Si tant est qu’il en ait jamais eu un, poursuivait-il, toujours pour le Télégramme. En France, on est toujours aux braquets limités jusqu’à 19 ans. “Ah non, il ne faut pas monsieur, ils vont se briser les genoux”. On disait déjà ça en 36 ! Dans le cyclisme français, on a toujours considéré que l’âge était une barrière. On a toujours pris en compte l’âge et non le niveau. Il faut ouvrir la réglementation. »

Autres infos qui pourraient vous intéresser

Marcel Sieberg ravi des changements opérés chez Bahrain-Merida : « Un vent nouveau »

L’expérimenté Marcel Sieberg voit d’un bon œil le renouvellement d’effectif chez Bahrain-Merida. A 37 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.